Recherche avancée       Liste groupes



      
CANTERBURY  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : This Heat, Camberwell Now, V For Victory, Roxy Music, Phil Manzanera , Brian Eno , Robert Wyatt , Matching Mole
- Style + Membre : 801

QUIET SUN - Mainstream (1975)
Par JOVIAL le 5 Avril 2012          Consultée 1432 fois

Si je vous dis Phil Manzanera, vous pensez immédiatement aux imbuvables Roxy Music. Et c’est un peu normal, puisque que c’est pour son travail au sein de ce terrifiant groupe que le bonhomme s’est fait connaître. Et c’est tout de même un peu dommage, surtout lorsque l’on s’attarde sur ses multiples travaux antérieurs ou parallèles. Tenez, je parie que vous ne saviez même pas que Manzanera était un ancien de l’école de Canterbury. Oui m’sieudames, un type qui a côtoyé dans sa jeunesse les Robert Wyatt, Kevin Ayers et autres David Sinclair. Bon d’accord, ça claque moins que de dire qu’après il s’est mis à fréquenter Brian Ferry et consorts, et qu’en plus - vous vous en doutiez d’ailleurs - son petit projet, Pooh and the Ostrich Feather, plus tard renommé en QUIET SUN, ne rencontra jamais le succès d’un Soft Machine. Toutefois, il faut croire que cette première aventure canterburienne a relativement marqué le jeune Manzanera, puisque celui-ci n’hésita pas, juste après l’enregistrement de son premier album solo, et avec l’aide de son vieux complice Brian Eno, à rappeler ses anciens compagnons pour définitivement graver les quelques œuvres de QUIET SUN sur le vinyle. Mainstream, album au titre évidemment ironique, sera l’unique résultat de cette première et dernière réunion du groupe, dont les membres retourneront par la suite à leurs projets respectifs, et ce malgré les importantes dithyrambes de la presse spécialisée de l’époque.

Si la filiation avec un groupe tel que Caravan est évidente, QUIET SUN s’en détache toutefois par des compositions d’une urgence rare, aux ambiances toujours très complexes, entrecoupées de paysages violemment rouge-sang, durant lesquels les claviers bouillonnants de Dave Jarrett et les brûlantes effluves de la guitare de Manzanera font subitement monter la température. « Sol Caliente », morceau d’introduction et véritable bijou, en est d’ailleurs l’archétype même. Après une courte ouverture, où les claviers rendent déjà le terrain aride, comme exposé aux rayons ce mystérieux soleil en artwork, une guitare aérienne, en fusion, survole bientôt l’ensemble, lançant ainsi un morceau au front déjà perlé de sueur. Dave Jarrett, qui arrêtera sa carrière pour se consacrer aux mathématiques par la suite, est à mon avis le partenaire indispensable de Manzanera sur cet album, et le dialogue permanent qu’ils instaurent ici est en tout point brillant. Les mélodies répétitives, sombres et rougeoyantes à la fois, des claviers fournissent la base idéale aux expérimentations du guitariste des Roxy Music, qui s’en donne d’ailleurs à cœur joie dans ses soli, absolument tous démentiels. Ajoutons à cela un bassiste, Bill MacCormick, futur Matching Mole, discret mais terriblement efficace, ainsi qu’un batteur redoutable, le jeune Charles Hayward - quant à lui futur This Heat - et vous obtenez des morceaux fantastiques, d’une rare violence au sein de l’avant-garde jazz-rock des années 70, avec en particulier le diptyque « Sol Caliente/Trumpet With Motherhood » dont je vous ai déjà parlé. « Bargain Classics », plus expérimentale toutefois, poursuit sur le même lit de charbon ardent, de manière peut-être plus torturée, où les envies de Charles Hayward, qui signe la composition, s’expriment pour la première fois. « Mummy Was An Asteroid, Daddy Was A Small Non-Stick Kitchen Ustensil » enfin, reste à mon avis la quintessence des travaux de QUIET SUN, avec ses mélodies reptiliennes, ses lignes de basse fuzz jouissives et surtout un immense Dave Jarrett (encore lui décidément !), qui nous gratifie au passage d’un long solo de synthétiseur, qui me fait personnellement péter un câble à chaque écoute.

Mainstream sait cependant se faire aussi parfois plus calme, notamment avec « R.D.F. », courte pièce d’un ambient apaisant et délicat, ou encore « Trot », assez complexe et sympathique, bien que dans l’ensemble tout de même moins audacieuse que le restant de l’album. « RongWrong » enfin, seul morceau du disque à ne pas être instrumental et rappelant quelque peu le Genesis période Peter Gabriel, demeure moins intéressante, notamment à cause de ses parties chantées, qui fragilisent un ensemble de départ pourtant très cohérent et subtil.

QUIET SUN est ainsi une expérience assez unique dans l’histoire du rock progressif. Ne vous attendez pas non plus à un chef-d’œuvre ultime, mais ce Mainstream pourrait bien en surprendre plus d’un, en se taillant un dialecte progressif aux accents jazz d’une qualité assez rare pour l’époque. À mon avis peu difficile d’accès, passer à côté de cet album serait une erreur.

À s’écouter absolument : « Sol Caliente », « Mummy Was An Asteroid, Daddy Was A Small Non-Stick Kitchen Ustentil ».

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JOVIAL :


GENTLE GIANT
Octopus (1972)
Barré, riche, remarquable ... un classique.




MARILLION
Script For A Jester's Tear (1983)
La naissance d'un grand groupe

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Phil Manzenera (guitares)
- Dave Jarrett (claviers)
- Charles Hayward (batterie/chant)
- Bill Maccormick (basse)
- Guests :
- Brian Eno (claviers)
- Ian Maccormick (choeurs)


1. Sol Caliente
2. Trumpets With Motherhood
3. Bargain Classics
4. R.f.d.
5. Mummy Was An Asteroid, Daddy Was ...
6. Trot
7. Rongwrong



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod