Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Curve
 

 Myspace (660)

GARBAGE - Not Your Kind Of People (2012)
Par ARP2600 le 30 Mai 2012          Consultée 1975 fois

Un groupe a parfois tout simplement besoin de faire une pause. La vie commune imposée par d'interminables tournées a tendance à peser sur le moral et la motivation des musiciens, qui en viennent parfois à jeter l'éponge pour un temps, même s'il n'y a pas de vraie discorde entre eux. Le retour peut alors être spectaculaire, quand les batteries sont bien rechargées. Ce fut le cas de Van der Graaf Generator entre 72 et 75, revenus avec l'immortel Godbluff, par exemple. Sans atteindre un tel degré de génie, le nouveau Garbage, sorti après une telle séparation provisoire, est assurément un bel album, frais et énergique, dépassant sans peine le ridicule Beautiful et l'inégal Bleed like me.

Alors, premier problème à l'écoute de ceci : comment classer cette musique. Garbage a toujours prétendu faire de la pop malgré de profondes racines en rock alternatif – et, oui, on doit citer Curve, c'est inévitable. Il faut dire que leur visuel a toujours été excellent. Une belle chanteuse jeune et ténébreuse entourée par trois instrumentistes plus âgés, irréellement rigides et taciturnes. Rien n'a changé de ce côté... Shirley Manson a bien pris quelques années mais ça ne se voit guère. Elle assure seule la promotion de l'album parce qu'elle fait bien ça et que ces messieurs n'aiment pas trop causer. Ça tombe bien, elle est loquace pour quatre et donne de nombreuses interviews avec enthousiasme. Mais revenons au style. Tout ceci est plutôt rock, avec un côté pop au sens restreint du terme. Pas grand chose à voir avec les productions commerciales fort peu rock donc, les guitares brutales de Steve Marker et Duke Erikson sont indispensables à l'efficacité du groupe.

On trouve quand même un certain éclectisme, mais moins étendu et moins gênant que sur Beautiful. En fait, je pense qu'il est à la mode de faire des albums variés, tenant à la fois du métal, de l'alternatif et de la new wave, tout en s'essayant à quelques recettes pop récentes. C'est peut-être un hasard, mais Not your kind of people me semble assez proche du dernier Stranglers que j'ai chroniqué récemment, les deux relèvent d'une belle ouverture d'esprit et d'une approche décomplexée du rock à cette époque où la relève tarde à faire ses preuves.

Un reproche qu'on peut formuler est la faiblesse de l'entrée en matière. «Automatic Systematic Habit» n'est pas mauvaise mais elle n'a pas le charisme suffisant pour commencer un album, en particulier sa mélodie est fort monotone et la basse rythmique est trop régulière – presque techno en fait, Butch Vig a toujours intégré ce genre de bidouillages à leur musique. Par contre, fait nouveau, les premières notes de «Big Bright World» sont carrément cold wave, avant des développements plus typiquement alternatifs.

C'est cependant avec le single «Blood for poppies» que l'album prend vraiment son envol. Curieusement, alors que son écoute il y a deux mois m'avait laissé fort sceptique et peu optimiste pour la suite, elle s'intègre parfaitement avec les autres chansons du disque. La mélodie est très efficace et l'arrangement riche et habile. Ensuite, c'est un petit festival malgré une certaine faiblesse des ballades, souffrant la comparaison avec celles de Version 2.0 et Bleed like me. Sur la superbe «Control», on peut constater que la vieille influence shoegaze est toujours bien présente chez eux.

La chanson-titre est étrange, une ballade pop rétro «à la sixties», réussie et agréable mais quand même un peu discutable. «Felt» joue une carte post-punk délicieusement énergique, tandis que «I hate love» et «Battle in me», au niveau du titre comme de la musique, sont plus typiques du travail de Garbage. La ballade «Sugar» fait curieusement penser à certaines titres récents de Madonna, y compris dans la manière de chanter, une belle chanson malgré son manque d'originalité. En cette fin d'album, c'est l'extatique «Man on a wire» qui retiendra le plus l'attention. On y constate que Shirley Manson n'a certes rien perdu de ses qualités vocales, on n'a même jamais entendu une telle démonstration. Le final «Beloved Freak» est une ballade fort conventionnelle, qui n'achève pas l'album mieux qu'il avait commencé.

Not your kind of people constitue donc une très agréable surprise, de la part d'un groupe dont on n'attendait plus forcément beaucoup. Le second souffle de Butch Vig, Duke Erikson, Steve Marker et Shirley Manson fait vraiment plaisir à voir et entendre. Il ne reste plus qu'à espérer que cela dure et qu'ils nous donnent encore d'autres disques aussi attachants ces prochaines années.

A lire aussi en ROCK par ARP2600 :


RUSH
Permanent Waves (1980)
La maîtrise totale du rock

(+ 1 kro-express)



BAUHAUS
The Sky's Gone Out (1982)
Gothique progressif ?


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Duke Erikson (guitare, piano, synthétiseur)
- Shirley Manson (chant, synthétiseur, stylophone)
- Steve Marker (guitare, synthétiseur, bruitages)
- Butch Vig (batterie, effets, boucles, mixage)
- Justin Meldal-johnsen (basse)
- Eric Avery (basse)


1. Automatic Systematic Habit
2. Big Bright World
3. Blood For Poppies
4. Control
5. Not Your Kind Of People
6. Felt
7. I Hate Love
8. Sugar
9. Battle In Me
10. Man On A Wire
11. Beloved Freak



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod