Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Elvis PERKINS - Elvis Perkins In Dearland (2009)
Par VICKMCKEY le 4 Juillet 2009          Consultée 1873 fois

Deux ans après l’excellent Ash Wednesday, qui révèle au grand public un talentueux songwriter de 31 ans, voici Elvis Perkins in Dearland, deuxième opus du new-yorkais.

On l’attendait avec impatience, Perkins l’a fait : alors que l’on peinait à faire ressortir des « tubes » du premier album, un peu trop homogène, ce deuxième album brille par sa variété, sa recherche des univers et des sonorités (I’ll be Arriving nous rappelle presque Radiohead). Certes, le premier album nous offrait quelques perles (dont le fameux While you were sleeping, hommage à sa mère décédée dans le vol 11 d’American Airlines du 11 septembre) et nous faisait découvrir le monde de ce guitariste au look alors d’Harry Potter.

C’est maintenant avec des musiciens plus présents et une recherche de mélodie plus poussée que Perkins nous débite ses paroles mystérieuses (le single Shampoo est tout simplement incompréhensible). Moins sombre, In Dearland pose dès le départ, avec le titre Shampoo justement, une base musicale plus aboutie, et les structures simples d’Ash Wednesday laissent la place à une maturité dans la construction des titres. Tirant plus vers le rock, la guitare est dans l’ensemble moins au centre des débats dans cet album. Mais ça n’est pas un problème : Perkins la fait de nouveau rentrer, dès l’instant où il veut retrouver son univers propre. C’est le cas sur la superbe Send My Fond Regards To Lonelyville, qui jongle entre les instruments et les nuances, mais en gardant la guitare comme fil conducteur. Cette technique avait fait ses preuves dès While you were sleeping : maintenir des accords comme base et faire rentrer les instruments ensuite donne une vraie originalité à Perkins et à son groupe.
Il sait utiliser sa voix, Elvis. Son père en était fan, d’Elvis, l’autre. Là où il alignait les phrases dans le premier album (de manière efficace cependant), il fait preuve ici de subtiles variations de rythme, notamment sur Shampoo, le premier titre. L’harmonica leur répond habilement, à ces variations, et apporte encore un peu plus de charme à ces chansons menées magistralement.

In Dearland n’est donc pas une rupture mais bien une évolution du chanteur, qui garde bien un style propre. Elvis Perkins peut aller loin avec ses musiciens, et il a l’air de savoir où il va : il y a du Dylan dans la créativité, une voix qui, dans la manière d’égrener les mots, rappelle Leonard Cohen. Une cohérence simple, dix chansons posées, aucune manquée : et si le folk était en train de se réinventer ?

A lire aussi en FOLK :


John FRUSCIANTE
Niandra Lades And Usually Just A T-shirt (1994)
Entre volonté de mourir et nécessité de vivre




Bruce SPRINGSTEEN
Nebraska (1982)
Dans l'intimité du boss

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   VICKMCKEY

 
  N/A



- Elvis Perkins (guitare, harmonica, chant)
- Brigham Brough (basse,chant, saxophone)
- Wyndham Boylan-garnett (orgue, harmonium, trombone, guitare, chant)
- Nick Kinsey (batterie, clarinette, chant)


1. Shampoo
2. Hey
3. Hours Last Stand
4. I Heard Your Voice In Dresden
5. Send My Fond Regards To Lonelyville
6. I'll Be Arriving
7. Chains, Chains, Chains
8. Doomsday
9. 123 Goodbye
10. How's Forever Been Baby



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod