Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-SOUL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


James MORRISON - The Awakening (2011)
Par MOONDREAMER le 14 Février 2012          Consultée 1001 fois

On en est déjà au troisième album pour James MORRISON, et le jeune britannique de 26 ans annonce la couleur dans tous les médias : cet album s’annonce comme son meilleur « by far ». Il ira même jusqu’à déclarer dans une interview que les deux précédents n’étaient que des coups d’essais, des ersatzs préparant celui-ci.

Autant dire que quand on place la barre aussi haut, il y a intérêt à ce que le contenu suive clairement les espérances qu’on fait miroiter à son public. Et s’il faut bien reconnaitre que cet album est plus mature que les précédents, la mort de son père suite à un long combat contre l’alcoolisme n’y est certainement pas étranger, The Awakening est loin d’être une rupture avec ce que Morrison a composé auparavant et le chef d’œuvre espéré n’est pas aussi excellent que prévu.

La première moitié de l’album partait pourtant très bien : « In My Dreams » lance le ton de l’album grâce à la combinaison entre la guitare acoustique, les violons et surtout le timbre irrésistible du chanteur. Puis on enchaine avec l’excellent « 6 Weeks » et son refrain presque Motown soutenu par un chœur gospel et par des cuivres très en forme. « I Won’t Let You Go », deuxième single de l’album, est une ballade mid-tempo dédiée à Gill, la mère de ses enfants, et reprend la recette efficace des deux morceaux précédents : air accrocheur, guitare acoustique et violons auxquels se superposent la voix du chanteur qui n’a jamais paru aussi sincère.

Puis arrive le très orchestral « Up », en duo avec la chanteuse pop’n’b Jessie J, ballade qui peine à s’imposer avec la puissance et la verve de « Broken Strings », le morceau en collaboration avec Nelly FURTADO du précédent album encore aujourd’hui son plus grand succès commercial. Et si le morceau a d’indéniables qualités, il souffre énormément de la comparaison avec son ainé, faisant presque office de répétition à laquelle manque l’alchimie entre les deux chanteurs qui passait entre James et Nelly.

« Slave To The Music », premier single de l’album est le premier coup de fouet à The Awakening qui, en dépit de toute sa beauté, risquait de franchir la ligne ténue entre mélancolie et ennui : rythmique funky, refrain aux paroles hypnotiques en rupture complète avec ce qu’on aurait pu attendre du musicien anglais. Si seulement l’album avait suivi cette voie…

Parce que c’est avec « Person I Should Have Been », morceau touchant fondé sur un poème écrit suite à la dernière discussion avec son père, qu’on commence à se rendre compte que malgré toutes les promesses, James Morrison n’a que peu évolué musicalement depuis ses débuts et explore perpétuellement les mêmes sentiers. Certes, il le fait de mieux en mieux : la composition n’a jamais été aussi fine, l’écriture est elle-aussi à la hauteur et le britannique place sa voix de façon très intelligente. Mais voilà, les ballades romantiques des deux premiers albums m’avaient bien assez satisfait et on commence à tourner en rond.

La preuve est donnée par une seconde partie d’album, qui même si elle ne démérite pas, peine à convaincre, la faute à des morceaux bons mais peu mémorables. Notez tout de même l’exception que constitue l’enchainement de « Beautiful Life », morceau retro-soul, et de « Forever », agréable chanson up-tempo, qui parvient à nous maintenir éveillé (et dire que l’album s’intitule Le Réveil !) avant qu’on replonge avec le morceau éponyme dans une succession de morceau où cuivres et cordes frottées jouent encore et toujours les mêmes rôles.

Parler de déception serait juger trop négativement cet album qui est quand même d’une qualité certaine et satisfera les fans de ce chanteur à la voix si chaude qui parvient toujours à faire vibrer et transmettre ses émotions dans ces morceaux. Mais James MORRISON a besoin de se renouveler tant dans les thèmes des morceaux que dans le style de ses chansons si il veut enfin composer un véritable chef-d’œuvre

A lire aussi en POP par MOONDREAMER :


WOODKID
Iron (2011)
Rencontre avec un multi-instrumentiste de talent!




GOSSIP
A Joyful Noise (2012)
Coup de poker osé...


Marquez et partagez





 
   MOONDREAMER

 
  N/A



- James Morrison (voix, guitare,…)
- + Musiciens Additionnels


1. In My Dreams
2. 6 Weeks
3. I Won’t Let You Go
4. Up (feat. Jessie J)
5. Slave To The Music
6. Person I Should Have Been
7. Say Something Now
8. Beautiful Life
9. Forever
10. The Awakening
11. Right By Your Side
12. One Life
13. All Around The World



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod