Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ASHER QUINN - Mystic Heart (1989)
Par MARCO STIVELL le 17 Juin 2012          Consultée 752 fois

La sortie de Open Secret en édition limitée sans espoir que les ventes décolleraient finalement est représentative de la confidentialité dans laquelle Denis "Asher" QUINN restera éternellement confirmé, et ce malgré l'intérêt croissant du public pour la new-age. Mystic Heart confirme encore mieux cette volonté de réaliser des albums avec peu de moyens, on y trouve encore moins de musiciens que sur le premier album. En revanche, le sentiment de se trouver en terrain new-age est, lui, de plus en plus fort. Asher a tenu à garder auprès de lui certains de ses premiers collaborateurs, notamment Anthony Phillips (le même que Genesis) et Phil Thornton qui tient ici la guitare électrique en lieu et place du génial Andy Latimer.

Néanmoins la présence de ces guitaristes permet à tout récalcitrant envers le courant new-age de se rassurer, car la musique de QUINN garde parfois un bon pas dans le folk, avec renfort de guitares acoustiques au milieu de synthés ou non. Le travail d'Anthony Phillips est remarquable de ce point de vue, on peut notamment l'admirer sur "Allah, Hallelujah, Elohim". Une chanson qui confirme l'orientation spirituelle d'Asher, bien dans la lignée des sages musulmans (les Soufis) et très loin de toute considération intégriste. Il met sa musique au service de cette spiritualité et le résultat en est tout simplement beau. Quoi de mieux qu'une new-age avec de bons claviers et quelques instruments acoustiques pour charmer des Occidentaux en quête de musique profonde et qui fait planer ?

"Canzone Angelica" débute ainsi l'album avec force synthés, imitant en premier lieu le son des cordes en pizzicato de manière naïve, ou celui d'un saxophone doux et qu'on avait déjà pu entendre chez Anthony Phillips sur 1984 (ou Slow Dance). On retrouve aussi le faux clavecin rencontré sur Open Secret. Des sons en plastique très adaptés pour cette musique et qui suffisent à créer une ambiance, moins feutrée que sur Open Secret mais toujours prenante. On a en prime droit à la superbe voix de Sharon Sage et le morceau se savoure sur plus de six minutes. Mais "Missa Greca" ("Greek Gloria" en anglais) fait encore mieux de ce côté-là. Typique de la new-age, sans grand changement pendant neuf minutes trente, le morceau prend le temps de développer une atmosphère particulière, à base de nappes et de boîte à rythmes au son eighties (nous sommes en 1989), et dont la particularité première reste l'alternance ou la conjugaison des voix. Ce sont les trois voix du disque, d'abord celle (grave) d'Aziz Dikeulias, un des maîtres de la communauté Soufi londonienne, puis celles de Sharon Sage et de Asher QUINN. Le résultat est proprement magique, propice au recueillement. Un des plus beaux morceaux de QUINN, à n'en pas douter.

"Song of the Cross" est une petite perle de complainte, toujours d'inspiration religieuse, dominée par le piano et les claviers. Un vrai son de hautbois aurait peut-être eu meilleure ampleur ceci dit... Ce n'est pas le cas pour "Shepherdess's Lament" qui avec ses fausses cordes réussit en un tournemain à nous séduire, bien que le titre soit court, servant simplement à clôre la première face du vinyle sans doute. "Allah, Hallelujah, Elohim" et son côté exotique sont plutôt charmants aussi, dans un tout autre style. "In Search of the Miraculous" fait quant à elle partie des perles new-age de l'opus, avec ce lick de piano délicat et ces flûtes douces, permettant de renouer avec l'ambiance feutrée d'Open Secret. Le hautbois vient donner une couleur plus orientale lors des variations et la guitare électrique de Thornton enrichit le tout de petits soli simples et mélodiques, comme pour "Missa Greca". Même constat musicalement pour "The Langing", qui dure un peu plus longtemps mais permet de profiter un peu plus des belles voix de Sharon Sage et de Asher. "To my One True Love" est encore une superbe chanson, interprétée par un Asher qui se dédouble et qui clôt l'ensemble avec grâce et élégance.

Mystic Heart, qui porte bien son nom, ne joue donc plus la carte de la surprise après le merveilleux Open Secret, mais il se révèle lui aussi beau et empreint de la magie de ces années-là.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par MARCO STIVELL :


Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces Vii - Slow Waves, Soft Stars (1987)
Frissons de froid garantis




ENYA
Watermark (1988)
Le grand saut de la reine du celtic new age


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Asher Quinn (chant, piano, claviers, percussions)
- Anthony Phillips (programmations, guitares, charango, percussions)
- Phil Thornton (guitare électrique, flûte à bec)
- Tristan Maillot (percussions, bodhran)
- Aziz Dikeulias (chant)
- Sharon Sage (chant)


1. Canzone Angelica
2. Missa Greca
3. Song Of The Cross
4. Shepherdess's Lament
5. Allah, Hallelujah, Elohim
6. In Search Of The Miraculous
7. The Langing
8. To My One True Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod