Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2011 101

Keren ANN - 101 (2011)
Par MARCO STIVELL le 7 Mars 2011          Consultée 1372 fois

Avec son nouvel album, Keren ANN n'hésite pas à bouleverser les codes qu'elle s'est fixée depuis son premier album La Biographie de Luka Philipsen en 2000. Déjà pour l'album précédent, auquel elle a donné son nom, elle avait mis plus ou moins en valeur sur certains titres des instruments comme la guitare électrique et la batterie, en comparaison avec les opus précédents plutôt folk. Ici, et comme on peut le voir sur la pochette, elle a préféré une musique plus "affirmée". Notons la coupe de cheveux façon Mireille Mathieu qui passé ce rapprochement pas tellement glorieux est en lien direct avec l'époque qu'évoquent des titres de 101.

"My Name is Trouble" marque un début très entraînant, avec synthé funky, et basse partagée entre ce même style et quelque chose d'un peu plus disco. Le seul détail qui ne change pas par rapport à avant, c'est le chant de Keren, très doux, peut-être juste un peu plus mélodique, donc "chanté". On se délecte facilement de ce rythme chaloupé et des breaks (sans batterie) à la frontière du planant et magnifiques. "Run With you" rejoint d'ailleurs ce terrain, avec une ambiance lancinante que l'on connaissait déjà sur certains titres des précédents, mais la voix de la chanteuse fait encore plus "adulte", le ton reste sage. Les nappes sont enivrantes et la rythmique joue très soft, on se laisse flotter sur cette mer d'effets nébuleux. Avec "All the Beautiful Girls", on retrouve le plaisir des petites ballades acoustiques, sur fond de guitares sèches, de piano et de cordes, le tout survolé par un joli cor. On explore avec un esprit rêveur les grands espaces désertiques de l'Ouest des Etats-Unis...

"Sugar Mama" renoue avec une pulsation très apparente, plus fidèle au rock façon sixties, garni d'un côté rétro qui ne saurait laisser indifférent les amateurs de bonne pop. La guitare se fend d'un faux solo et le refrain s'ancre facilement dans la tête. Lui aussi plutôt acoustique, "She Won't Trade it for Nothing" reste porté par une basse et des percussions. Les cuivres et les nappes se réservent des petites places et envoûtent l'auditeur. "You Were on Fire" poursuit un peu cette idée dans le fond, mais remet aussi en place une batterie fine. Très beau titre, nouveau témoignage d'une femme caressante, soit quelque chose de plus évident encore que sur ses albums les plus tranquilles. Les choeurs en fond sont réellement splendides. "Blood on my Hands" nous renvoie lui aussi aux années 60 et aux tubes "mods". Le piano en croches et la batterie forment une base rythmique solide. L'arrangement de cordes est un régal. Bref que du beau et du très beau.

Une batterie apocalyptique et sur laquelle la réverb' a été poussée à fond ouvre "Song from a Tour Bus", mélange de slow rétro et d'effets nébuleux, nous poussant à surfer sur la Voie Lactée... La batterie et la basse permettent de garder une pulsation qui soutient bien le reste hyper-planant et encore une fois, charmant. La mini-coda au piano seul ne l'est pas moins. "Strange Weather" se présente comme une ballade grave, envoûtante dès les premières secondes. Il n'y a pas de réelle progression mis à part le superbe crescendo final, l'ensemble de la chanson tend à prouver comme beaucoup de titres passés, et comme si besoin était, qu'il n'y a pas besoin de trop jouer sur une composition riche pour faire de sublimes moments musicaux. Enfin, "101" conclut le tout avec la sagesse habituelle de Keren, qui parle sur une musique que l'on aurait envie de placer entre Gérard Manset et ce que faisait Serge Gainsbourg au début des années 70, pour rester dans des exemples de musiques pop dramatiques. Bien sûr, le texte est en anglais, comme tout le restant du disque. La profondeur est là aussi, galactique, et on vogue allègrement sur ces cinq minutes trente de bonheur. On terminera néanmoins sur une note plus positive dans le ton, car le CD bonus offre la ballade acoustique "Daddy, you Been on my Mind", coupée du reste mais qui figure incontestablement parmi les meilleurs morceaux de 101, voire parmi tout ce que Keren a proposé depuis le début de sa carrière. Ah cet harmonica, ces cordes...

En deux mots un opus inspiré de bout en bout, et au long duquel on ne s'ennuie pas une seule seconde, alors que les albums précédents, aussi beaux étaient-ils, restaient plus difficiles d'accès surtout pour quelqu'un qui ne peut se passer habituellement de rock. 101 est partagé entre ce folk cher à la chanteuse et une musique à la fois plus affirmée et garnie de petits clin d'oeil rétros, proposant des chefs-d'oeuvre à presque chaque nouvelle piste explorée. C'est une femme approchant de la quarantaine qui s'exprime, avec toute la maturité qui survient à cette période, une impression que quelques tempos enlevés ne viennent pas altérer. Un excellent cru.

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Demis ROUSSOS
Fire And Ice (1971)
Premier album solo, entre pop et prog




Cécile CORBEL
Songbook Vol. 4 - Roses (2013)
Pop-folk celtique


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. My Name Is Trouble
2. Run With You
3. All The Beautiful Girls
4. Sugar Mama
5. She Won't Trade It For Nothing
6. You Were On Fire
7. Blood On My Hands
8. Song From A Tour Bus
9. Strange Weather
10. 101
11. + Daddy, You Been On My Mind



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod