Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ricky Nelson
- Membre : Dillinger Girl & Bbface Nelson, French Cowboy, French Cowboy & Lisa Li-lund

The LITTLE RABBITS - Dans Les Faux Puits Rouges Et Gris (1991)
Par BARZ le 25 Janvier 2005          Consultée 5301 fois

Qu'est-ce donc que ce drôle d'album avec un nain de jardin tout flou sur la jaquette ? Et puis "The Little Rabbits" (les petits lapins en français, pour les anglophobes) c'est quoi ? Les ancêtres des Teletubbies ? Non. The Little Rabbits c'est le joli nom de groupe trouvé par cinq potes de la région Nantaise, jeunes, pas tous très beaux mais je dérive...

Le premier album de ces petits lapins s'ouvre sur un son de grésillement de vinyl qui annonce la couleur : retour dans les retranchements de la pop-rock des Beatles et compagnie. Et tout au long de l'album, cette impression perdure, les textes font fortement penser à la beat generation américaine : "Two mother and a junky/Three chickens dancing in the sun" ou encore "I've got a monster in my bed/I've got a lobster in my head". La formation musicale, elle aussi, est assez classique (batterie, basse, claviers, guitares, harmonica). Chacun de ces instruments a bénéficié d'un enregistrement de qualité remarquable, ce qui rend l'écoute bien agréable.

Venons-en aux morceaux maintenant. Ils sont au nombre de douze, comme les triangles d'une barre de 100g de Toblerone. Et cet album c'est exactement ceci : une barre de Toblerone. Certes, il est constitué de très belles ballades pop très rythmées, mais ces morceaux (que je pourrais nommer pyramides chocolatées) ne sont pas faits pour être dégustés d'une traite. Manger une barre de Toblerone d'un coup serait un risque d'overdose, on perdrait rapidement la saveur des triangles au bout d'une demi-douzaine à la suite. Le disque est fait de la même manière, si on l'écoute en une fois, les derniers morceaux se font plus mous, moins délicieux, un peu délavés, moins denses... Et pourtant la deuxième partie de l'album n'est pas moins bonne que la première, les morceaux "Non c'è domani", "Karen", "Bad Days" et "Bye, bye, bye" sont excellents.

On peut, de plus, distinguer deux types de chansons dans cet album : les chansons qui ressemblent à un single avec un chant bien affirmé, dynamique, une musique nette, propre, pop ; et d'autres chansons plus délicates dont la musique vaut parfois plus que le chant, type de chansons d'ambiance qui ne caractérisent pas le groupe mais plutôt l'album dans lequel elles se trouvent. "A portrait of...", "N°1", "Non c'è domani", "Bad Days" et "Bye, bye, bye" sont de ces chansons propres à un album, à une période du groupe. Ils sont plus monotones, se ressemblent un peu, misent beaucoup plus sur la performance musicale (solo de batterie de "non c'è domani" et le duo envoûtant basse-batterie de "bad days") et noient un chant qui devient distant.

Les autres morceaux sont nettement plus entraînants : "the days she cries" et son refrain qui monte en puissance, "Lady Money" et son chant guilleret sur des paroles giflantes ("I don't need your love/ [...] /I just need your money"), "The boy who never saw the light" ressemble à un mini Toblerone : c'est le morceau le plus mignon de l'album.
"Karen", reprise du groupe australien The Go-Betweens, est également un de ces morceaux représentatifs du groupe. Il est efficace, paroles en béton, musique en or, chant magistral : certainement LE morceau de l'album s'il n'y avait pas eu "la mer".
Effectivement, ce dernier, une reprise de The Butcher, est l'excellence de l'album. Il est en français, les paroles sont débiles mais géniales... le meilleur morceau de la barre de Toblerone et c'est tant mieux.

Reste le petit ovni du disque, qui a donné son nom à l'album : "dans les faux puits rouges et gris". Une chansonnette enfantine, niaise à souhait, avec la présence de Katerine au chant, ça dure 58 secondes, ça parle de nains (on comprends mieux la pochette du disque) qui font des bonds, ou des ronds...
C'est par la douce chanson "Bye, bye, bye" que se termine l'album, c'est beau, on est ému, et on se dit qu'on reprendrait bien une barre de Toblerone, mais que cette fois-ci on la mangerait en plusieurs fois...

A lire aussi en POP :


CLANNAD
Macalla (1985)
Un chef-d'oeuvre de pop celtique eighties




Mylene FARMER
Mylenium Tour (2000)
Pas mauvais, mais...


Marquez et partagez





 
   BARZ

 
  N/A



- Eric (batterie)
- Gaëtan (basse)
- Olivier (harmonica, claviers)
- Stéphane (voix, guitare)
- Federico (voix, guitare)


1. A Portrait Of The Nephew As A Young Thie
2. The Days She Cries
3. Help
4. Lady Money
5. La Mer
6. N°1
7. Non C'è Domani
8. Karen
9. The Boy Who Never Saw The Light
10. Bad Days
11. Dans Les Feux Puits Rouges Et Gris
12. Bye, Bye, Bye



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod