Recherche avancée       Liste groupes



      
IDM/GLITCH  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Amon Tobin , Squarepusher, 2methylbulbe1ol, Access To Arasaka, Nebulo
 

 Site Officiel (609)
 Blog Officiel (475)

SYL KOUGAï - Metaswing (2010)
Par SASKATCHEWAN le 17 Janvier 2011          Consultée 2024 fois

Quand j’ai appris la sortie du nouvel album de SYL KOUGAÏ, j’ai chanté « Saint Stephen » en dansant la mazurka (ce qui est un peu acrobatique). Pensez donc, celui que mon cœur a élu meilleur rookie de l’année 2007 qui refait surface après un silence radio de trois ans, ça vaut bien quelques claquements de sandalettes. Le nouveau venu s’appelle Metaswing, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le papa peut être fier de son beau bébé.

Ceux qui suivent l’artiste depuis La Fille verte seront peut-être surpris de sa nouvelle orientation. Metaswing est un disque ardu, exigeant, aussi rétif au dressage qu’un furet mal luné (métaphore assumée). Mais une fois l’animal dompté, quel plaisir pour les oreilles ! SYL KOUGAÏ nous offre un tour d’horizon des derniers développements de l’électro expérimentale en cinquante minutes bien pesées ; il faut admirer l’exploit.

Ça démarre sur les chapeaux de roue avec « Atoll Mécanique Swing », sur lequel plane l’ombre de Monsieur JAMES. Les breaks se succèdent à n’en plus finir et les rythmiques se superposent dans des couches innombrables. C’est beau, riche et jamais convenu. SYL KOUGAÏ se rêve artisan horloger plutôt que grand capitaine d’industrie : Metaswing recèle une finesse de composition remarquable et se plaît dans l’évocation de l’infiniment petit.

On ne peut que regretter les longueurs de « Speaking with Metamachine », qui s’étire sur treize minutes foisonnantes bien qu’un peu indigestes. Rien à voir avec « Ghost in the Metamachine », l’autre mastodonte de l’album. Ici, quelques petites touches d’Ambient viennent aérer l’enchaînement des boucles synthétiques ; le chaos technologique est relevé d’une nuance d’émotion.

Les morceaux plus courts ne sont pas en reste. « Cocolyte Mécanique » (titre génial !) joue avec les résonnances et les accélérations brusques ; on croirait entendre une myriade d’insectes enfermée dans un bocal. « Le Vol de l’écorcheur » est un chef-d’œuvre de travail sur les basses, entre autre chose. Les rythmiques résonnent comme la pluie sur de la tôle ondulée. Le temps est à l’orage, l’atmosphère à la menace.

Après un album pareil, je me demande comment SYL KOUGAÏ peut rester sans label fixe. Si le Montpelliérain semble très bien se débrouiller tout seul, je suis convaincu que la plupart des labels d’électro gagnerait à collaborer avec lui. A noter qu’une édition CD est sortie au début du mois de décembre, et que Metaswing sur une bonne chaîne hifi, ça tue tout.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


The TUSS
Rushup Edge (2007)
Ci-joint, une explosion de génie créatif




AFX
Hangable Auto Bulb (1995)
Essentielle rareté


Marquez et partagez







 
   SASKATCHEWAN

 
   MONSIEUR N

 
   (2 chroniques)



- Syl Kougaï (tout)


1. Atoll Mécanique Swing
2. In A Switch Way
3. Speaking With Metamachine
4. Cocolyte Mécanique
5. Le Vol De L'écorcheur
6. Ghost In The Metamachine



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod