Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Joe Matera
- Style + Membre : Venom
 

 Site Officiel (315)

MPIRE OF EVIL - Hell To The Holy (2012)
Par RED ONE le 21 Avril 2012          Consultée 1599 fois

Voici un premier album qui s'est fait attendre ! Lorsqu'en 2010, trois anciens membres de VENOM décident de remonter un groupe en partant de zéro, le buzz ne met pas longtemps à se mettre en place. Et pour cause, car derrière ce projet, il y a Jeffrey Dunn, alias Mantas, guitariste originel de VENOM et démiurge des grands classiques du groupe ("Welcome To Hell", "Black Metal", "In League With Satan" ...), secondé à la batterie par Anthony Lant (alias Antton), frère du légendaire Cronos et fraîchement démissionnaire de VENOM un an plus tôt pour des raisons peu claires. Pour couronner le tout, celui qui va tenir le double rôle de chanteur et de bassiste n'est ici rien de moins que Tony Dolan, alias The Demolition Man, qui fût chanteur de VENOM entre 1988 et 1993, et au sein duquel il enregistra tout de même 3 albums studio, un EP et une VHS live.

MPIRE OF EVIL est-il alors réellement ce que tout le monde se plait à en dire depuis sa naissance en 2010 sous le nom PRIMEVIL, à savoir un line-up alternatif de VENOM ? C'est un peu délicat à affirmer, mais l'idée est plaisante : en effet, Mantas et Tony Dolan ont été ensemble dans VENOM entre 1988 et 1993, à l'occasion des albums Prime Evil (1989), Temples Of Ice (1991) et The Wastelands (1992). Antton, pour sa part, n'a fréquenté Mantas au sein de VENOM que le temps de l'album Resurrection (2000), album qui voyait VENOM prendre enfin la direction d'un metal plus moderne et mieux produit. Même si, vous l'aurez compris, le line-up Mantas/Dolan/Antton n'a jamais existé auparavant, il s'agit quand même d'un "supergroupe" comprenant 3 anciens membres de VENOM. De quoi susciter l'intérêt, c'est évident.

Et effectivement, les fans ont répondu présent lorsque le groupe a annoncé sa formation en 2010. Ce sont d'ailleurs les fans eux-mêmes qui ont choisi le premier nom de la formation, PRIMEVIL, en référence au premier album de VENOM enregistré avec Tony Dolan en 1989. Le groupe annonce d'ailleurs dès 2010 la parution prochaine d'un premier album, déjà porteur du nom "Hell To The Holy". Plusieurs démos sont ensuite diffusées sur MySpace et Youtube, laissant entrevoir un retour au son de l'album Resurrection, sur lequel brillaient Mantas et Antton. Malheureusement, le parcours n'a pas été de tout repos : un groupe new-yorkais homonyme ayant menacé de porter plainte en 2011, PRIMEVIL change de nom et devient MPIRE OF EVIL, retardant la sortie de l'album. Afin de mieux préparer le terrain, un EP 6 titres sort fin 2011, Creatures Of The Black, comprenant 4 reprises de standards du heavy metal et 2 titres inédits.

Hell To The Holy sort donc finalement en 2012, avec un an de retard. Et après une année d'attente, le résultat en vaut-il la peine ? Eh bien oui : ce premier effort de MPIRE OF EVIL nous permet de constater la bonne santé créatrice d'un Jeff Mantas que l'on pensait perdu dans l'anonymat de la scène metal britannique après son départ de VENOM en 2002. Après un deuxième album solo passablement mauvais en 2006 (Zero Tolerance, sur lequel figure également Tony Dolan) et sa tentative quelque peu hasardeuse de se réorienter dans le metalcore en compagnie du groupe DRYLL (qu'Antton rejoindra brièvement en 2009), MPIRE OF EVIL apparaît comme la véritable renaissance artistique d'un guitariste reconnu par ses pairs comme l'un des plus influents des années 1980 dans le milieu du heavy metal.

De nombreux titres de cet album ne sont pas des nouveautés : "Hellspawn", "Hell To The Holy", "The 8th Gate", "All Hail" et "Waking Up Dead" étaient déjà écoutables sur Internet dans des versions quasiment similaires depuis 2010, du temps où le groupe s'appellait encore PRIMEVIL. Mais elles gagnent ici en puissance, la production ayant été en partie revue et améliorée. Les références à VENOM sont évidemment là : entre "The 8th Gate" (référence assumée à "The Seven Gates Of Hell", titre classique de VENOM) et "Waking Up Dead" (qui fait penser à "Raise The Dead", chanson notable de l'album Black Metal). Mais on trouve également des titres fort originaux, qui se démarquent du répertoire de l'ancien groupe de Mantas : ainsi le blues groovy de "Devil", joué en partie au bottleneck, se démarque franchement du reste et fait headbanguer sans répit, pendant que le "The Snake Pit" et "Shockwave" sont pour leur part de petits brûlots punks franchement sympas. Les hymnes sont légion, entre un "All Hail" fédérateur et un "Metal Messiah" qui bastonne sans concessions.

La batterie d'Antton semble cependant souffrir de la même production étouffante que sur l'album Hell (2008) de VENOM, dernier LP enregistré par Antton en compagnie de son frère Cronos. En revanche, Tony Dolan ne semble pas donner dans la redite par rapport à son passé au sein de VENOM, et Hell To The Holy n'est pas du tout dans la lignée de l'excellent album Prime Evil. Il se situe en revanche bien dans celle de Resurrection, même si la production est quelque peu différente et que Hell To The Holy n'est pas aussi speed et linéaire que pouvait l'être Resurrection. Le morceau de fin de l'album, "Mpire (Prelude)", semble indiquer, à l'instar d'un "At With Satan" sur l'album Black Metal (1982), que le groupe ne compte pas en rester là. Mais la suite de l'histoire se fera malheureusement sans Antton, qui a quitté MPIRE OF EVIL au début de l'année 2012, peu de temps avant que le groupe ne parte en tournée américaine. Un remplaçant lui a cependant été trouvé pour la circonstance, le jeune batteur britannique Marc Jackson.

Hell To The Holy est donc un premier album longue durée fort enthousiasmant, produit par un groupe qui visiblement cherche à se construire une identité originale sans pour autant renier ses racines. Avec ce premier LP, MPIRE OF EVIL s'affirme donc comme un groupe dans l'ère du temps, pratiquant un metal à la croisée du moderne et du vintage.

Très bon.

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


DEEP PURPLE
Perfect Strangers (1984)
Le grand retour de Deep Purple

(+ 1 kro-express)



JUDAS PRIEST
98 Live Meltdown (1998)
Tim Owens, bien plus convaincant en live !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Tony Dolan (chant, basse)
- Mantas (guitare)
- Antton (batterie)


1. Hellspawn
2. Metal Messiah
3. Waking Up Dead
4. Hell To The Holy
5. The Snake Pit
6. All Hail
7. Devil
8. Shockwave
9. The 8th Gate
10. Mpire



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod