Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Alvin Lee
 

 Ten Years After (859)

TEN YEARS AFTER - Ten Years After (1967)
Par MANIAC BLUES le 25 Novembre 2010          Consultée 2219 fois

Les amateurs de rock se souviennent bien de ce fameux concert à Woodstock en aout 1969, au cours duquel un groupe encore peu connu, étrangement baptisé TEN YEARS AFTER, marqua les esprits au terme d'une performance inoubliable. Le monde entier découvrait alors le jeune Alvin Lee et sa bande de joyeux lurons distillant avec excellence du blues-rock sur-vitaminé. Pourtant, en Angleterre, cela faisait déjà plusieurs années que le groupe s'était construit une solide réputation même si leur popularité n'avait rien de comparable au succès des géants britanniques comme Cream ou les Rolling Stones. Pendant la première moitié des années soixante, le groupe, affublé de divers noms s'était engouffré dans la brèche du British Blues Boom connaissant un succès local dans la région de Nottingham, avant de signer leur premier contrat en 1967 sous le sobriquet de TEN YEARS AFTER, nom faisant soit-disant référence à la naissance du rock'n'roll en 1956.

Aux côtés de Cream ou Fleetwood Mac, le TYA fait partie de la seconde vague de blues-rock qui a déferlée en Grande Bretagne lors de la seconde moitié des années soixante. Ces groupes se caractérisent notamment par la virtuosité clairement affichée des musiciens qui se lancent alors dans de gargantuesques improvisations. Le jeu de guitare d'Alvin Lee, qui n'a rien à voir avec celui d'un Clapton par exemple, brille par sa sobriété, sa finesse, sa précision et par un côté jazzy irrésistible. Dès ce premier disque, le TYA, groupe à la section rythmique souple, posée, tout sauf monolithique, s'adaptant aussi bien au rock, qu'au jazz ou au blues, fait déjà preuve d'une grande maîtrise.

A première vue, la pochette aux couleurs criardes de ce premier album pourrait faire penser à une sombre formation psyché jouant dans des pub malfamés de la banlieue londonienne. Ce qui n'est évidemment pas le cas lorsque l'on écoute le premier titre, « I Want To Know », sur lequel le groupe électrise l'atmosphère avec du blues endiablé : la guitare nerveuse d' Alvin Lee, son chant chaleureux et une rythmique très énergique ne peuvent alors qu'emporter l'adhésion de l'amateur de blues-rock. Dans le même registre de blues chauffé à blanc, « Losing The Dogs » sort du lot grâce à la voix débridée d'Alvin Lee soutenue par un piano survolté.

Il est difficile de dégager une tendance générale sur cet album tant le groupe affiche plusieurs visages tout au long du disque. Tantôt déchainés, tantôt cools, ils abordent différents registres sans complexe. « I Can't Keep From Crying Sometimes », au riff décontracté et aux improvisations jazzy, annonce la couleur jazz de « Adventures of A Young Organ », morceau instrumental au duo guitare/orgue véritablement savoureux.

Ce premier album montre également toute leur habilité et maturité dans l'art de la composition, le disque ayant été presque intégralement écrit par Alvin Lee. Le britannique a composé plusieurs morceaux de blues convaincants comme « Feel It For Me », « Love Until I Die »  où le guitariste montre qu'il n'est pas non plus maladroit à l' harmonica, ou encore l'acoustique « Don't Want You Woman ». Sur ces titres, le groupe joue le blues de manière traditionnelle sans fioritures et n'accorde finalement qu'une très faible place au rock.

Tout comme Cream qui a popularisé l'excellent « Spoonful » un an auparavant, le TYA grave ici une très bonne version de ce titre composé par l'inimitable Willie Dixon. La voix débordante d'émotions d' Alvin Lee qui se mêle parfaitement à ses soli incisifs annonce le feeling extraordinaire du groupe sur « Help Me », ballade lancinante et intense de près de dix minutes. Ce final somptueux sublimé par la performance vocale et instrumentale d'Alvin Lee est le point d'orgue de ce disque réussi à tout point de vue.

La maturité musicale qu'affiche le groupe sur ce premier coup d'essai augure d'une carrière riche et passionnante. Dés leur prochain album studio, Stonedhenge, le TYA va prouver en effet que la qualité de ce disque n'était pas un feu de paille.

A lire aussi en BLUES-ROCK par MANIAC BLUES :


Paul PERSONNE
A L'ouest (face A) (2011)
Les pieds sur terre, la tête à l'ouest




Stevie Ray VAUGHAN
The Sky Is Crying (1991)
Un magnifique album posthume du texan!!


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- Alvin Lee (guitares, chant, harmonica)
- Leo Lyons (basse)
- Ric Lee (batterie)
- Chick Churchill (orgue, pianos)


1. I Want To Know
2. I Can’t Keep From Crying Sometimes
3. Adventures Of A Young Organ
4. Spoonful
5. Losing The Dogs
6. Feel It For Me
7. Love Until I Die
8. Don’t Want You Woman
9. Help Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod