Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Cali, Déportivo, Eiffel

LUKE - D'autre Part (2010)
Par GEGERS le 8 Avril 2010          Consultée 2010 fois

12 ans... 12 ans que les Français de LUKE bourlinguent leur rock-pop par delà les villes et les régions. De la « nouvelle scène » rock apparue dans l'hexagone à la fin des années 90 (Aston Villa, Deportivo, etc.), LUKE est sans doute aujourd'hui le groupe le plus actif et celui jouissant de la cote de popularité la plus importante. Ne s'étant pas pour autant figé dans un style somme toute limité et n'ayant pas hésité à évoluer au gré de ses envies, le groupe nous revient en cette année 2010 avec un quatrième album synonyme de changement et d'assagissement.

Dès les premières notes de ce D'autre Part, l'auditeur voit où le groupe veut en venir. Oui, LUKE est toujours rock, mais propose sur « Fini de Rire » un rock orienté vers l'acoustique, loin d'être avare en arrangements, et qui voit la guitare électrique être reléguée au rôle de faire-valoir, se contentant de répéter inlassablement le gimmick principal du morceau. Et pourtant, que celui-ci est bon! Totalement irrésistible grâce à une rythmique enlevée et la voix de Thomas Boulard, dont les intonations ne sont pas sans rappeler un certain Bertrand Cantat, ce premier morceau montre un groupe mûr et réfléchi, assumant totalement ce côté pop-rock gentillet qui lui sied ici parfaitement.
Il en va de même pour « Le Robot », dont la rythmique acoustique entraînante jure quelque peu avec les paroles, à comprendre comme une complainte d'un individu déshumanisé. Dénué d'originalité, faussement post-moderne, ce titre se révèle néanmoins comme un des meilleurs moments de cet opus. Un excellent moment, au même titre que le single de l'opus, « Pense à Moi », dont la facilité du refrain n'a d'égal que le plaisir ressenti à l'écoute de cette bleuette pop-rock totalement imparable. Parfaitement calibré radio, ce titre doté d'un refrain persistant s'impose sans que l'auditeur ne parvienne vraiment à en comprendre la raison, comme le titre-phare d'un opus qui va malheureusement partir en déconfiture...

Car en effet, si ces trois premiers titres s'imposent comme des compositions pop-rock fort présentables (bien que perdant de leur intérêt au bout d'une douzaine d'écoutes), il n'en va pas nécessairement de même pour le reste de l'album. Ainsi, lorsque LUKE se la joue uniquement pop, axant sa musique sur des ambiances aériennes et introspectives (« Monsieur Tout le Monde », « Dans l'Ombre »), la sauce ne prend pas. Totalement à côté de la plaque, le groupe scie avec ces titres la branche sur laquelle il est assis. Évoluer, voici une envie bienvenue et même nécessaire, mais cette évolution doit apporter une substance supplémentaire à la musique et non la dénaturer et la vider de tout intérêt. Avec ces deux titres, LUKE évolue pour le pire et non pour le meilleur. Et le groupe de continuer à décevoir, en singeant maladroitement Louise Attaque d'abord (« Les amants de Valence »), en proposant des titres pop-rock insipides ensuite (« Le fantôme », « Si je m'écoutais »), transformant le plaisir ressenti à l'écoute du début d'album en une bien triste indifférence. Seul le titre le plus hargneux de l'album, « Manhattan » (rappelant fortement Noir Désir, période Du Ciment sous les Plaines) vient tirer l'auditeur de sa torpeur, le temps d'un petit brûlot délectable. Et il serait injuste que de nier les nombreuses qualités de la ballade « La complainte du Gardien de Prison », toute en progression et qui, s'achevant dans une orgie symphonico-électrique, offre une facette inédite et fort originale d'un groupe n'hésitant pas à aller de l'avant.

En triant le bon grain de l'ivraie, « D'autre Part », outre une pochette magnifique, nous offre cinq titres à la fois pop et rock, classiques et inventifs, qui valent vraiment la peine d'être entendus. Un constat bien triste, alors que LUKE, dont la volonté de proposer autre chose que la simple énergie brute des premiers albums est à saluer, peine à s'imposer avec ce quatrième album en demi-teinte. Reste le plaisir de voir un groupe osant aller de l'avant et refusant l'immobilisme, et l'espoir de voir LUKE d'affirmer dans quelques années sa nouvelle personnalité à l'aide d'un album plus convaincant.

A lire aussi en POP par GEGERS :


EELS
Daisies Of The Galaxy (2000)
Le joli blues de Mr. E




Cat STEVENS
Majikat (1976)
Irrésistiblement live


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Thomas Boulard (chant, guitare)
- Jean-pierre Ensuque (guitare)
- Damien Lefèvre (basse)
- Romain Viallon (batterie)


1. Fini De Rire
2. Le Robot
3. Pense à Moi
4. Monsieur Tout Le Monde
5. Les Amants De Valence
6. Dans L'ombre
7. Manhattan
8. Faustine
9. La Complainte Du Gardien De Prison
10. Le Fantôme
11. Si Je M'écoutais



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod