Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


AUSTRA - Feel It Break (2011)
Par A.T.N. le 30 Octobre 2011          Consultée 964 fois

La scène canadienne voit un nouveau combo réclamer sa part d'attention : AUSTRA. Créé et mené par la chanteuse Katie STELMANIS, le trio propose une new-wave assez anachronique, et pourtant très différente de celle des eighties.

L’anachronisme vient du parallèle évident que l’on peut faire dès la première écoute avec SIMPLE MINDS ou DEPECHE MODE, et plus encore avec DEAD CAN DANCE : une pop synthétique, froide, qui mélange la volonté de nous faire danser et celle de nous inviter à une messe noire, célébrée dans une sombre cathédrale. Gothique bien sûr.

Mais cet album se distingue grâce à deux éléments : la chanteuse d’abord. Formée à l’art lyrique, elle a tâté de l’opéra avant de se lancer en solo puis de fonder AUSTRA. Sa voix au vibrato saisissant lance de longues notes puissantes, perchées ou graves, comme une prêtresse. Une voix habitée, en transe, qu’elle sait doubler pour des harmonies équilibrées, et qui offre un contrepoint intéressant aux rythmiques électroniques – comme le feraient BJÖRK, BAT FOR LASHES ou FLORENCE + THE MACHINE dans des styles un peu différents.

L’autre atout vient de la collaboration avec Damian TAYLOR, qui a mixé l’album. Ingénieur du son et programmeur pour BJÖRK (sur Vespertine, rien que ça…) ou U.N.K.L.E., pour ne citer que ceux-là, il sait accoucher d’un son qui place le lyrisme et la puissance de STELMANIS au second plan (on peut facilement imaginer qu’elle devienne saoulante si elle est trop mise en avant), pour mieux l’englober dans l’électronique, les beats, et créer un bloc hypnotisant. On ne sait jamais trop si c’est le beat qui l’emporte (« The Beat and The Pulse », captivant par son ambiance de machines futuristes à la Metropolis, « The Villain ») ou si c’est la force mélodique (« Spellwork », qui nous fait planer comme un ‘Fade To Grey’ d’aujourd’hui, « The Future » et son gimmick de piano entêtant, ou le lyrique « The Beast » qui conclut l’album avec brio). Doit-on taper du pied ou chanter ? Les deux mon capitaine.

Une réussite, à suivre !

A lire aussi en NEW-WAVE :


The FIXX
Shuttered Room (1982)
Belle new wave, un début très équilibré




DEAD CAN DANCE
Within The Realm Of A Dying Sun (1987)
L'un des plus grands chef d'œuvres gothiques.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Katie Stelmanis - Chant, Claviers
- Maya Postepski - Claviers
- Dorian Wolf - Basses


1. Darken Her Horse
2. Lose It
3. The Future
4. Beat And The Pulse
5. Spellwork
6. The Choke
7. Hate Crime
8. The Villain
9. Shoot The Water
10. The Noise
11. The Beast



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod