Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO/PUNK  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2009 Epidemic
 

 Site Officiel (305)
 Myspace (162)

SICKNOTE - Epidemic (2009)
Par JOVIAL le 8 Décembre 2011          Consultée 868 fois

Une tête de porc tranchée dans un caniveau … N’en cherchez pas la signification, il n’y en a probablement pas. Simple provocation de la part de SICKNOTE. Ou alors c’est juste que ça les fait rire, j’en sais rien. De toute façon, avec ces cinq tarés là, on a vite fait de plus rien comprendre, ni qui ils sont, ni ce qu’ils font, ni ce qu’ils foutent là, ni comment ils y sont arrivés, ni avec quoi ils se droguent. Je sais juste qu’ils viennent de Cardiff, qu’ils tournent depuis environ une huitaine d’année et qu’ils ne font pas du tout rire les autorités britanniques. Il faut croire que leur fausse campagne politique de l’année dernière, qui appelait à voter pour le parti imaginaire du Party Party avec comme slogan « We shall dance as parliament burns ! », a tout de même réussi à secouer le bocal de quelques personnes haut-placées … et c’est aussi sans doute pour ça que SICKNOTE commence à jouir d’une « bonne » petite réputation Outre-manche. Mais cette dernière tient également à autre chose : ses performances scéniques survoltées qui font qu’à chaque concert, le groupe est sûr de faire salle comble. C’est donc tout naturellement que sa maigre discographie ne compte pour l’instant qu’un EP studio pour trois albums live, dont Epidemic, qui est pour moi le meilleur moyen de se familiariser avec leur musique et aussi le seul que l’on puisse se procurer facilement (1).

Mais mis à part ça, vous ne savez toujours pas ce qu’est réellement SICKNOTE. Essayons de vous en donner un avant-goût. Sur scène donc, cinq gars (ou parfois plus, ils ont pleins de copains) : Flapsandwich (et sa bière) derrière son Mac, P And O (et son chapeau de cow-boy) aux commandes des effets visuels, The Filth à la batterie, Doghouse au chant, troquant volontiers son micro contre un mégaphone, et enfin Dr Conker (et son kilt), danseur attitré du groupe … Côté musique, si le propos et l’esprit sont résolument punks, SICKNOTE navigue en réalité entre la techno et le breakbeat, avec parfois quelques incursions dans l’électro. Si dans ce domaine-là, nos cinq Gallois ne révolutionnent rien, il nous faut bien reconnaître que leurs morceaux demeurent de sacrées petites bombes. « I just want to see you dance » clame haut et fort Doghouse sur « Ectoplasmic » et je peux vous dire que le but est atteint. Les beats primaires conjugués aux effets électro de Flapsandwich nous foutent le tournis, nous abrutissent à tel point qu’au final nous ressemblons plus au Dr Conker qu’à nous-mêmes, tandis que Doghouse nous gueulent aux oreilles tout un flot de sermons bidons, que l’on acclame comme s’il s’agissait de la Bible elle-même.

Le seul défaut de ce live, et il fallait s’y attendre, c’est que, malgré la qualité des morceaux qui le composent et l’énergie qui s’en dégage à chaque instant, il se répète parfois un peu trop. Flapsandwich réussit pourtant bien à varier ses compositions, allant de la techno la plus pure (« Death Before Employment ») à l’électro pseudo-sensuelle (« I’m In Love »), mais c’est sur le long terme que ça pêche. Disons qu’à un moment, leur musique commence un peu à me taper sur le système … enfin après, c’est uniquement ma faute ça. Bref, je ne sais trop que dire à propos de cet Epidemic en fait, c’est un style que je n’affectionne au départ pas particulièrement, que je ne connais que très peu, mais qui pourtant m’a très bien réussi ici. Peut-être le petit côté punk qui dans le fond me plaît plus que le reste … Je laisse donc aux spécialistes du style me dire ce qu’ils en pensent et qui sait peut-être me renvoyer me coucher.

Morceaux choisis : « Sermon On The Mount », « I’m In Love », « Freelance Opportunist » et « Shakin’ ».
Note réelle : 3,5/5

(1) En libre téléchargement ici : http://dl.dropbox.com/u/1324289/Sicknote%20The%20Beginning%20of%20it%20All.zip

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


TRISTESSE CONTEMPORAINE
Tristesse Contemporaine (2012)
Belle réussite d'un atypique et mystérieux trio.




BEAK>
>> (2012)
Un retour subtil et très réussi !


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Flapsandwich (effets/électronique)
- Doghouse (chant)
- The Filth (batterie)
- P And O (effets visuels)
- Dr Conker (danse)


1. Sermon On The Mount
2. Ectoplasmic
3. E In My A-hole
4. I'm In Love
5. Freelance Opportunist
6. The Greatest Night
7. Bank Man Shank
8. Burden
9. Death Before Employment
10. Shakin'
11. Pikey Drum N Bass
12. Headshot
13. The Ressurection



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod