Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1940 Ko-Ko

Duke ELLINGTON - Ko-ko (1940)
Par GUY LIGUILI le 26 Avril 2012          Consultée 2025 fois

Dans l'Histoire de la Musique il y a des années importantes pour un artiste : 1928 fut la plus grande année de Louis Armstrong (j'y reviendrai un de ces jours), pour les Beatles ce fut 1965 à 1967, le punk fut la grande affaire des années 1976 et 1977. En ce qui concerne Duke Ellington, la grande année est 1940. Non pas que les autres années de sa carrière soient négligeables mais en 1940 il avait à la fois le meilleur orchestre et les classiques s'accumulaient comme 25 ans plus tard chez les Beatles. Cet album ne compile que des morceaux de 1940 et c'est parfait pour faire connaissance avec l’œuvre gigantesque du Duke.

Pour l'orchestre notons tout d'abord Jimmy Blanton un jeune prodige de 22 ans (qui mourra de la tuberculose deux ans plus tard) qui a révolutionné la contrebasse en en faisant un instrument soliste comme le démontre « Jack The Bear », le premier classique de cette compilation parfaite, ainsi que le duo piano - contrebasse sur « Pitter Panther Patter ».

Ben Webster est un saxophoniste ténor à la sonorité chaleureuse et un peu son « saxo-hero », pour utiliser un néologisme. Son solo dans « Cotton Tail » a été étudié et copié par tous les apprentis saxophonistes de l'époque. Johnny Hodges est le saxophoniste alto historique de Duke Ellington (arrivé en 1928 dans l'orchestre, il ne le quittera qu'à son décès en 1970, hormis une parenthèse de 1951 à 1955 où il tentera une carrière solo) sa sonorité inimitable et reconnaissable fait merveille en particulier dans « Never No Lament ».

Cootie Williams est un fabuleux trompettiste spécialisé dans la sonorité « jungle », c'est-à-dire faite de grognements et autres sons inquiétants produits par l'effet wha-wha de la sourdine appliquée à la trompette. Duke Ellington lui dédie le « Concerto For Cootie » (que André Hodeir, critique de jazz, va analyser durant des pages entières, comme certains analysent la Chapelle Sixtine). Rex Stewart est un cornettiste (petite trompette à la sonorité plus feutrée) pour lequel Duke écrit le merveilleux « Morning Glory ». Lawrence Brown est un tromboniste particulièrement mis en valeur dans « All Too Soon ».

Comme on l'a souvent dit, Duke Ellington était un pianiste dont le principal instrument était plutôt son orchestre et ses instrumentistes dont il savait tirer parti de la sonorité de chacun pour la fondre en un tout particulièrement délectable. Sur cet album, « Ko-Ko », le morceau éponyme, en est la meilleure démonstration. Ce morceau, souvent considéré comme le chef d'oeuvre de Duke Ellington réussit à être un blues sans utiliser des accords de blues (ou alors très complexes) et avec une ambiance qui est la quintessence du style « jungle », inventé une dizaine d'année plus tôt, au Cotton Club, pour accompagner les spectacles de danses érotiques du célèbre cabaret, dont Duke Ellington et son orchestre furent l'attraction principale.

Je ne vais pas commenter tous les morceaux, disons simplement que tout est au top du top, si vous aimez la musique, la bonne, celle qui n'a pas d'âge. Le fait que les enregistrements soient de 1940 fait que le son n'est évidemment pas celui de 2012 mais les bandes ont été parfaitement remasterisées pour leur donner un son tout à fait convenable où chaque instrument est parfaitement mis en valeur.
Je n'aime généralement pas utiliser de superlatifs mais il me semble honnête de préciser que cet album est un des dix chefs d'oeuvres musicaux du XXè siècle, tous genres confondus.

A lire aussi en JAZZ par GUY LIGUILI :


Claude NOUGARO
Plume D'ange (1977)
La foi est-elle plus belle que Dieu ?




Sonny ROLLINS
Saxophone Colossus (1956)
Comment faire pleurer le colosse ?


Marquez et partagez





 
   GUY LIGUILI

 
  N/A



- Duke Ellington (piano, direction d'orchestre)
- Johnny Hodges (saxophone alto)
- Ben Webster (saxophone ténor)
- Harry Carney (saxophone baryton)
- Barney Bigard (clarinette)
- Cootie Williams (trompette)
- Rex Stewart (cornet)
- Lawrence Brown (trombone)
- Joe 'tricky Sam' Nanton (trombone)
- Jimmy Blanton (contrebasse)
- Sonny Greer (batterie)


1. Jack The Bear
2. Ko-ko
3. Morning Glory
4. Conga Brava
5. Concerto For Cootie
6. Cotton Tail
7. Never No Lament
8. Dusk
9. Bojangles
10. A Portrait Of Bert Williams
11. Harlem Air Shaft
12. All Too Soon
13. Rumpus In Richmond
14. Sepia Panorama
15. In A Mellotone
16. Warm Valley
17. Across The Track Blues
18. Chloe (song Of The Swamp)
19. Pitter Panther Patter



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod