Recherche avancée       Liste groupes



      
CLASSIQUE CONTEMPORAIN  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : John Hackett & Moodi Drury

John HACKETT - Velvet Afternoon (2004)
Par MARCO STIVELL le 8 Octobre 2010          Consultée 1003 fois

Dans la famille Hackett, je demande le petit frère, et en âge seulement. Eh oui, il y a Steve, le grand, l'illustre avec un palmarès qui force le respect : d'un côté Genesis pour la vie de groupe, la carrière solo pour la liberté totale (y compris celle de diriger son propre groupe), et même accessoirement un succès retentissant à travers un passage éclair au sein d'une formation non moins éphémère (l'expérience GTR avec Steve Howe du groupe Yes au milieu des années 80). Et après Steve, il y a John, mais ici à présent, c'est de John dont on parle, et si il est "après" Steve, ce n'est qu'en terme d'âge ainsi que je l'ai dit plus haut. Car John on l'oublie trop souvent, en France ni plus ni moins qu'ailleurs, et c'est d'autant plus regrettable à une époque comme la notre, alors que Steve connait un regain d'intérêt par chez nous (sa participation à l'Event qui lui a été consacré en mai en Alsace en est la preuve). Il faut dire que la dernière fois que John a accompagné Steve en formation rock - car il y a le trio acoustique, les deux frères plus le claviériste Roger King, mais qui intéresse beaucoup moins une bonne partie des fans, bien qu'il ait été applaudi à l'Event -, pour ceux qui s'en souviennent, c'était à la fin des années 70. Pour ceux qui n'ont pas suivi de près l'évolution des groupes de Steve, John accompagne son grand frère depuis le premier album solo de ce dernier où il a empreint les morceaux de sa flûte magique, mais aussi d'autres instruments qu'il manie avec habileté (guitare, pédalier basse, claviers) aussi bien en studio qu'en live régulièrement jusqu'au début des années 90, sans compter le trio acoustique d'à partir de 2003 et les sessions ponctuelles pour les derniers albums de Steve.

Autant dire que John est un musicien essentiel non seulement pour la musique de son grand frère que pour la musique tout court. Pour ce genre qui aura fait date dans l'histoire, et que l'on nomme ici ou là art-rock et plus généralement rock progressif, il est un musicien rêvé, qu'il est bon de compter dans sa formation. Ce n'est pas pour rien s'il a été influencé par Ian McDonald, l'un des participants légendaires de la première mouture de King Crimson, celle de In the Court of the Crimson King à la fin des années 60. C'est d'ailleurs, ainsi qu'il le dit dans le livret de Velvet Afternoon, en voyant le groupe jouer lors d'un concert qu'il a eu envie de délaisser un peu sa guitare pour s'acheter une flûte traversière ! Et c'est donc à cet instrument délicat et merveilleux que ce premier disque solo, sorti près de trente ans après le premier de Steve (dieu que le temps passe vite...), est consacré, et au piano aussi, qui n'est pas qu'un simple instrument d'accompagnement.

Les compositions sont l'oeuvre de John seul, et, comme on se doute, s'oriente vers, non pas ce que l'on appelle communément "musique classique", mais dans un sens plus large "Grande Musique". Les influences ne sont pas difficiles à déceler, Velvet Aternoon est clairement un mélange des genres baroque (Georg Haendel, Antonio Vivaldi, Jean-Sebastien Bach) pour un soupçon, mais aussi et surtout néo-classique : l'école française fin XIXème-début du XXème siècle, avec Claude Debussy et son copain Erik Satie, auquel d'ailleurs John et son frère Steve avaient conjointement consacré un album pour guitare et flûte en 2001. Nous avons droit à une mention légitime "A relaxing collection of original compositions for flute and piano". Tout un programme.

C'est le mot "relaxing" qui prend tout son sens, lorsque l'on écoute ce disque, car l'ambiance renvoie à celle du disque consacré à Satie dont elle se fait très proche. Mis à part qu'ici, pas de guitare, un piano à la place, et à une composition près ("Minuet Reprise"), la flûte est toujours présente. De plus, on ne retrouve pas forcément les critères de composition chers à ce bon vieux Erik comme la polymodalité (sur la "Gymnopédie n°1" par exemple), ni des "tensions" mélodiques. Tout coule de source et l'album s'écoute facilement, même si bien évidemment les non-initiés à ce style trouveront que tout se ressemble. Et pourtant... Bienheureux celui qui arrive à tendre l'oreille plus souvent que sur un morceau "différent" comme le quasi-ragtime "Oily Rag", ou plus gai et "fou-fou" comme "Tamborino" et "Presto". Celui-ci est encadré par les deux "Minuet", au thème si joli systématiquement (y compris sur "Minuet Reprise") repris au piano avant que ne se crée une variation.

Quant à l'ambiance... L'ambiance est tout simplement prenante, majestueuse, veloutée, feutrée... Le soir est, malgré le titre proposé, le moment qui convient le mieux pour écouter ce disque (même si j'en entends ronchonner parce qu'il s'endorment), de même que le Sketches of Satie, ou même les albums classiques de Steve seul. Les rythmes, qu'ils soient binaires ou ternaires, sont plutôt calmes, et John à la flûte peut à loisir étaler toutes les belles mélodies qu'il a composé ("Allegro Molto Moderato", "Pastures Green", "Freefall", "Velvet Afternoon") en laissant quelques moments de respiration où le piano joue seul une grille en ajoutant quelques arpèges. Ces mélodies sont surtout "linéaires", sans trop d'ornements, même si John s'amuse en plaçant de temps en temps une petite trille. Et puis cette note suraïgue lors du final de "The Chaplet"... Miam ! Une autre pièce essentielle de ce disque, plus que les autres reste sans doute "Next Time Around". On dirait presque un standard de jazz !

Que voilà un sympathique petit disque par deux artistes qui ne le sont pas moins, surtout John dont on se plait à savourer la flûte une fois de plus, dans un style et une atmosphère qui lui siéent à merveille et alors qu'elle est moins présente sur les albums de brother Steve. En attendant un peu plus de surprises...

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


Mariannig LARC'HANTEC
Harpes Celtiques, 1000 Ans D'histoire (avec Myrdhin) (1987)
Harpe celtique d'hier et d'aujourd'hui




Peter GABRIEL
New Blood (2011)
Self-reprises symphoniques


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- John Hackett (flûte)
- Sally Goodworth (piano)


1. Pastures Green
2. Vergebung
3. Freefall
4. Minuet I
5. Presto
6. Minuet Ii
7. The Chaplet
8. Allegro Molto Moderato
9. Sausage Boy
10. Oily Rag
11. Sophie's Lullaby
12. Tamborino
13. Minuet Reprise
14. Next Time Around
15. Velvet Afternoon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod