Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Stramash, Firkin, Creeds Cross

BLUEHORSES - Cracking Leather, Skin And Bone (1997)
Par MARCO STIVELL le 15 Octobre 2010          Consultée 1199 fois

BLUEHORSES est un groupe fondé au milieu des années 90 par des musiciens gallois parmi lesquels la chanteuse-multi instrumentiste Liz Prendergast et le batteur Nic Waulker. Ceux-ci deviendront les membres principaux notamment en raison de leur forte présence au niveau de l'écriture des chansons et de leur longévité dans l'histoire du groupe. Cracking Leather, Skin and Bone est le titre retentissant de ce premier fruit du travail du groupe, paru à un moment où les musiques celtiques, aussi bien folk tout court que rock et autres, se portent à leur meilleur.

Lorsque "Helen" démarre avec sa guitare vrombissante et sa rythmique de plomb, puis qu'arrivent les premiers coups de caisse claire, les violons prenant le dessus sur la guitare, le ton est donné. La musique de BLUEHORSES est un savoureux mélange de rythmique hard (plutôt que heavy, le hard gardant un côté bluesy) et de mélodies folk agrémentées de violons celtiques. La voix de Liz Prendergast est claire et sait se faire caractérielle, ce qui la rend idéale dans un cas - "Helen" - comme dans l'autre - le début de "Under the Leaves" -. Le batteur Nic Waulker est leste et à l'instar des autres musiciens délivre des parties efficaces, arrivant souvent à capturer l'attention comme le font les violons. Le groupe n'en est pas encore à l'utilisation de synthétiseurs, mais n'en rechigne pas moins à utiliser des effets comme la guitare sur l'intro de "Pill/Farmers Daughter" C'est l'un des premiers morceaux sur lesquels on peut ressentir une certaine influence du genre gothique. Après cela, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi l'album s'appelle Cracking Leather, Skin and Bone. D'ailleurs, le look des membres du groupe va un peu dans ce sens. A la suite de la première partie plutôt sombre de "Pill/Farmers Daughter" survient un décollage plutôt savoureux et qui n'est pas sans évoquer le bluegrass. Ne manque que le banjo...

"Sitting Pretty", écrite par Liz Prendergast (comme la plupart des titres de cet album) et Nic Waulker, est sans contestation possible l'un des premiers classiques du groupe. Le rythme est à la fois vigoureux et entraînant, la guitare à son top niveau notamment lors du solo, et Liz ne mâche pas ses mots. Le refrain particulièrement est criant de simplicité et fait toujours son petit effet. Une fois n'est pas coutume, c'est la basse qui ouvre une chanson, "Banks on Conwy", qui s'avère être un instrumental, et surtout une vraie perle folk, portée par la guitare acoustique et les violons (un jouant la mélodie, l'autre accompagnant), révélant les influences celtiques chères à Liz Prendergast qui a tout écrit toute seule. L'emploi du bodhran est pour le moins une très bonne surprise et ce même si cet instrument est souvent rattaché à ce genre d'air. Deux fois n'est pas coutume (sic !), c'est la basse, en slap cette fois, qui ouvre "Wiccaman". Sur un rythme rock péchu, la voix et les violons sont de fête. C'est de cette chanson qu'est tiré le titre de l'album. Sur le même train d'enfer déboule "Screaming Crying" un peu plus loin. On dirait presque du ska... Liz Prendergast y interprète sans doute l'une de ses parties vocales les plus complexes, lui laissant peu le temps de respiration sur les refrains.

La spontanéité d'un tel alliage est toujours rafraîchissante, mais avec "Summer Has Flown", le groupe prouve qu'il sait aussi apporter des nuances au sein d'un même ensemble, comme ici le fait de conserver son instrumentation de base, tout en calmant le jeu sur le plan mélodique, etc... "Blackleg Miner" est le seul titre où il a pioché dans le répertoire traditionnel, pour un rendu de folie, passé une intro faussement sage. C'est tout simplement jouissif. On peut en dire autant de "All Went Away" et ce bien qu'il soit moins "fou". Les parties de violons de "Cabbage Train" sont pour le moins époustouflantes, on pense automatiquement à du shred ! On remarque qu'au cours de ce premier disque, les morceaux étaient positionnés de telle sorte qu'il n'y ait pas de forts éléments similaires entre deux chansons consécutives. Ici c'est pourtant le cas car la partie de batterie de "Big White Telephone" ressemble fortement à celle de "Cabbage Train". Cependant, ce dernier titre est une véritable récréation à tous les niveaux !

En somme un bien bon début. La remasterisation de 1999, soit deux ans seulement après, a permis de disposer de trois morceaux supplémentaires, et non les moindres ("Banks of Conwy", "Summer Has Flown" et "Blackleg Miner"). C'est donc cette version qui est à préférer, même si l'on tombe en général immédiatement sur elle.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


The CHIEFTAINS
4 (1973)
Tout le charme du folk irlandais




SKARAZULA
Ostara (2004)
Musique médiévale par un groupe canadien


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Liz Prendergast (chant, violons acoustique et électrique)
- Emily Grainger (violons acoustique et électrique)
- Nic Waulker (batterie, bodhran)
- Rob 'spaceshuttle' Khoo (basses électrique et acoustique, bruits)
- Martyn 'the Boy' Standing (guitares électrique et acoustique)
- Dave 'the Big Palooka' Salmon (guitare, chant)


1. Helen
2. Under The Leaves
3. Pill/farmers Daughter
4. Sitting Pretty
5. Banks Of Conwy
6. Wiccaman
7. Into The Woods
8. Screaming Crying
9. Summer Has Flown
10. Blackleg Miner
11. All Went Away
12. Cabbage Train
13. Big White Telephone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod