Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Genesis, Mike & The Mechanics, Hiromi

Mike RUTHERFORD - Smallcreep's Day (1980)
Par MARCO STIVELL le 3 Avril 2010          Consultée 2299 fois

Il y a des artistes dont la production discographique se compte sur les doigts d'une main. Trente ans après, celle de Mike tout seul, sans GENESIS ni les MECHANICS, en est toujours réduite à une demi-main... Sans doute que Mike ne s'est jamais remis du flop qui a accueilli ses deux seuls essais en solo, autant le Smallcreep's Day qu'il a tant peaufiné que le Acting Very Strange sur lequel il est allé jusqu'à chanter.

Mais laissons ce dernier pour le moment. Smallcreep's Day était très attendu, notamment pour ceux qui suivaient un peu l'actualité de la famille GENESIS à l'époque, qui se sont intéressés de près à And Then There Were Three et au A Curious Feeling de Tony BANKS. Je fais partie de cette catégorie (sans être né à l'époque, ha ha), mais aussi de celle qui regarde un peu avant d'écouter. Et qu'est-ce que je vois ? Dans le livret, un petit groupe composé de Mike (bien sûr), d'Anthony PHILLIPS (ouiiiiii !!!), de Simon PHILLIPS (no relation with Ant, et ouiiiii aussi), de Morris PERT (re-re ouiiiii), sans parler de l'idéal homme aux manettes qu'est toujours David HENTSCHEL !!! En deux mots, Anthony c'est le tout premier guitariste de GENESIS qui a sorti une poignée de magnifiques albums (le voir officier aux claviers relève de la plus grande surprise si on ne les connait pas), Simon c'est le genre de batteur qui peut tout, mais vraiment tout jouer (on le retrouvera plus tard aux côtés de Mike OLDFIELD et encore plus tard avec TOTO) et Morris c'est un ami de la famille GENESIS (il a joué avec Phil COLLINS, Peter GABRIEL, Anthony PHILLIPS, et... Mike OLDFIELD). Il n'y a que Noël McCALLA que je ne connaissais pas, mais je saurai plus tard qu'il a par la suite rejoint le groupe de Manfred MANN.

Un petit groupe solide donc, même si tous les instruments ne sont pas présents de manière égale (en dehors de "Every Road", "Moonshine" et "Overnight Job", j'avoue ne pas reconnaître d'autre participation de Morris). C'est le tandem Mike (guitares, basse) / Ant (claviers) qui occupe la plus grande partie du spectre sonore. Le second accomplit parfaitement bien son rôle, dépassant le stade de simple musicien de studio, autant lorsqu'il joue du piano ("Time and Time Again") que lorsqu'il tisse des ambiances fabuleuses avec ses nappes ("After hours", "At the End of the Day"). Mike quant à lui se fait surtout remarquer à la guitare, en essayant de se surpasser à des moments qui pourront paraître laborieux aux yeux de beaucoup (comme sur "Out into the Daylight") ou en prouvant que la simplicité vaut parfois mieux que n'importe quel étalage de gammes (comme sur "At the End of the Day"). Simon PHILLIPS et McCALLA assurent aussi tout le long, rien à redire ici.

Smallcreep's Day est partagé entre une suite, sur la première face du vinyle, et une face B où les chansons n'ont rien à voir entre elles. La suite raconte la journée d'un employé d'usine, Smallcreep, et se nomme logiquement "Smallcreep's Day Suite". La qualité est au rendez-vous tout le long et la diversité des genres ainsi que des thèmes donne malgré tout un sentiment de vraie cohésion, qui vient renforcer le plaisir de l'écoute. On passe ainsi des nappes rêveuses de "Between the Tick and the Tock", "After Hours" et "Smallcreep Alone" au rock lumineux de "Working in Line" et "Out Into the Daylight", à l'humour sur "Cats and Rats (In this Neighbourhood)" (dont le seul titre n'est pas sans évoquer le "All in a Mouse's Night" de GENESIS), sans oublier le meilleur gardé pour la fin, un magnifique et poignant slow baptisé "At the End of the Day", dont une version éditée pour un single aurait vraiment dû apporter la reconnaissance à Mike. Mais peut-être cela sonnait-il encore trop seventies pour être accepté en ce "cruel" début de décennie 80 ?

La deuxième face est plus disparate, mais l'on y retrouve vraiment d'excellentes chansons, à commencer par le rageur "Moonshine" de même que les plus nuancés "Romani" et "Overnight Job" du côté rock, en face du plus romantique "Time and Time Again" (encore un magnifique slow) sans oublier la magnifique ballade acoustique "Every Road". De très bonnes chansons là encore - même si il était difficile d'atteindre les sommets de la "Smallcreep's Day Suite" -, pas grand-chose de plus à dire ici.

Si l'on observe la généalogie de la famille GENESIS, Smallcreep's Day, sorti en janvier 80 (curieusement plutôt qu'en décembre 79) est sans aucun doute le dernier album "normal" et entier que l'on peut étiquetter "rock seventies", avant que Duke n'amorce la transition avec la nouvelle décennie. A recommander à tout fan du GENESIS d'alors, même si l'emballage moins "classisant" ne peut m'empêcher de dire "toutes proportions gardées". C'est un disque de Mike RUTHERFORD, pas de GENESIS.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


GENESIS
Seconds Out (1977)
Pas authentique mais mythique !

(+ 1 kro-express)



NEMO
R€volu$ion (2011)
Rock-prog inspiré, dans la lignée des précédents


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Mike Rutherford (guitares, basses)
- Anthony Phillips (claviers)
- Noel Mccalla (chant)
- Simon Phillips (batterie)
- Morris Pert (percussions)


1. Smallcreep's Day Suite : (i) Between The Tick And
2. (ii) Working In Line
3. (iii) After Hours
4. (iv) Cats And Rats (in This Neighbourhood)
5. (v) Smallcreep Alone
6. (vi) Out Into The Daylight
7. (vii) At The End Of The Day
8. Moonshine
9. Time And Time Again
10. Romani
11. Every Road
12. Overnight Job



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod