Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



SQUONK66 - Dark Side Of Mind (2009)
Par MARCO STIVELL le 12 Novembre 2011          Consultée 925 fois

Gilles, alias SQUONK66, venu des Côtes d'Armor est un de ces musiciens internautes qui oeuvre avant tout pour le plaisir, et qui mérite bien ce genre de modeste reconnaissance. Fan de Genesis (d'où une partie de son surnom) et de bon rock surtout des années 70, l'artiste a passé de nombreuses années à écrire sa musique dans sa tête, ne disposant pas encore de moyens pour l'enregistrer. A l'inverse du futur Old Stones Memories (son second album) cependant, la musique de ce premier opus DarK SidE Of MinD n'est pas l'aboutissement de toutes ces années de mûrissement, puisqu'il a été composé "au feeling" à la fin des années 2000.

SQUONK66 explique que pour l'élaborer, il s'est mis au piano et a écrit toutes les parties ainsi, enregistrant ce qui lui venait à l'esprit au fil de ses improvisations. Ce n'est seulement après qu'il a trié dans l'ensemble, puis s'est occupé de l'orchestration. S'il reste l'unique responsable de ce projet, Julien alias Trust No One, lui aussi musicien internaute a participé à la création de certaines parties (notamment du morceau-titre) et ses guitares sont logiquement invitées pour la plupart des morceaux du disque.

DarK SidE Of MinD tend de par son titre et certaines de ses ambiances à nous faire voir l'univers de SQUONK66 comme pas vraiment réjouissant. Pourtant, certains génies n'ont pas hésité à nous gratifier de chefs-d'oeuvre en laissant s'exprimer leurs démons ou la partie la plus sombre de leur subconscient. Et peu d'écoutes seront nécessaires pour saisir le mélange subtil des ambiances tour à tour sombres et rassurantes qui fait vraiment l'esprit de la musique de Gilles.

DarK SidE Of MinD débute avec un piano conséquent et une ambiance éthérée des plus prenantes. Pourtant, le disque n'en est qu'à ses premières mesures... Mais cet effet synthétique ondulant au-dessus du piano, c'est digne d'un maître. La partie rythmée qui suit, donnant l'impression d'un calypso tourné à l'indus, n'est pas sans évoquer certains travaux de Mike Oldfield ("The Wind Chimes" et bien d'autres). Le développement se fait plus rock, sans trop chercher à durer toutefois. Le tout s'interrompt brusquement, pour laisser place à un moment tout en accélération, conservant un côté exotique grâce au xylophone. La guitare de Julien "Trust No One" fait partie intégrante de ce bel ensemble. Retour à une accalmie éthérée plus torturée avec voix en avant. Celles-ci se superposent sur des couches de claviers, et accompagnées d'un semblant d'orgue, donnent un effet mystique. Les percussions programmées reviennent finalement, avec une guitare incisive assez remarquable. On reste encore une fois proche de l'oeuvre d'un Oldfield, tendance Five Miles Out ou Amarok. SquonK66 n'hésite pas un petit crochet par le hip-hop, instrumental évidemment. Celui-ci s'achève par des claviers sifflants d'un très bon acabit. Pour la dernière partie, le breton a opté pour une phase plus proche d'un son acoustique, assez fabuleuse. Avec cette note optimiste, le tout peut se conclure tranquillement en un fade-out bien agencé.

"Rushes" démarre avec ce même esprit folk par le biais de guitares acoustiques et de piano, ce qu'on ne peut qu'admirer. A près d'une minute trente, l'ensemble évolue pour quelque chose de plus sombre, dominé par des percussions et de légers crissements avant de déboucher sur un moment lui aussi mystique, fort vibrant. Bien que ces instruments soient programmés, on ne peut s'empêcher d'apprécier la qualité des sons choisis. Le fade-out est long et de ce fait, généreux. Pour un morceau construit à partir de chutes, le tout est assez limpide et coule de source.

La guitare de Trust No One introduit "DarK SidE Of MinD (part 2)" qui en plus de donner l'impression d'un magma en fusion, ravit de par un esprit plus "metal", sans être bourrin. La rythmique lourde basse-batterie fait également bien plaisir. La donne change un peu à près de 4'00 pour donner plus libre espace à des voix fantômatiques et fuyantes, presque choquantes au début, mais dont le leitmotiv machinal devient particulièrement agréable pour ce qui reste du morceau. En fait pour la petite histoire, c'est une mélodie que SQUONK66 a "saisi" dans sa voiture avant de la ramener judicieusement à la maison.

"Mamina" a d'après Gilles, été composé le soir du décès de sa grand-mère et suivant les dires de l'artiste, représente en effet plutôt bien la course inébranlable du temps avec cette densité musicale de plus en plus forte (un semblant de mellotron en fond), pour aboutir sur ce thème au piano si triste et beau à la fois. Comment mieux exprimer l'importance d'une vie et la perte d'un être cher ? Ce morceau de courte durée arrive à installer de solides ambiances et le propos reste très touchant. Une petite perle pour conclure ce premier album.

Ce premier opus se révèle donc plutôt concluant, même si une forme assez décousue peut rendre le premier morceau (plat de résistance du disque) assez difficile à saisir. Un essai prometteur.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par MARCO STIVELL :


SCOOTER
...and The Beat Goes On! (1995)
"Move... your... aaaazz!" tutututut !




HARAA
Irrlicht Tape Ii (2011)
Premier album


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gilles 'squonk66' (piano, claviers, programmations)
- Julien 'trust No One' (guitares électriques et acoustiques)


1. Dark Side Of Mind Part 1
2. Rushes
3. Dark Side Of Mind Part 2
4. Mamina



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod