Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Run-d.m.c.
 

 Site Officiel (490)
 Beastiemania (490)

BEASTIE BOYS - To The 5 Boroughs (2004)
Par SASKATCHEWAN le 2 Septembre 2008          Consultée 1926 fois

Après 6 ans d’absence, les BEASTIE BOYS reviennent en 2004 pour passer un coup de ponceuse sur le bilan de George W. Jr., réaffirmer leur statut de « grand-papas du Rap » et rendre hommage à leur ville natale : New-York. Nos trois rappeurs presque quadragénaires changent résolument de cap après une décennie 90 toute entière dédiée à l’art du sampling et au Punk, pour revenir à leurs premiers amours old school (nonobstant leurs débuts hardcore). To The 5 Boroughs*¹ déboule, sans concession, véritable leçon à l’usage des maladroits de la rime qui pullulent en ce début de millénaire.

Bien que l’album soit de 2004, on remarque que les Tours Jumelles se dressent toujours fièrement dans le ciel de New-York, comme au temps de Breakfast In America. Pourtant, Mike D (à moins que ce ne soit Adrock ?) l’avoue sur « An Open Letter To NYC » : « Dear New-York, I know a lot has changed »*² avant de se reprendre : « 2 towers down but you’re still in the game. »*³. Une parodie de la devise Américaine sert à expliciter la démarche : « In The City We Trust ». En clair : ce n’est pas parce qu’on abat son symbole que la ville cesse d’exister.
Comme pour illustrer la volonté des BEASTIE BOYS « d’unifier » leur ville dans un même album hommage, les différents samples proviennent pour une large part d’artistes New-Yorkais : LL COOL J, RUN-D.M.C., RZA, PUBLIC ENEMY et même 50 CENT.

On peut noter que tous les artistes sus-cités, à l’exception d’un seul, ont fait leurs premiers pas, voire leur carrière toute entière, dans le rap old school. Autre signe de retour aux sources : la boîte à rythme est mise en avant sur la majeure partie des titres (sur « 3 The Hard Way » par exemple), bien plus en tout cas que sur les trois précédents albums. Toutefois, To The 5 Boroughs n’est pas l’album strictement old school que l’on se plait souvent à décrire. Les arrangements de « Right Right Now Now », « It Takes Time To Build », « An Open Letter To NYC » et « The Brouhaha » sonnent très « modernes ».

Malgré la présence d’un nombre raisonnable de titres de bonnes factures, comme « Ch-Check It Out », « Triple Trouble », « Hey Fuck You » et « An Open Letter To NYC », To The 5 Boroughs reste un album un peu fade en comparaison de la folie déployée sur les albums précédents. On attendait plus de délires parodiques sur les travers du rap à la « Hey Fuck You » qui singe les « clashes » entre rappeurs. L’autre grand absent de cet album, c’est George W. Bush. Avec un single corrosif comme « In A World Gone Mad » sorti en 2003 (mais absent du présent album), on était en droit d’espérer quelques charges bouffonnes contre l’Administration en place, mais au final, on doit se contenter de sous-entendus et d’une petite pique sur « That’s It That’s All ». Après tout, peut-être que la subtilité était préférable à l’affrontement direct pour éviter de tomber dans les clichés du militantisme US, ce que certains critiques leur ont quand même reproché. Mais quand on écoute une chute de studio comme « This Government Needs A Tune Up », on se dit qu’on est passé à côté de quelque chose de beaucoup plus subversif.

En définitive, To The 5 Boroughs reste un album honnête aux intentions louables, mais qui souffre de la présence de trop de titres tous justes moyens, à l’image de « Shazam ! » ou de « The Brouhaha ». A noter que pour apprécier pleinement ce 6e opus, il vaut mieux être anglophone, les paroles étant, selon moi, l’attrait majeur de To The 5 Boroughs.


*¹ Note : « Borough » pourrait se traduire par arrondissement ou quartier. Il y en a cinq à New-York (d’où le titre de l’album) : Brooklyn, Staten Island, Queens, Manhattan et le Bronx.
*² Traduction : « Chère New-York, je sais que beaucoup de choses ont changé. »
*³ Traduction : « Deux tours à terre mais tu es toujours dans la partie. », une allusion aux échecs ?

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par SASKATCHEWAN :


BEASTIE BOYS
Paul's Boutique (1989)
Démonstration de force d'une future légende du rap




BEASTIE BOYS
Hot Sauce Committee Part Two (2011)
Retour en fanfare...


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Michael 'mike D' Diamond (rap)
- Adam 'adrock' Horovitz (rap)
- Adam 'mca' Yauch (rap)
- Michael 'mix-master Mike' Schwartz (dj)


1. Ch-check It Out
2. Right Right Now Now
3. 3 The Hard Way
4. Time To Build
5. Rhyme The Rhyme Well
6. Triple Trouble
7. Hey Fuck You
8. Oh Word?
9. That's It That's All
10. All Lifestyles
11. Shazam!
12. An Open Letter To Nyc
13. Crawlspace
14. The Brouhaha
15. We Got The



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod