Recherche avancée       Liste groupes



      
GARAGE ROCK  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Dead Weather , The Raconteurs , Jack White

The WHITE STRIPES - Under Great White Northern Lights (2010)
Par PINHEAD le 1er Janvier 2011          Consultée 1557 fois

Paf, le premier disque live des WHITE STRIPES. Après plus de dix ans de carrière, il était temps. Disponible en digipack CD+DVD ou en coffret Deluxe. Ma chronique ne traitera pour sa part que du CD.
Dès sa sortie, le live inquiète les fans. Et il y a de quoi : le concert enregistré sur le CD remonte à la tournée canadienne de 2007. Sachant que le groupe n'a pas donné de concert depuis deux ans, et que Jack White s'éloigne de plus en plus de sa Meg (c'est bien avec Alicia Keys qu'il enregistre l'excellent générique du dernier James Bond), les rumeurs vont bon train sur une séparation probable du groupe de Détroit. Mais ce qui inquiète le plus les fans du duo, ce sont les multiples projets parallèles de Jack White, avec lesquels le chanteur s'engage pour de longues tournées qui compromettent de plus en plus la remise en activité des WHITE STRIPES.
Under Great White Northern Lights serait-il le cadeau d'adieu du groupe? L'ultime testament des bandes rouges, effacées par les Raconteurs et autres Dead Weather? Rendez vous à la petite astérisque en bas pour le savoir.*

Mais que vaut-il ce live alors?

Eh bien, pas si ultime que ça finalement. Ce qui fait défaut à Under Great White Northern Lights, c'est principalement sa mauvaise production : le son du public surmixé rend certains morceaux inaudibles, la guitare mal arrangée de Jack White est vraiment très lourde (dans les deux sens du terme), et le mauvais son de la batterie met en évidence les limites de Meg White qui ne sont pourtant pas si gênantes que cela en studio.

Malgré cela, quelques morceaux sont des pépites d'interprétation, comme "Icky Thump", pourtant très difficile à reproduire en live (alternance claviers/guitares). Je pense également à "Blue Orchid" qui surpasse largement sa version studio. L'enchaînement "Fell in Love With a Girl/When I Hear My Name" se défend aussi très bien dans un registre alternant moments calmes et tempêtes heavy.

Du mauvais côté de la balance on a "Jolene", qui n'arrive pas à la cheville du single enregistré à Blackpool en 2004. Grosse déception à cause du public envahissant et des refrains trop brouillons, tout comme "The Union Forever".

Découle alors la question suivante : est-il nécessaire d'alourdir le son à outrance ? Les versions studio déjà très heavy sont sur le live encore plus lourdes et pesantes, et parfois (je dis bien PARFOIS), le rendu est très... moche. Même si tous les morceaux ne souffrent pas du durcissement de la guitare, le tout s'avère très lassant et bourratif à la longue. Trop de heavy tue le heavy.

La setlist laisse elle aussi à désirer: "The Hardest Button to Button" et "You Don't Know What Love Is" brillent par leur absence : quelle erreur de la part de White de supprimer deux des singles les plus connus du groupe. On regrette également un bon blues comme Jack White les fait si bien : un "Death Letter", un "Catch Hell Blues", ou bien un "Ball and Biscuit" (la version présente sur le live n'a de "Ball and Biscuit" que le nom), et ce n'est pas le faible "300 MPH Torrential Outpour Blues" qui comble cette absence.

Heureusement, quelques moments sympas sauvent l'album de mes griffes de méchant chroniqueur assoiffé de sang, à commencer par l'intro/outro à la cornemuse: curieuse manière d'entamer et de clôturer un concert. On salue également l'exploit de Jack White à la mandoline sur le très country "Little Ghost", la curiosité du concert et le morceau le plus improbable du disque. Comme une goutte de douceur dans un océan de bruit.

Et puis, finir sur un "Seven Nation Army" aussi fort, aussi jouissif... ça vaut bien trois étoiles (on ne s'en lasse pas de celle là).

3/5

Coup(s) de coeur: "Icky Thump", "Seven Nation Army" (bon public je sais, mais c'est tellement bon).

*On me glisse dans mon oreillette que les WHITE STRIPES seraient en train d'enregistrer un successeur à Icky Thump pour 2011. Affaire à suivre...

A lire aussi en ROCK par PINHEAD :


The STOOGES
Fun House (1970)
Chef-d'oeuvre intemporel




The VELVET UNDERGROUND
Loaded (1970)
Un nuage de pop sorti de l'underground new-yorkais


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Jack White (guiare, chant, claviers, mandoline)
- Meg White (batterie)


1. Let's Shake Hands
2. Black Math
3. Little Ghost
4. Blue Orchid
5. The Union Forever
6. Ball And Biscuit
7. Icky Thump*i'm Slowly Turning Into You
8. Jolene
9. 300 Mph Torrential Outpoor Blues
10. We Are Going To Be Friends
11. I Just Don't Know What To Do With Myself
12. Prickly Thorn, But Sweetly Worn
13. Feel In Love With A Girl
14. When I Hear My Name
15. Seven Nation Army



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod