Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Camille

ANAIS - The Love Album (2008)
Par MARCO STIVELL le 6 Mai 2010          Consultée 1265 fois

Après avoir su imposer son style et obtenir la reconnaissance du public avec son premier album enregistré en concert (The Cheap Show), ANAIS (dont le patronyme complet est Anais Croze) est de retour avec le premier album studio que voici, prête à faire ses preuves avec des chansons don l'habillage sera différent. En live elle était seule avec sa guitare et sa pédale d'effets, ici elle s'accompagne de nombreux musiciens, la perception que l'on va avoir de sa musique va être totalement différente.

Notons tout d'abord qu'un seul titre a été gardé par rapport à l'enregistrement live : "Elle Sort Qu'Avec des Blacks", curieusement gardé pour la fin du présent album alors qu'il s'agit d'un des titres au style le plus prononcé. On ne s'attendait pas à ce qu'ANAIS, au chant déjà maniéré (tendance humoristique) durant le reste du disque, allait conclure cet ensemble avec des accents ragga. C'est certes réussi, mais même si ce The Love Album est déjà bien rempli, un sentiment de frustration n'est guère incongru. Bien rempli avec des chansons aux styles divers et bien habillées par de bons arrangements à dominante rock. On remarquera ça et là quelques clins d'oeils à la musique française des années 60 avec "Moi Qui Croyais" dont la rythmique fait penser à "Locomotion", ou bien "Malheureux" qui amuse avec son fort côté "yé-yé", sans parler de certaines sonorités de claviers qui évoquent les orgues pop de ces années-là... Plein de clins d'oeil tout à fait assumés et qui renforcent le côté décalé de ce "concept".

Car comme l'indique le titre, il s'agit bien d'une volonté de la part de la jeune Anais de tordre le mot "amour" dans tous les sens et de rassembler toutes les situations possibles et inimaginables. Cela donne du sucré, du très sucré, du très très sucré, et bien souvent du décapant, Anais allant même jusqu'à insérer des séquences parlées qui forcent le sourire en plein milieu des chansons. C'est léger, romantique, sans prétention, ça se laisse écouter très facilement et dans n'importe quelle condition, surtout quand il s'agit de remettre l'humeur au beau fixe. Enfin tout le monde ne rira pas de tout bien sûr, mais la démarche est à des milliers de kilomètres du The Final Cut de Roger WAT... pardon PINK FLOYD. On me reprochera la comparaison douteuse, ce n'en est pas une, j'en parle surtout pour prendre deux extrémités niveau humeur, justement. Ah cette ANAIS... On aurait presque envie de lui répondre lorsqu'elle murmure "Je t'aime", et de la croquer quand juste après elle ajoute ses si mignons "Ah Ouh Ouh Ah Ouh Ouh, Ah Ouh". Ceux qui écouteront The Love Album comprendront vite de quoi je parle.

Côté instrumentation, si ANAIS ne se "limite" qu'au chant et à un solo de kazoo (sur "Elle Sort Qu'Avec des Blacks"), il n'en est pas de même pour le musicien anglophone qu'elle a employé, Tim Carter. Encore un touche-à-tout qui tient les 95 % des instruments de l'album, des guitares à la batterie, des claviers à l'ocarina, et quand on voit comment l'album est réussi musicalement parlant, on ne peut que saliver quand on a pas ce talent (pas besoin de dire que c'est mon cas... Je l'ai dit ? Ah zut...) Il y a aussi une section cuivres mais complètement sous employée (par rapport à ce que l'on pouvait croire, voire espérer) : c'est tout juste si on l'entend au début de "Malheureux", mis à part la trompette qui se réserve une ou deux échappées à d'autres moments de l'album.

Peut-être que The Love Album n'a pas l'originalité du live, peut-être aussi parce que d'autres artistes, dans la catégorie "jeune chanteuse de variété-rock française avec un univers musical particulier", comme Olivia RUIZ, se sont révélées plus attachantes. En tout cas The Love Album reste un exercice plus que correct et plutôt conforme à ce que l'on pouvait attendre d'un tel concept.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
C'est La Vie (1977)
"J'ai oublié de viiiiiiiivre..."




Jacques DUTRONC
Dutronc Au Casino (1992)
Un des plus grands disques live français


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Anaïs (chant, kazoo)
- Tim Carter (guitares, piano, batterie, percussions, dobro, oca)
- Dan The Automator (orgue)
- Merlo Podlewski (basse)
- Jeanne Geiger (trombone)
- Adam Beach (saxophone, flûte)
- Scott Bertrand (trompette)


1. Le Premier Amour
2. I Love You (from The Amber Story)
3. Elle Me Plaît
4. Malheureux
5. J'sais Pas
6. Moi Qui Croyais
7. Entre Deux Verres
8. Farniente
9. Peut-être Une Angine
10. Si J'avais Su Que Notre Amour (duo Rêvé Avec Chris
11. Je Voudrais Partir En Week-end
12. Qui C'est La Fille Sur La Photo
13. Elle Sort Qu'avec Des Blacks



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod