Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Erevan Tusk, Filago
 

 Myspace Starboard Silent Side (353)

STARBOARD SILENT SIDE - Today Again Tomorrow (2011)
Par MR. AMEFORGEE le 25 Octobre 2011          Consultée 1539 fois

Depuis Because Our Friendship Was Meant to Sail, le temps a passé, l’eau sous les ponts, de nombreux kilomètres avalés de concert en concert, peut-être autant de pintes de bières, et finalement quelques chansons nouvellement écloses. En attendant un second album longue durée, dont certains titres sont déjà rôdés en live, Starboard Silent Side nous propose un apéritif de six morceaux inédits. C’est l’occasion pour le groupe de réajuster sa manière de composer depuis le départ du violoniste et de tester leur nouvelle formule en effectif resserré, pour un résultat moins folk et plus rock ; c’est l’occasion pour nous de mesurer la progression qui s’est opérée, en terme d’aisance technique, et de constater que l’inspiration, qui faisait du premier album un si bon album, est toujours glorieusement bien présente.

Mettons d’abord le doigt là où ça gratte : ceux qui ont découvert le groupe avec le premier album seront peut-être déçus, à la toute première écoute, de l’évolution, de l’absence du violon et de ses « accents d’alcool tristes » qui nous baladaient de port en port, de l’Irlande du Nord à l'ancienne Nantucket. Starboard Silent Side se métamorphose en groupe de rock « indie », le son est un peu plus sec, austère. Mais ce n’est qu’une première impression ; l’oreille du mélomane, elle aussi, doit se réajuster. Le groupe sait toujours écrire des chansons, tisser des ambiances, instiller des mélodies et les faire évoluer ; de plus Mij, le chanteur, maîtrise bien davantage son chant : en six titres, peu de creux et pas mal de perles !

Les textes fonctionnent comme des miniatures : un homme, une femme, la nostalgie des souvenirs ; thème universel, jamais éculé car sans cesse renouvelé. Les guitares assument désormais pleinement leur rôle, délicate chape de saturation et tresse d’accords en fonction des moments. Les structures rythmiques, en roulement dynamique, sont pensées pour s’imprimer dans nos têtes. Parfois l’on se prend à reconnaître des allusions au groupe Weezer, même si le développement n’a rien à voir, power-pop contre rock introspectif. Quant à la basse, elle trouve à s’exprimer également, comme on pourra s’en féliciter sur « Miles Ago ».

Il faut le dire, Starboard Silent Side sait construire ses morceaux, contrairement par exemple à l’indolent et donc frustrant groupe Midlake, articulés souvent en deux parties, exposition mélancolique et mesurée, qui se transforme ensuite en crescendos au parfum d’héroïsme et de finesse mêlés. C’est de cette manière que les plus belles réussites du disque s’avèrent sûrement être « Tideless » et « Oceana », où l’on puit goûter à la poésie du détail, au sens de la mélodie et à ces coups d’épée, ces « petits trucs en plus », qui nous percent la cuirasse et nous hérissent l’échine : intonation de voix, paroles scintillantes comme des pierres précieuses, et chœur enfin.

« Balcony Tale », où l’on retrouve un accent théâtral enthousiasmant au cours du développement, et « Miles Ago », qui hésite entre brinquebalement et contemplation, ne déméritent pas non plus. Le fantôme des Smashing Pumpkins, dans ses atours miroitants et calmes, façon « Porcelina of the Vast Ocean » se rappelle à l’occasion à notre souvenir : « Under the Rubble », orné des accords déliés d’un ukulélé et des tintinnabulements d’un glockenspiel, conclut le mini-album sur un air de ballade ouatée. Seul peut-être « Ghost Nest » paraît moins marquant, bien que paradoxalement, il bénéficie du texte le plus littéraire, une sombre histoire de rêve humide où l’on croise bateaux pirates, baleines tueuses et nymphes concupiscentes.

Que dire de plus, sinon que Today Again Tomorrow est donc un petit bijou. On ne rencontre pas si souvent d’aussi belles chansons ; Starboard Silent Side confirme ainsi son potentiel, et si l’on peut regretter très légèrement le côté folk initial, la réorganisation en formation rock est tout à fait réussie. Vivement le prochain album ! Vite !

A lire aussi en ROCK par MR. AMEFORGEE :


QUEEN
A Day At The Races (1976)
Le digne successeur de "a night at the opera"




QUEEN
Jazz (1978)
Excellents exercices de rock, dynamiques et variés


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Mij (chant, guitares)
- Nix (basse, ukulélé)
- Stouf (guitare, glockenspiel, toy piano)
- Titi (batterie)


1. Tideless
2. Balcony Tale
3. Oceana
4. Miles Ago
5. Ghost Nest
6. Under The Rubble



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod