Recherche avancée       Liste groupes



      
GARAGE ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Brian Jonestown Massacre

The DANDY WARHOLS - Dandy Rule Ok (1995)
Par PINHEAD le 5 Novembre 2011          Consultée 1136 fois

Le nom du groupe, le nom de l'album en question, le comportement maniéré des membres, le chavirement commercial des années 2000 et un tas d'autres conneries achèvent de transformer les DANDY WARHOLS en groupe le moins authentique de la vague Rock Revival. Et même si ces petits branleurs semblent vouloir se donner une image construite entre art bobo, drogue et bohème urbaine, l'émergence de la formation depuis un underground très prometteur parfait leur réputation de vendus.
Tout était plus simple dans les années 90: chaque groupe qui se revendiquait des 60's ou des 70's n'avait qu'à préparer sa tambouille indépendante, sans se soucier de créer un style particulier et en piochant dans une immense marmite d'influence. Un panel de possibilité quasiment infini alors que les dernières expérimentations bruitites avaient été exploitées par SONIC YOUTH où MY BLOODY VALENTINE. Plus rien à inventer du côté du Rock. Désormais: il faut ressasser inlassablement le passé remis au goût du jour.

Noyé dans la multitude de formations qui constituaient la vague de rock indé (Indie Rock où Rock Alternatif), les DANDY WARHOLS enregistrent dans l'anonymat le plus complet un album qui rassemble les différents goûts musicaux des membres, c'est à dire un mix allant de surf-music au shoegaze, en passant par un psychédélisme passager parfois agrémenté de touches folk.

Dès leur premier essai discographique, les DANDY WARHOLS s'avèrent très ambitieux: un album long, pochette blanche, incluant une introduction radiophonique et une longue conclusion instrumentale sur laquelle nous reviendrons plus tard.
Sitôt le disque entamé, le groupe envoie sa première curiosité: "The Dandy Warhols' T.V. Theme", une chanson au riff basique, guitare mi-saturée, voix trainante de Courtney Taylor, chœurs efféminés et accents de surf-music. Pas vraiment marquant, le morceau amuse. Un léger sourire sous une interrogation dissimulée. Malgré sa prétention, le groupe ne sait pas où il va, et fait ce qu'il fait de mieux: se laisser aller au gré des vents et de ses envies. Les nappes de guitares apparaissent alors dès la troisième piste: le redoutable "Ride" qui met à l'honneur un clavier (omniprésent sur le disque) au son si unique. Sans avoir un rôle déterminant à ce stade de la carrière du groupe, Zia McCabe n'en est pas moins un élément complémentaire du groupe, lui apportant un supplément mélodique non négligeable.

Les guitares gorgées de fuzz submergent les amplis pour un résultat lorgnant le shoegaze. Les voix restent lancinantes et toujours très mélodieuses sur la couche de distorsions. Des égarements psychédéliques ("Best Friend") rappellent l'influence de leurs amis, le BRIAN JONESTOWN MASSACRE qui publie en même temps son premier album: Methodrone.
Partout où ces flottements de guitares distordues à leur maximum apparaissent, c'est un succès. Tantôt Garage ("Nothing To Do"), tantôt mélancoliques ("Not Your Bottle"), avec des déviances pop-rock faciles ("Grunge Betty"), les DANDY WARHOLS parviennent à marier un shoegaze hypnotique avec des dizaines d'autres influences. A défaut d'être uni et cohérent, Dandy Rule OK est un album riche. Des instruments exotiques pointent parfois le bout de leur nez pour orner les chansons, comme la guimbarde, le sitar, où même la flûte de "(Tony, This Song is Called) Lou Weed"*.

Une baisse de régime vers le milieu de l'album rend néanmoins l'écoute de Dandy Rule OK assez laborieuse. L'hétérogénéité de l’œuvre en devient même très coupe-faim, à l'écoute du très long "Dick" et des mélancoliques "Genius" et "Just Try". Le groupe se perd dans des compositions indécises et dans des longueurs superflues.
Impression qui atteint son paroxysme pendant "It's a Fast Driving Rave-Up with The Dandy Warhols Sixteen Minutes". Vingt minutes quasi instrumentales d'un riff grunge récurrent étalé sur trois plages. Même si le thème principal du morceau est musicalement très intéressant, ses allures de remplissages, cocaïne dans le nez, donnent à ce premier album une désagréable sensation de logorrhée.

3/5

Coup(s) de cœur: "Grunge Betty"

*Chanson nominée pour le grammy du plus mauvais jeu de mot, en compétition avec le nom du groupe.

A lire aussi en ROCK par PINHEAD :


The VELVET UNDERGROUND
The Velvet Underground & Nico (1967)
Le critique défend l'innovation




The WHITE STRIPES
Icky Thump (2007)
L'ultime album du groupe. So long!


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Courtney Taylor: Guitare, Chant
- Zia Mccabe: Claviers, Basse
- Peter Holmstrom: Guitare
- Eric Hedford: Batterie


1. Introduction By Young Tom
2. The Dandy Warhol's T.v. Theme
3. Ride Best Friend
4. Not Your Bottle
5. (tony, This Song Is Called) Lou Weed
6. Nothin' To Do
7. The Coffee And Tea Wreck
8. Genius
9. Dick
10. Just Try
11. Nothing (lifestyle Of A Tortured Artist For Sale)
12. Grunge Betty
13. Prelude: It's A Fast Drivng Rave-up With The Dandy
14. It's A Fast Driving Rave-up With The Dandy Warhols
15. Finale: It's A Fast Driving Rave-up With The Dandy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod