Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANTS DE MARINS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (198)

Les MARINS D'IROISE - Les Marins D'iroise (2011)
Par MARCO STIVELL le 7 Mars 2012          Consultée 940 fois

LES MARINS D'IROISE n'en sont pas à leur premier méfait, mais en cette année 2011, ils représentent dans leur style (comme l'indique leur nom, de vrais marins celtes !) un phénomène comparable à celui de Nolwenn Leroy, autant en termes de réalisation artistique que de ventes. Ces trente hommes fortement imprégnés par leur culture faite de voyages et de noeuds de cordes complexes signent en 2010 chez Universal et s'octroient les services du producteur John Kelly qui a travaillé avec Paul McCartney, Kate Bush et... Nolwenn Leroy pour son fameux Bretonne ! Ce sixième album fêtant leur vingtième anniversaire a été enregistré à l'auditorium d'Océanopolis de Brest. Déjà un parfum d'authenticité...

...Qui ne sera pas tant démenti que ça en fait. Bien sûr, comme pour Nolwenn Leroy, en tant que phénomène, tout le monde n'y croira pas et à plus forte raison après avoir écouté le disque. Néanmoins, il faut là encore se poser la question de ce que l'on recherche au juste. Si on est peu connaisseur du style proposé et qu'on ne cherche que des tubes pour passer un moment agréable et chanter en choeur avec les fils de Neptune, alors ce disque comblera les attentes, tout comme Bretonne pour une autre forme de reprises. Maintenant, si l'on cherche une oeuvre plus « profonde », fouillée dans la démarche et qui prend de risques alors on sera évidemment déçu. La Nolwenn la plus célèbre pouvait se vanter de faire redécouvrir à la France des chansons en Breton, sachant que les langues régionales (oui hélas, la Bretagne est toujours une région) sont encore mal vues dans un pays trop propre sur lui. LES MARINS D'IROISE eux, même pas. Si, ils vont reprendre « Tri Martelod Yaouank » en tentant de lui redonner son identité marine, plutôt pas mal même si l'arrangement ne diffère pas tellement. Pareil avec « La Complainte de Louis-Marie Jossic » (qui contient quelques mots en brezhoneg), sublimée par Tri Yann sur Marines, et où l'accent est mis sur les harmonies vocales, première qualité de cette formation vocale de moussaillons.

Pas de quoi satisfaire particulièrement les amateurs de cette musique, surtout sachant que ces chansons sont parmi les rares à l'identité réellement bretonne. Il y a bien aussi ce « Les Filles de Lorient », chanté a-cappella et ce « Eric » tous deux très proches de la gwerz, deux réussites. Mais LES MARINS D'IROISE comme leur nom le suggère, sont aussi amenés à piocher dans le répertoire anglophone, à défaut du cornique, du gallois ou du gaélique qui sont pourtant aussi concernés par la grande mer celtique. Ce qui nous donne des « My Bonnie Lies Over the Ocean » (« oh bring back, bring back my bonnie to me... ») ou des « South Australia » enjoués et plutôt sympathiques, le deuxième surtout. Quelques valses sont aussi proposées, à l'image de « Jean-François de Nantes » ou de ce « Hardi les Gars », auquel il ne manque que l'humour du capitaine Haddock.

Mais en parlant des valses, on trouve aussi « Amsterdam » et c'est là que le terrain pourra s'avérer plus glissant. Les versions proposées de la chanson mythique de Jacques Brel, du « Santiano » de Hughes Aufray ou du « Dès Que le Vent Soufflera » de Renaud, en plus de faire un peu trop passages obligés pour oeuvre de marins, n'ont pas la profondeur de ce qu'on pu proposer leurs interprètes originaux. Pour la troisième même, ils font carrément passer à la trappe le « Hisse et Ho ! » retentissant de l'avant-dernier couplet, un comble pour des marins. C'est là que l'on se dit que cette oeuvre est décidément un peu trop propre, trop lisse. Les harmonies font leur boulot, mais ne serait-ce que musicalement, les instrumentistes présents n'ont pas beaucoup de place, tout juste une ou deux envolées notables comme pour « Sur la Route de San Francisco ». Et bien sûr, les arrangements ne sont eux-mêmes pas franchement relevables, bien que ça reste toujours du celtique joli. Les voix c'est pareil, pour celles qui chantent en lead sur quelques phrases, elles donnent plus l'impression d'être fortes qu'inoubliables, à l'exception de celle de « South Australia » peut-être.

De quoi plaire à l'auditeur aimant l'efficacité, mais pour celui qui recherche plus, la sensation d'un deuxième phénomène pour « supermarché » sera bien présente. Comme je me situe dans les deux cas, je dirais que cet album s'écoute agréablement et ma note va dans ce sens mais pas de quoi sauter au plafond, comme pour le Nono en fait.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


MYRDHIN
Vol. 1 - Kan An Avel (1974)
Folk celtique, son premier vrai album




René WERNEER
Musiques Traditionnelles Et Savantes Pour Les Violons (1981)
Violon folk et classique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Santiano
2. Allons à Messine
3. Amsterdam
4. Au 31 Du Mois D'août
5. Hardi Les Gars
6. Eric
7. Sur La Route De San Francisco
8. South Australia
9. Les Filles De Lorient
10. Tri Martelod Yaouank
11. Jean-françois De Nantes
12. La Complainte De Louis-marie Jossic
13. My Bonnie Lies Over The Ocean
14. Le Quatre-mats Barque
15. Dès Que Le Vent Soufflera
16. Du Rhum Des Femmes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod