Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIéTé FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Elsa LUNGHINI - Chaque Jour Est Un Long Chemin (1996)
Par MARCO STIVELL le 20 Juin 2010          Consultée 1611 fois

Le monde (de la musique ou tout court) est parfois bien cruel. On peut facilement se faire une idée d'un ou une artiste en s'appuyant uniquement sur les deux/trois tubes de lui ou d'elle que l'on peut entendre à la radio, à une époque donnée, et seulement pour cette époque. Jusqu'ici, cela reste assez normal. Il semblerait cependant que l'on oublie très vite que deux ou trois tubes ne font pas un album complet (à moins que ledit ou ladite artiste soit éphémère et se soit contenté d'un EP). De plus la carrière peut être longue, foisonnante, et alors, que représentent trois tubes sur plus de vingt ans de carrière ? Un exemple frappant reste le groupe suédois The Cardigans, qui a plusieurs albums et projets parallèles à son actif sur plusieurs années, et que certains aiment bien continuer de voir comme un genre de "groupe d'un ou deux tubes". Je ne dirai même pas que ce groupe s'est quasiment renouvelé d'album en album... Je l'ai dit ? Ah pardon. En relisant la phrase précédente, je dis même que des gens aiment cet état d'esprit. Ce n'est pas une critique en soi, c'est juste qu'on dirait vraiment que des gens tiennent à l'image qu'ils ont de tel ou telle artiste et le résultat c'est que malgré son éventuelle évolution, celui ou celle-ci garde l'étiquette qu'on lui a estampilé. Résultat concernant Elsa, plus de vingt-trois ans après ses débuts, quand on cite son nom, on a toujours droit à : "Elsa ? Ah oui, "T'en Va Pas", "Jour de Neige", de la variété années 80 de merde quoi." Ce qui est franchement dommage, j'espère que vous en conviendrez en y réfléchissant un peu. La belle n'a certes pas sorti beaucoup d'albums (fait auquel son succès décroissant n'est bien sûr pas étranger), mais ce nouveau disque de 1996, Chaque Jour Est un Long Chemin, marque le début d'une qualité discographique telle qu'en l'écoutant (si toutefois vous parvenez à mettre la main dessus), il n'y aura cette fois pas besoin de la moindre réflexion pour convenir que ces flops sont regrettables.

Chaque Jour Est un Long Chemin est certes toujours un album de variété, Elsa est certes toujours suivie de près musicalement par son père Georges qui co-signe une bonne partie des musiques (pour la dernière fois, autant dire qu'il s'agit de l'album de l'émancipation), mais l'esprit est tel qu'il se démarque incontestablement d'autres albums du genre de l'époque. Très folk, avec l'ombre du duo GALLAGHER AND LYLE qui plane au-dessus (le premier, Benny étant présent sur une poignée de titres), parfois à la limite du country voire du traditionnel ou des deux en même temps ("Quand Je Serai Morte"), ce disque rompt le plus possible avec les trois albums "de jeunesse" d'Elsa. L'exemple probant, c'est qu'il n'y a que peu ou pas de batterie (elle joue plus sur une certaine finesse, ce qui rompt avec l'effet réverb' des albums passés), et pas un seul, je dis bien pas un seul synthétiseur. A la place, des percussions, des guitares folk, de l'harmonium, de l'orgue Hammond, du piano, le tout sonnant comme on ne pouvait s'y attendre pour un disque de variété à l'époque, en plein dans l'explosion boys band.

Elsa, pour bien faire (et elle a très bien fait), s'est entourée de musicien(ne)s peu connu(e)s dans le paysage musical français, pour la bonne et simple raison que certain(e)s sont anglophones, mais même dans leur pays, à part peut-être Gavin WRIGHT, ils ne font pas partie des "pointures" que l'on cite automatiquement. Exit les BIKIALO, SECCO, KOCHMANN etc, bonjour aux Christian MARSAC, Clare KENNY, Gerry CONWAY (que les fans de JETHRO TULL connaissent bien) et Jody LINSCOTT (session-woman qui a travaillé avec David GILMOUR, Mike OLDFIELD...). Le résultat est, quand on connaît un peu l'oeuvre de la belle, pour le moins surprenant. Mais surprenant dans le sens agréable, et la preuve en est, pour ceux qui ont suivi avec intérêt l'évolution de la carrière de la jeune femme, Chaque Jour Est un Long Chemin ressort souvent comme le petit favori, parmi tous. Côté textes, c'est Elsa qui s'en est chargée cette fois-ci, ou alors il s'agit d'adaptations. Comme ce n'est le plus souvent pas ce dernier cas, il devient donc aisé de se faire une petite idée du style autour duquel tourne la plume d'Elsa, entre relations humaines et images d'un style bien souligné par l'intonation que prend la voix d'Elsa selon la chanson. Ce n'est certes pas de la grande littérature mais ça fonctionne.

Côté musique, Elsa compose toujours aussi peu mais l'on remarque que cet exercice donne toujours un effet particulier quand elle s'y met. Il suffit de voir la chanson "Rien Que Pour Ca" sur l'album du même nom et celle qui porte le nom de "Caravane" ici. Au niveau des accords ainsi que des ambiances, ça change du reste. Vous en connaissez beaucoup des chansons qui, comme "Caravane", jouent avec un rythme de guimbarde et des notes "glissées-crissées" de violon. A la fois original, fin et efficace, sans parler du falsetto d'Elsa, assez savoureux bien que trop peu utilisé dans sa carrière, bien adapté au contexte. Avec cette seule chanson, j'ai toujours un peu l'impression qu'Elsa a alors quelque peu devancé le travail de chanteuses françaises comme Olivia RUIZ. Le tandem "Sous ma Robe" / "Le Chéri" est aussi proche sur la galette que nuancé. Sur le versant vocal, ça reste soft même sur la deuxième, mais le saxophone, lui, ne se prive pas. Doux sur la première (comme la voix), il se montre plus rageur sur la deuxième. Chose supportable encore, contrairement à la chanson "Le Soir" où là il se fait réellement agressif, trop pour moi, mais c'est vraiment le seul point "noir" de cet album. Pour les autres instruments, outre les claviers "originaux" (pour l'époque encore une fois), on notera la présence de multiples percussions, d'un accordéon sympathique sur "Quand Je Serai Morte", d'une flûte traversière idéalement arrangée sur "Je Tire la Langue", d'un harmonica de çi de là, appréciable surtout sur le très beau "Jacques Est Maniaque", curieusement assez sous-estimée par rapport au reste de l'oeuvre. Les meilleures chansons de cet opus restent cependant bien évidemment la chanson-titre, the tube (bien qu'il n'en ait pas été un) immanquable avec sa petite ritournelle (et son solo d'orgue Hammond, miam), ainsi que "Les Affaires de Franck" (avec de bonnes guitares slide caractérielles comme on les aime). On doit se dire aussi parfois que l'ambiance devait être bonne dans le studio, au vu de certains décomptes qui ont été conservés en intro des chansons... Ou même tout simplement, ce sont les ambiances de certaines d'entre elles qui donnent cette impression.

Malgré tout cela, on peut le dire franchement, cet album aura fait un sacré flop. La preuve même que le renouvellement est souvent soit négligé (quand on ne s'appelle pas GENESIS ou STING), soit mal perçu (cette fois même si on s'appelle GENESIS ou STING), soit tout simplement ignoré, et quand enfin on revient à de tels albums, c'est souvent bien tard même si, heureusement, il n'est jamais trop tard. Voilà un disque confidentiel d'une qualité rare et sous-estimé, dans la lignée de galettes folk qui le sont bien trop elles-mêmes telles le Marchand de Cailloux de Renaud. Mille fois dommage...

Note réelle : 4,5

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


MALICORNE
Les Cathédrales De L'industrie (1986)
Quand malicorne suit les années 80...




Johnny HALLYDAY
Derrière L'amour (1976)
Quatre grands classiques, mais pas que !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Elsa Lunghini (chant, choeurs)
- Fred Helbert (pianos, harmonium, orgue hammond, guitares, guimba)
- Clare Kenny (basse, choeurs)
- Jody Linscott (percussions, batterie)
- Christian Marsac (guitares, saxophone ténor, harmonica, flûte, choeu)
- Benny Gallagher (mandoline, accordéon)
- Gavin Wright (violon, alto)
- Dave Anderson (harmonium)
- Gerry Conway (batterie)
- Robin Millar (harmonica, choeurs)


1. Chaque Jour Est Un Long Chemin
2. Je Porte Mon Coeur Sur Ma Main
3. Le Temps Tourne à L'orage
4. Quand Je Serai Morte
5. Sous Ma Robe
6. Le Chéri
7. Caravane
8. L'autre Moitié
9. Le Soir
10. Je Tire La Langue
11. Les Affaires De Franck
12. Jacques Est Maniaque



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod