Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

Ludovic BOURCE - The Artist (2011)
Par TARTE le 24 Novembre 2011          Consultée 1616 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Il est délicat d’aborder objectivement une œuvre de la dimension de « The Artist », tant le coup de poker qu’il représente est audacieux et stupéfiant. La réussite est presque totale, et elle tient d’une maîtrise remarquable de détails offrant au film son cachet exhaustif, intemporel, à la fois profondément ancré dans les années 20’ et singulièrement contemporain. Les soubresauts des titrages, la mise en scène, le cadrage en 4/3, costumes et maquillages, et bien entendu, la bande son.

Le rôle de la musique prend ici une importance colossale. Elle doit redonner la parole aux personnages et doit traduire leurs états d’âme, transcender leurs émotions pour mieux les communiquer. L’exercice est périlleux, car les limites du grandiloquent et de l’excès ne sont guère loin (ici, elles ne seront jamais franchies).
Ludovic Bource s’est chargé d’écrire la musique de « The Artist ». Un challenge qui a impliqué une immersion complète dans le cinéma d’époque. Franz Waxman, Bernard Hermann, Max Steiner ou Erich Wolfgang Korngold (qu’il cite dans l’édition contenant un DVD de Making-Of) ont nourrit sa partition pour donner naissance à une musique hétéroclite, on reconnaîtra également au détour de certains titres Igor Stravinsky (l’intro de « Fantaisie d’Amour », clin d’œil furtif à Petrouchka), Debussy côtoyant Satie sur le très poétique « Comme une rosée de larmes » et même Gustav Holst pour les plus attentifs…
Le travail effectué est réellement étonnant, l’écriture très agile se colle parfaitement aux caractères des personnages (du fantaisiste « George Valentin » à la pétillante « Pretty Peppy ») ainsi qu’aux situations tantôt endiablées tantôt dramatiques. Nous apprécierons alors toute la verve de l’orchestre dans « L’ombre des flammes » et « Ghosts from the past », le swing endiablé du piano de Duke Ellington (« Jubilee Stomp ») et le romantisme larmoyant de « Waltz for Peppy ».
On ne regrettera qu’un léger défaut de dosage sur certains titres, des uns que l’on aurait aimé voir plus longs (« The Artist Ouverture »), et d’autres un brin plus courts (« George Valentin »).

Tout comme les images, qui ne se contentent pas que de représenter fidèlement l’Amérique des années 20’, la bande originale de The Artist réalise une synthèse universelle de styles passés et présents. C’est l’idée que l’on a de cette partie de l’Histoire, avec tous les rêves qu’elle véhicule, qui nous est montrée ; et non pas un simple pastiche.
Ici se trouve le génie du film, son élégance, sa portée lyrique… Je tire mon chapeau.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par TARTE :


John ADAMS
Harmonielehre (1985)
Leçon de musique en trois mouvements




Austin WINTORY
Journey Ost (2012)
Contemporain ambient


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- Ludovic Bource (composition)
- Alberto Ginastera (composition 8)
- Livingston (composition 9)
- Duke Ellington (composition, piano 13)
- Johnny Burke (composition 16)
- Arthur Johnson (composition 16)
- Ernst Van Tiel (direction)
- Orchestre Philharmonique De Bruxelles
- Orchestre Des Flandres


1. The Artist Ouverture
2. 1927 A Russian Affair
3. George Valentin
4. Pretty Peppy
5. At The Kinograph Studios
6. Fantaisie D'amour
7. Waltz For Peppy
8. Estancia Op. 8
9. Imagination
10. Silent Rumble
11. 1929
12. In The Stars
13. Jubilee Stomp
14. Comme Une Rosée De Larmes
15. The Sound Of Tears
16. Pennies From Heaven
17. 1931
18. Jungle Bar
19. L'ombre Des Flammes
20. Happy Ending..
21. Charming Blackmail
22. Ghosts From The Past
23. My Suicide (dedicated To 03.29.1967)
24. Peppy And George



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod