Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Alvin Lee
 

 Ten Years After (874)

TEN YEARS AFTER - Stonedhenge (1969)
Par MANIAC BLUES le 16 Octobre 2010          Consultée 4256 fois

Deuxième album studio des TEN YEARS AFTER après un premier coup d'essai fort réussi, Stonedhenge apparaît quarante ans après sa sortie comme un OVNI dans la discographie du TYA. Si leur premier album était assez classique dans sa forme et son interprétation, bien que faisant certaines incursions originales dans le jazz, Stonedhenge pousse le bouchon encore plus loin et transpire le jazz et le blues de tous ses pores. Ce disque, enregistré à une époque où le psychédélisme est poussé à son paroxysme, est une occasion pour le TYA de se lancer dans certaines expérimentations et de développer les prémices d'un type de disque qui commence à devenir à la mode : le concept album. Stonedhenge n'est pas un concept album au sens strict du terme mais il en montre certaines caractéristique essentielles, comme l'art de la transition, un certain souci de cohérence et un côté expérimental évident.

« Going To try », qui témoigne d'une certaine recherche instrumentale au niveau de l'introduction et des improvisations est une bonne illustration des diverses expérimentations du groupe. A l'écoute de ce titre, les relations entre les membres du groupe semblent également avoir radicalement évolué par rapport à 1967 : sur le premier disque, Alvin Lee était clairement LA star, saturant tout l'espace de sa présence. Avec Stonedhenge, tous les membres du groupe ont l'occasion de mettre leur talent en avant en ne se cantonnant pas dans un seul rôle d'accompagnateur.

En effet, à tour de rôle, chaque musicien a le privilège de jouer en solo sur des morceaux brefs d'une minute environ. « I can't Live Without Lydia », joué intégralement au piano par Chick Churchill, « Skoobly-oobly-doobob », morceau jazz vocal, « Three Blind Mice », qui laisse carte blanche au percussionniste Ric Lee, et enfin « Faro » interprété par le bassiste Leo Lyons, servent de transitions entre les différentes pièces maîtresses du disque. Ces morceaux brefs sont en effet des pauses musicales agréables faisant un peu retomber l'intensité de longs titres comme « No Title ».

Stonedhenge se caractérise par un certain éclectisme : on navigue entre morceaux instrumentaux minimalistes et titres épiques aux improvisations fouillées; on se laisse parfois entraîner par un fort courant jazz avec « Woman Trouble » avant de se faire balloter par des remous blues-rock. Stonedhenge n'est certainement pas un long fleuve tranquille. Alvin Lee n'hésite pas à se mettre en arrière plan au cours des improvisations spectaculaires de certains titres comme « Going To Try » au duo orgue/percussions véritablement fascinant. L'effervescence des improvisations atteint son paroxysme sur « No Title », blues planant où percussions,basse, effets sonores, guitare et orgue hypnotiques s'entremêlent de manière énigmatique et presque inquiétante. Le groupe ne nous rassure pas davantage avec l'oppressant et dépressif « Sad Song » à la rythmique tortueuse.

Lorsque le TYA revient au traditionnel blues-rock, on en est presque surpris. L'interprétation de ces morceaux, en apparence plus classiques formellement n'en est pas moins innovante, en témoigne le solo hallucinant d'Alvin Lee sur « Hear Me Calling » ou les bruits du train qui se met en marche ou qui déraille sur « Speed Kills ».

Musicalement, le TYA se démarque sensiblement de leur précèdent disque. Ce que le groupe a perdu en spontanéité et en sobriété, il l'a gagné d'une certaine manière en innovation, le TYA gravant ici une œuvre sophistiquée et expérimentale. Alvin Lee, toujours aussi virtuose, n'a pas hésité à se mettre en retrait, laissant ses amis aller en première ligne au cours d'improvisations étonnantes. Enregistré en février 1969, ce disque singulier dans la discographie du TYA est la première étape d'une riche et fructueuse année marquée par leur passage triomphal à Woodstock.

A lire aussi en BLUES-ROCK par MANIAC BLUES :


Eric CLAPTON
Just One Night (1980)
Un concert fameux




Stevie Ray VAUGHAN
Couldn't Stand The Weather (1984)
Un coup de maître de la part de srv!!


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- Alvin Lee (guitares, chant, piano, effets)
- Leo Lyons (basse, contrebasse, archet, ta)
- Ric Lee (batterie, percussions, bruitag)
- Chick Churchill (orgue, piano, celesta, 4 piano)


1. Going To Try
2. I Can’t Live Without Lydia
3. Woman Trouble
4. Skoobly-oobly-doobob
5. Hear Me Calling
6. A Sad Song
7. Three Blind Mice
8. No Title
9. Faro
10. Speed Kills
11. Boogie On



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod