Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY FOLK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Enter The Haggis, Wild Colonial Bhoys

CARBON LEAF - How The West Was One (2010)
Par GEGERS le 4 Octobre 2010          Consultée 1031 fois

Si la crise du marché du disque est indéniablement pénalisante pour nombre d'artistes, en particulier les jeunes qui peinent à trouver une maison de disques au sein de laquelle grandir et laisser mûrir leur musique, elle est aussi source d'une certaine émulation pour les artistes établis, qui n'hésitent pas à remettre en cause le sempiternel cycle album/tournée pour adopter de nouveaux rythmes de conception et de diffusion de leur musique. C'est le cas de CARBON LEAF, groupe de folk rock américain. Lassé du manque du manque de soutien de son label, le groupe a décidé de regagner son indépendance et distribuer lui-même sa musique, lorsque bon lui semble et uniquement par le biais d'Internet. Jouissant d'une côte de popularité somme toute honorable aux Etats-Unis, le groupe peut compter sur une base d'amateurs fidèles, qui ne se plaindront sans doute pas de ce choix.

Le risque, bien entendu, est de favoriser la quantité au détriment de la qualité. Grisé par ce nouveau sentiment de liberté, CARBON LEAF semble décidé d'appuyer sur la pédale d'accélérateur, puisqu'après la parution d'un album en 2009 et du présent EP (d'une durée tout de même conséquente, plus de 35 minutes), le groupe prévoit d'ores et déjà la sortie d'un album de reprises pour décembre, un album live pour février 2011 et d'un autre album studio en mars ! Gare à l'overdose !

How the West was One est donc la première sortie d'un CARBON LEAF 100% indépendant. Composées alors que le groupe effectuait une tournée dans l'ouest des États-Unis, les sept chansons de l'EP montrent un groupe mûr, inspiré, et visiblement résolu à délaisser ses racines celtiques pour œuvrer désormais dans un folk rock aux relents country. L'impact des paysages du grand ouest américain sur le groupe est ici palpable : les titres sont longs, prennent le temps de s'installer et transpirent les grands espaces, tant et si bien qu'ils invitent à la méditation et à la contemplation. Les images reviennent en tête : John Wayne, en cowboy solitaire, ou Richard Farnsworth, en vieux routard en tondeuse à gazon dans Une Histoire Vraie (David Lynch), nombreuses sont les références cinématographiques qui viennent à l'esprit à l'écoute du lent et énigmatique « If I Were a Cowboy », titre le plus long de l'EP.

Les sept compos de cet opus ont en commun ce sentiment d'apaisement, de plénitude, qui caractérise habituellement les vieux chanteurs de folk américain plus que les trentenaires en quête de succès. « Native America », « For the First Time », sont de ces titres intemporels qui s'imposent lentement mais sûrement. Bien aidés par la voix grave et solennelle de Barry Privett, ils grandissent à chaque écoute pour s'imposer comme de sympathiques sucreries country/folk . Loin de provoquer l'indigestion, CARBON LEAF a la judicieuse idée de varier son propos à l'aide de l'enlevé « Unknown Bride », dont le tempo plus rapide et la mélodie lumineuse du refrain tranche avec la mélancolie des couplets. Intégralement acoustique, l'EP alterne judicieusement entre longues plages méditatives (l'instrumental « 1 wolf, 2 wolf, 3 wolf ») et accroches mélodiques que l'on saisit au vol avec un plaisir certain.

Résolu à ne pas tomber dans la facilité (le style, ultra-balisé, semble pourtant s'y prêter), CARBON LEAF offre avec How the West Was One un instantané de bonheur et de pureté musicale rare. On accroche (ou pas) à ce folk acoustique, mâtiné de touches country, qui montre un groupe maîtrisant parfaitement son propos et constant dans la qualité des compositions offertes. Reste ce petit doute : le groupe va-t-il pouvoir conserver ce niveau de qualité, alors qu'il annonce sortir un nouvel album tous les six mois ? Les paris sont ouverts. Toujours est-il que CARBON LEAF, désormais indépendant et ayant porté sa musique à maturation, est aujourd'hui un des groupes les plus intéressants du pays de l'Oncle Sam, qui n'en finit pas de nous surprendre. Un grand cru !

A lire aussi en COUNTRY par GEGERS :


Austin LUCAS
A New Home In The Old World (2011)
Miracle thérapeutique




Chris ISAAK
Mr Lucky (2009)
Born in the usa...


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Barry Privett (chant)
- Terry Clark (guitare)
- Carter Gravatt (guitare, mandoline)
- Jason Neal (batterie)
- Jon Markel (basse)


1. Native America
2. Crossroads
3. If I Were A Cowboy
4. Midwestern Girl
5. 1 Wolf, 2 Wolf, 3 Wolf
6. Unknown Bride
7. For The First Time



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod