Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Public Image Limited

VIRGIN PRUNES - If I Die, I Die (1982)
Par STREETCLEANER le 12 Mai 2010          Consultée 1378 fois

VIRGIN PRUNES ! Impossible pour tout « goth » qui se respecte de faire l’impasse sur ce groupe culte de post-punk irlandais qui fut considéré à l’aube des années 80 comme étant le plus subversif de sa génération. Frisant la démence sur scène, jouant d’une théâtralité malsaine et dérangeante, douteuse et ambiguë également côté mœurs (nous sommes au début des années 80, remettons cela dans le contexte de l’époque), VIRGIN PRUNES trouve son aspect provocateur et choquant dans le punk, et sera souvent plagié de ce côté-là, mais toutefois rarement égalé. VIRGIN PRUNES est assurément punk. A 100 % dans son esprit. Mais aussi post. Car VIRGIN PRUNES, bien que s’étant constitué à la fin des années 70 aux côtés de U2 (les types se connaissent bien, ils habitaient dans la même rue et se côtoyaient au sein d’une même « société secrète », et Dik est le frère de David Evans, guitariste chez U2) est en réalité bien plus proche de Johnny « Rotten » Lydon, et de son groupe, PUBLIC IMAGE LTD... que ce soit dans l’esprit ou dans ses expérimentations musicales, ces deux groupes partageant des influences communes, outre bien évidemment le punk des SEX PISTOLS, l'extravagance de David BOWIE ou les influences hippies, libres, anti-conformistes, novatrices et tribales du krautrock…

If I Die, I Die, premier véritable album du groupe est un petit bijou. Un chef-d’œuvre brut de noirceur, d’humour et d’expérimentation, tout en gardant un côté accessible (si on aime le post-punk ou la cold wave s'entend). If I Die, I Die est aussi tribal. Les photos du livret sont parlantes : l’esprit y est plus proche de la forêt amazonienne que des briques de Dublin. D’ailleurs le côté ethnique transpire tout du long de cet album par ses percussions ou ses rythmiques (« Dave-Id is Dead », « Pagan Lovesong », « Caucasian Walk »), ses flûtes, ou dans son chant aux accents d’appel tribal « Sweethome Under White Clouds ». Et le titre « Pagan Lovesong » est également parlant. Sur ce titre, peut-être le plus marquant et fou furieux de l’album, on retrouve des voix si particulières, nasillardes, punks et criardes, voire enfantines non sans un petit côté pervers, des voix parfois superposées, ou des voix fantomatiques qui frôlent la folie et qu’on retrouvera parfois chez SOPOR AETERNUS.

L’aspect théâtral du combo ne se retrouve pas uniquement sur scène mais aussi dans les compositions : « Caucasian Walk » en est un bon exemple avec ses voix hallucinées, avec un chant proche de la déclamation, et qui se donnent la réplique. La folie est palpable : jouissif au possible… C’est certain, les cellules capitonnées de l’asile ne sont jamais loin pour ces types déjantés et dérangés. Bien sûr, il y a un humour outrageant et un grotesque assumés dans cette musique, mais au-delà de cet aspect c’est bien une plongée dans l’absurde et la folie ou dans un cérémonial surréaliste que nous propose VIRGIN PRUNES. Un groupe qui se veut d’abord libre mais qui assure n’avoir aucun message à transmettre, mis à part peut-être cet esprit de liberté.

Cet esprit de liberté dans la création se retrouve d’ailleurs généralement dans les musiques du mouvement post-punk. Et ici on n’y échappe pas. Et VIRGIN PRUNES plaira aussi sans doute à ceux qui apprécient la cold wave. Un look, une esthétique vestimentaire proches de ceux Robert Smith (The CURE), une basse bien audible, des guitares décharnées, une batterie au jeu plutôt tribal, des titres punky « Ballad of the Man » où on chante plus ou moins volontairement faux, une ambiance sombre, froide, voire fantomatique (« Fádo », « Yeo »), mais ici toujours théâtrale et décalée, à la limite de l’enfermement psychiatrique « Theme for Thought ». Et puis que dire de la plupart de ces compositions ? Absolument pas insipides, elles ont chacune leur personnalité. If I Die, I Die est vraiment le genre d’album sans réel point faible, un album brillant, absolument enthousiasmant de bout en bout si on est prêt bien entendu à pénétrer dans cet autre univers complètement barré… VIRGIN PRUNES est avant tout un groupe de cinglés qui jouent de la musique théâtrale en s'autorisant presque tout; avec une mise en scène très particulière...

Note : 5/5, un indispensable du post-punk/gothique.

A lire aussi en NEW-WAVE :


The CURE
Seventeen Seconds (1980)
Nous sommes à peine à l’aube des années 80...

(+ 3 kros-express)



XTC
Go 2 (1978)
Le disque post-punk de xtc.


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Gavin Friday (chant)
- Guggi (chant)
- Dave-id Busaras (chant)
- Dik Evans (guitares)
- Strongman (basse)
- Mary D'nellon (batterie)


1. Ulakanakulot
2. Decline And Fall
3. Sweethome Under White Clouds
4. Bau-dachöng
5. Pagan Lovesong
6. Dave-id Is Dead*
7. Fádo*
8. Baby Turns Blue
9. Ballad Of The Man
10. Walls Of Jericho
11. Caucasian Walk
12. Theme For Thought
13. Chance Of A Lifetime*
14. Yeo*
- * Titres Présents Sur Album En Version Rééditée



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod