Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Canned Heat

John Lee HOOKER - That's My Story (1960)
Par MANIAC BLUES le 15 Juillet 2011          Consultée 1035 fois

John Lee Hooker est un caméléon. Tout au long de sa carrière, il a su s’adapter aux goûts du public tout en restant fidèle à son style. A la fin des années cinquante, John Lee Hooker souhaite s’ouvrir à un public plus large, notamment au public blanc. Et quel genre commence à faire fureur à l’époque ? La folk, bien sûr ! Si John Lee Hooker n’a pas réussi à surfer sur la vague du rock’n’roll, il décide cette fois-ci d’arriver à l’heure pour ne pas rater le train du folk. John Lee Hooker se métamorphose alors en folk-singer le temps de deux sessions d’enregistrement organisées par le label Riverside, la première à Détroit en avril 1959 et la deuxième en février 1960 à New-York. C’est la séance new-yorkaise qui nous intéresse ici.

Accompagné très discrètement par Sam Johns et Louis Hayes, deux musiciens du groupe de Cannonball Adderley, John Lee Hooker débranche sa guitare au cours de ces douze morceaux dépouillés. Cette sobriété tourne presque à l’austérité. Une certaine monotonie pèse en effet sur cet album. Cela dit, That’s My Story est un disque intéressant à bien des égards. De manière étonnante, John Lee Hooker expose ses positions politiques. Le Roi du Boogie clame haut et fort ses attaches au parti démocrate sur le fantastique « Democrat Man ». Il est assez rare qu’un bluesman insuffle une telle teneur politique dans ses chansons. La victoire d’Obama à la présidence des Etats-Unis ne l’aurait sûrement pas laissé indifférent.

Les tempi lents et une atmosphère parfois orageuse caractérisent de nombreuses chansons comme « One Of These Days », « You’re Leavin Me Baby » ou « I’m Wanderin’ », une composition de grand cru. Les rythmes lancinants et la voix rugueuse de John Lee Hooker envahissent chaque interstice de cet album. Une chose est sûre : le roi du Boogie a le blues dans la peau, il suffit d’écouter les paroles cafardeuses des chansons. Mais dès que le tempo s’accélère, John Lee Hooker chante avec beaucoup de verve ; « I Need Some Money », un des classiques de son répertoire ou « No More Doggin’ » pimentent remarquablement ce disque.

Certes, ce n’est pas avec That’s My Story que vous égaillerez vos soirées du samedi soir. Mais cette veine folk-blues sied bien au style de John Lee Hooker. Pour ne rien gâcher, ce dernier chante toujours d'une manière admirable. Il est même parvenu au cours de cette période à séduire une part du public blanc américain notamment lors d’un concert à Newport en 1960. Quoi qu'il en soit, That’s My Story présente de très belles choses et comblera les inconditionnels du roi du Boogie.

A lire aussi en BLUES par MANIAC BLUES :


Otis SPANN
The Blues Never Die! (1964)
Chaudement recommandable




Luther ALLISON
Luther's Blues (1974)
Blues


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- John Lee Hooker (guitare, chant)
- Sam Jones (basse)
- Louis Hayes (batterie)


1. I Need Some Money
2. Come On And See About Me
3. I'm Wanderin'
4. Democrat Man
5. I Want To Talk About You
6. Gonna Use My Rod
7. Wednesday Evenin' Blues
8. No More Doggin'
9. One Of These Days
10. I Believe I'll Go Back Home
11. You're Leavin'me, Baby
12. That's My Story



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod