Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ELECTRELANE - Rock It To The Moon (2001)
Par A.T.N. le 15 Mars 2012          Consultée 1089 fois

De touts les girls bands, ELECTRELANE est probablement le plus bandant. L’accusation de machisme envers le propos liminaire ne tiendra pas longtemps : le chroniqueur ne sait même pas à quoi elles ressemblent.

Musiciennes très moyennes, produisant des morceaux comprenant peu d’accords, ces britanniques de Brighton (dont l’atmosphère balnéaire désuète est évoquée sur la pochette) fascinent par leur authenticité, leur radicalité même. On peut les comparer, sur ce plan, au VELVET UNDERGROUND ou à SONIC YOUTH.

Rockeuses absolues, fuyant le glamour comme la peste, elles livrent ici un premier album coup de poing.

L’absence de paroles en est le premier signe distinctif. Lors de la construction de ces titres, qui au départ contenaient du texte, Verity SUSMAN (une des fondatrices avec Emma GAZE) a réalisé qu’ils sonnaient mieux sans, que le chant ne devait pas être un passage obligé. Ce disque est donc instrumental, et pourtant ne ressemble pas du tout à un disque instrumental, il reste totalement rock. Les phrases simples et répétitives prennent le temps de créer une ambiance, une tension, sans être interrompues par un couplet ou un refrain, et en cela ELECTRELANE se rapproche de la techno – mais en bien plus imparfait, charnel, électrique, bruitiste… donc bandant.

La pêche phénoménale de leur section basse/batterie, les brusques changements de rythme (« Gabriel », « Many Peaks », « U.O.R »…), l’explosion d’un orgue fou aux accords gothiques (« Blue Straggler »), , la présence de beaux passages planants (« The Invisible Dog », « Blue Straggler », ou l’hypnotisante bande sonore « The Boat », entre VANGELIS et PINK FLOYD, composée par la bassiste Rachel DALLEY), tout cela forme un cocktail dense, fort, unique, que l’on retrouvera souvent dans leur carrière.

La maîtrise diabolique des alternances de moments forts (2 minutes sur le même riff, à se vriller le cerveau, le pied total) et doux (un orgue et quelques arpèges de guitare pour se laisser aller à la rêverie) fait partie aussi d’un charme magnétique qui peut rendre de nombreux groupes bien pâles en comparaison. Avec en prime un clin d’œil sympa : l’album commence par un clavier à la ‘Shine On You Crazy Diamond’ sur lequel un chien aboie comme dans ‘Dogs’, sur un titre qui conclut d’une voix robotique ‘I Wanna Be Your Dog’. Un hommage à leurs idoles ?

Bref, un album frais, brut, ambitieux et très réussi. Respect les filles.

A lire aussi en ROCK par A.T.N. :


DIRE STRAITS
Love Over Gold (1982)
On quitte le saloon de Nashville

(+ 1 kro-express)



AC/DC
High Voltage (1976)
Livre premier des tables de l'electricité


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Verity Susman – Clarinette, Guitare, Pia
- Emma Gaze – Batterie, Tambourin, Voix
- Rachel Dalley – Basse, Conga, Voix
- Mia Clarke – Guitare


1. The Invisible Dog
2. Long Dark
3. Gabriel
4. Film Music
5. Blue Straggler
6. Many Peaks
7. Le Song
8. Spartakiade
9. U.o.r.
10. The Boat
11. Mother



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod