Recherche avancée       Liste groupes



      
HIP-HOP/REGGAE  |  SINGLE

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style : Run-d.m.c.
 

 Site Officiel (508)
 Beastiemania (511)

BEASTIE BOYS - Cooky Puss (1983)
Par SASKATCHEWAN le 12 Décembre 2008          Consultée 2262 fois

D’autres l’auraient caché, auraient couru tous les magasins délabrés des USA pour mettre la main sur les dernières copies encore en vente. Pas les BEASTIE BOYS. Ils en sont limite fiers de leur Cooky Puss. La chose a même été rééditée en vinyle récemment, faut l’faire. Et incluse dans la compilation « Some Old Bullshit » avec ça. Oui, Cooky Puss est bien le premier titre Rap des BEASTIE BOYS après des débuts Punk, sorti en single en 1983. Et personne ne s’est dérangé pour fêter ses 25 ans, même en France, Commémoration-Land, c’est dire. Pourtant, à l’époque, Cooky Puss était bien sorti en France, en plus des USA, alors que le Rap ne bénéficiait pas encore d’un début d’esquisse d’ébauche de reconnaissance dans l’hexagone.

Allons-y franchement : Cooky Puss craint, même en y mettant de la bonne volonté. D’abord, « Cooky Puss », c’est une blague débile sur une mascotte de crème glacé : Cookie Puss. D’ailleurs, si la Crise Financière ne vous a pas encore fait perdre la Foi (Amen), songez donc aux types du bureau Marketing de chez Carvel (c’est la marque de glace), payés fort cher pour trouver une mascotte aussi grotesque, avec ses airs de M. Patate et son surnom ridicule et sujet à des blagues douteuses. De quoi douter de la viabilité du système, rien que ça. Sous l’impulsion farceuse des BEASTIE BOYS, Cookie Puss, qui veut dire, approximativement et sans lunettes : « Tête de Biscuit » en argot dépassé, se transforme en Cooky Puss, soit « gonzesse mal foutue » ou « fille bizarre ».
Le morceau en lui-même est loin d’être indispensable. Sur fond de blague téléphonique (« Bonjour, je suis bien chez Cooky Puss ? » Ahahahahah !), se développe un Hip-Hop basique et déjanté, prémisses un peu lourdes du style des trois rappeurs de Def Jam sur le single Rock Hard et sur leur premier album Licensed To Ill.

« Bonus Batter » reprend le thème de « Cooky Puss », en y ajoutant quelques passages de la batterie de Kate SCHELLENBACH, batteuse éphémère virée au moment de signer le contrat avec Rick RUBIN et Russel SIMMONS, les deux grands gourous du label Def Jam. « Beastie Revolution », ne relève pas le niveau de l’ensemble, avec son Reggae volontairement craignos et ses paroles étranges. Enfin, en « bonus cadeau que t’y crois pas », nous avons le droit à une version censurée de « Cooky Puss », qui n’a strictement aucun intérêt, mais alors, vraiment aucun.

Cooky Puss n’est pas à prendre au sérieux. Même pas une seconde. Sauf qu’il n’est pas vraiment drôle, ne dépassant pas le statut de Private Joke gravée sur disque. Et les délires auxquels on assiste en spectateur, c’est toujours moins marrant.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par SASKATCHEWAN :


BEASTIE BOYS
Hello Nasty (1998)
Spécial Semaine Boîte à Demandes !




BEASTIE BOYS
Check Your Head (1992)
Après paul's boutique, le déluge.


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Adam Horovitz (guitare)
- Adam Yauch (basse)
- Kate Schellenbach (batterie)
- Michael Diamond (chant)


1. Cooky Puss
2. Bonus Batter
3. Beastie Revolution
4. Cooky Puss (censored Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod