Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2005 Happiness

Sebastien SCHULLER - Happiness (2005)
Par BNJ le 14 Mars 2005          Consultée 1814 fois

Une fois n’est pas coutume, je vais vous raconter ma vie.

Mon métier, c’est scénariste. Depuis que j’écris, j’ai ce besoin d’accompagner le claquement des touches sur mon clavier par des notes de musiques. C’est une absolue nécessité. Je connais d’autres auteurs qui ont besoin d’un silence total pour créer mais moi, sans doute influencé par ma culture audiovisuelle très anglo-saxonne, je n’arrive pas à écrire sans musique. C’est ma plus grande source d’inspiration. En ce moment je travaille sur un long métrage racontant l’histoire (en gros…) d’un trentenaire parisien (bobo) qui se lance dans une « aventure humaine » pour faire son intéressant mais qui se retrouve rapidement dépassé par les évènements. Déco tendance, soirée hype, états d’âme, tristesse, joie, doute, pression urbaine. Tous ces éléments ont aujourd’hui une bande son parfaite : « Happiness » de Sébastien Schuller.

Sébastien Schuller, 30 ans, vient des Yvelines. On est tout de suite amené à faire le rapprochement avec le duo terrible de « Air » et il est vrai que « Weeping Willow », le premier single de Schuller sorti il y a 3 ans, rappelait les ambiances délétères des compositions du duo versaillais. Mais ce titre, majestueux au demeurant, était l’arbre qui cachait la forêt. Car si Air semble vouloir faire ad vitam la seule et même chanson, Schuller nous propose au fil des onze titres qui composent « Happiness » un univers musical à la fois extrêmement cohérent et réellement vaste. Et si les notes de piano de « 1978 », qui ouvre l’album, laissent à penser que l’ambiance sera définitivement intimiste, la suite nous donnera, pour notre plus grande joie, complètement tord. « Ride along the Cliff » ou « Tears coming home », par exemple, fleurent bon la pop aérienne et renvoient aux derniers efforts de Beck. « Sleeping Song », aux frontières de l’expérimental, évoque les récentes chansons de Radiohead et le sublime « where we had never gone » distille une atmosphère à la fois douce et inquiétante, qui est, pour le coup, une source d’image intarissable.

La musique de Sébastien Schuller est donc incontestablement cinématographique. Les titres sont plus long que la normale, ils sont tous dominés par la musique (on pourrait presque parler de morceaux « instrumentaux chantés »), sont mélancoliques mais non dénués d’espoir, en un mot ; superbe. L’ensemble, produit par Paul Handford (Brothers in sound, rappelez vous l’incroyable titre « Leave » sur l’album « Family is for Sharing ») semble suivre une logique imparable : rehausser des chansons pop du meilleur acabit par de l’électronique utilisé avec justesse. Le résultat est irréprochable.

« Happiness » est déjà un beau succès en angleterre. En sera-t-il de même dans nos contrées. Je pencherai pour l’affirmative, du moins chez les bobos parisiens, tant Sébastien Schuller réussit l’impossible pari de placer le bon son au bon moment et cela sur la totalité des titres de l’album. Et puis si ça ne marche pas, tant pis, au moins j’aurai réussi à écrire mon film….

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE :


DAFT PUNK
Alive 2007 (2007)
Faux live, vraie compile




MOBY
18 (2002)
Un album mythique, qui n'a rien perdu de son éclat

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BNJ

 
  N/A



Non disponible


1. 1978
2. Weeping Willow
3. Sleeping Song
4. Wolf
5. Ride Along The Cliff
6. Where We Had Never Gone
7. Tears Coming Home
8. Edward's Hands
9. Donkey Boy
10. Alone You Walk
11. Le Dernier Jour



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod