Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Run-d.m.c.
 

 Site Officiel (568)
 Beastiemania (577)

BEASTIE BOYS - Hello Nasty (1998)
Par SASKATCHEWAN le 19 Décembre 2014          Consultée 996 fois

Adam Yauch, dit MCA, faisait partie d’une liste secrète de personnes qui ne devaient jamais mourir. J’avais couché ces quelques noms sur le papier au début des années 2000, et fait suivre comme il se doit à la CIA, aux Juifs, aux Reptiliens et aux illuminati, qui comme chacun sait, tirent les ficelles de ce monde. Quelque part, à un moment donné, on a oublié de mettre à jour les tableurs Excel, et le héros de mon adolescence s’est trouvé fauché par un stupide cancer. Cancer, maladie merdique, vieux machin proliférant, cochonnerie grisâtre que personne n’aime, tu mériterais de finir sous les roues d’un T-34, et d’être achevé à coups de scie sauteuse si tu respires encore.

C’est donc l’esprit empli de bienveillance que j’aborde la dernière chronique de la discographie studio des BEASTIE BOYS. Hello Nasty est à ce jour le deuxième album du groupe en termes de ventes, après Licensed to Ill. Ils sont comme ça, les trois gars de Brooklyn, ils ont mis leur album le plus con en tête des charts, et réservé le meilleur pour les amis et les fidèles. On aurait pourtant tort de négliger Hello Nasty pour cette raison, car il appartient à la noble caste des Paul’s Boutique, Ill Communication et consorts.

Les BEASTIE BOYS resteront toujours les BEASTIE BOYS, quoiqu’il arrive : ce mélange de flow insolent, d’instrus délicieuses et de délires régressifs. Hello Nasty n’échappe pas à la règle, avec ses sirènes de police, la voix criarde d’Ad-Rock et ses samples par milliers. Ecoutez-moi « The Negotiation Limerick File », qui rassemble tout ça dans un morceau détonnant de trois minutes à peine. Il y a plus d’idées sur ce seul titre que dans la carrière entière de certains MC. L’enchaînement des pépites rap force l’admiration, avec en vrac « Intergalactic », « Unite », « Three MC’s and One DJ », « Super Disco Breaking », etc, etc. Passez-vous et repassez-vous « The Move », son intro foisonnante, son orgue hoquetant et son final directement emprunté à la chanson mexicaine…

Contrairement à ses aînés, Hello Nasty n’inclut aucun titre hardcore, ce qui n’a pas manqué de dérouter les amateurs du genre. Les trois MC new-yorkais ont privilégié des chansons pop pour aérer leurs avalanches de beats, bien servies par la voix aérienne de la Japonaise Miho Hatori (« I Don't Know »). La parenthèse reggae de Lee Perry achèvera de calmer les agités. Les instrumentaux aussi rivalisent de richesse, du funk tranquille de « Sneakin’ out the Hospital » aux rythmes caribéens de « Song for Junior ».

Il ne faut pas se tromper, la véritable vedette de l’album reste Mix-Master Mike, le DJ du groupe, qui prend une place prépondérante dans l’élaboration des instrus. Hello Nasty n’a rien à envier à Paul’s Boutique du point de vue de la richesse sonore. Les samples s’enchevêtrent, les clins d’œil s’enchaînent, et ça scratche dans tous les sens pour le plus grand bonheur des amoureux de hip-hop. Certains morceaux se parent de belles sonorités électro, en particulier le single « Intergalactic », qui sera remixé par FATBOY SLIM.

Bien sûr, Hello Nasty n’est pas parfait. Quelques titres un peu lourds comme « Putting Shame in Your Game » et « Flowin’ Prose » et l’usage quasi-systématique de samples décalés en fin de morceau gâchent un peu la fête. Mais cela reste un très bon album, bien au-dessus du reste du rap grand public en 1998. La conclusion du disque, « Instant Death », n’a de cesse de nous rappeler depuis 2012 que ce genre d’albums appartient au passé. Les BEASTIE BOYS ne sauraient être autre chose qu’un trio ; la mort d’Adam Yauch a logiquement mis fin à leur existence. Le meilleur hommage que l’on puisse leur rendre, c’est de réécouter Hello Nasty et ses compagnons d’étagère…

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par SASKATCHEWAN :


FLOBOTS
Fight With Tools (2007)
Surprise rap de l'année dernière




BEASTIE BOYS
Paul's Boutique (1989)
Démonstration de force d'une future légende du rap


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Michael 'mike D' Diamond (mc)
- Adam 'ad-rock' Horovitz (mc)
- Adam 'mca' Yauch (mc)
- Michael 'mike Master Mike' Schwartz (dj)


1. Super Disco Breakin'
2. The Move
3. Remote Control
4. Song For The Man
5. Just A Test
6. Body Movin'
7. Intergalactic
8. Sneakin' Out The Hospital
9. Putting Shame In Your Game
10. Flowin' Prose
11. And Me
12. Three Mc's And One Dj
13. The Grasshopper Unit (keep Movin')
14. Song For Junior
15. I Don't Know
16. The Negotiation Limerick File
17. Electrify
18. Picture This
19. Unite
20. Dedication
21. Dr. Lee, Phd
22. Instant Death



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod