Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Genesis

CUT_ - Millionairhead (1999)
Par MARCO STIVELL le 9 Juillet 2010          Consultée 1067 fois

C’est à peine si Ray WILSON avait pris le temps de souffler après son expérience avec GENESIS (album Calling All Stations de 1997 + tournée qui a suivi), que déjà le groupe se scinde, chacun partant vers ses projets personnels (la vérité est plus compliquée, mais même si ce n'est plus un secret pour personne, je m'abstiendrai de la répéter). Pour Ray, cela signifie avec CUT_ un nouveau départ, bien que l'expérience se soit révélée éphémère là aussi.

Un groupe au patronyme singulier pour une musique qui ne l’est pas autant. En fait, cette formation est au 4 / 5 ème issue du premier groupe de Ray, GUARANTEED PURE, au début des années 90 (là encore éphémère, avec un seul album devenu introuvable, Swing your Bag). Seul le batteur Chris CAVANAGH a été remplacé par Nir ZIDKYAHU alias Nir Z, lui aussi présent au sein de la dernière mouture de GENESIS comme on le sait. Et aux côtés de Ray, on trouve notamment le frère de ce dernier, encore plus inconnu que lui, mais essentiel en temps que bras droit musical, si l'on peut dire.

Une musique pas singulière pour un sou, car il s’agit de pop-rock pur et simple, à la fois légèrement "gras" et bien propre, bien léché. C’est, disons le tout de suite, le style affectionné par Ray et qu’on retrouvera au cours de sa carrière solo, sauf qu’ici il s’agit d’un groupe. Les guitares sont affutées sans être acérées, les plans de batterie de Nir sont basiques tout en restant efficaces pour une telle musique. Et quant à Paul Holmes, son rôle peut se révéler limité aux premières écoutes, car on entend surtout des sons de cordes s’échapper de ses claviers (quand ils ne sont pas "bouffés" pas les guitares) et un peu de piano vers la fin. C’est d’ailleurs peut-être un léger défaut à cet album, des guitares qui ressortent trop et des claviers pas assez (question d'égalisation des arrangements), mais on s’apercevra vite que Ray corrigera par la suite ce problème.

En résultent avant tout des chansons bien sympathiques, certaines étant moins évidentes que d’autres bien sûr mais elles sont relativement peu. Disons surtout qu’on se laisse surprendre par le nombre, plutôt conséquent cette fois, de morceaux qui auraient pu, voire vraiment dû passer à la radio, et apporter une certaine reconnaissance à Ray, bien au-delà des égards qu’il a reçu durant le temps passé avec GENESIS et à peine sorti du groupe. Pour ne citer qu’elles, "Jigsaw", "Sarah", "Another Day", "Hey, Hey", "Young Ones", "Gypsy" et "Ghost", excusez du peu, auraient mérité de marcher en termes de chiffres si elles étaient sorties en singles, de passer en boucle sur les ondes (avec un tel nombre, difficile de se lasser d'une seule, alors de sept !...), d'être fredonnées par tout le monde... Plus de la moitié du disque, et encore je suis gentil. "Millionairhead", celle qui donne son nom au disque, est curieusement l’une des moins réussies à mon goût, mais il faut dire que sa courte durée ne joue pas beaucoup en sa faveur (alors que le refrain est une très bonne idée). Composé par Steve, "Shoot the Moon" (non, pas celui de Norah JONES, et pourtant il est aussi en sixième position !) nous transporte rêveusement avec allégresse tandis qu’on se laisse surprendre par la reprise vitaminée du standard de David Bowie ("Space Oddity").

Mais le mieux reste les chansons "occasions de tubes manqués" suscitées. Surtout les trois premières et les deux dernières. "Another Day" est tellement accrocheur que c’en est désarmant. "Sarah" est une vision particulièrement singulière de l’amour idéal, et son petit riff est toujours un régal. De même pour le refrain de "Gypsy", ou les couplets de "Ghost"… Enfin bon vous aurez compris. Un disque qui s’adresse à tout amateur de pop-rock, une valeur sûre (juré craché !)

La réédition de 2007 comporte trois morceaux bonus qui peuvent facilement se placer parmi les meilleures chansons enregistrées à l’époque, bien dans l’esprit de l’album. La seule vraie surprise (et pour le moins bonne) est "Reason for Running". "Dark" s'intègre à mon avis beaucoup mieux à la fin de Millionairhead qu'à celle du futur premier album studio de Ray, Change (2003). La palme revient à "Adolescent Breakdown", magique avec son piano et ses sons de cordes, mais là encore, la chanson se fixera mieux, cette fois au beau milieu d'un album, sur The Next Best Thing, deuxième album solo de Ray (2004).

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


FLEETWOOD MAC
Heroes Are Hard To Find (1974)
L'installation en californie




BLUEHORSES
Skyclad (2004)
Rock celtique toujours aussi puissant !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Ray Wilson (chant, guitares)
- Steve Wilson (guitares)
- John Haimes (basse)
- Paul Holmes (claviers)
- Nir Z (batterie)


1. Jigsaw
2. Sarah
3. Another Day
4. Hey, Hey
5. Millionairhead
6. Shoot The Moon
7. Young Ones
8. No Place For A Loser
9. Space Oddity
10. I Hear You Calling
11. Gypsy
12. Ghost



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod