Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


FINE YOUNG CANNIBALS - Fine Young Cannibals (1985)
Par ERWIN le 21 Septembre 2012          Consultée 843 fois

Ce monument de la New Wave à l’existence aussi courte qu’un héros mythologique, est né sur les cendres du groupe THE BEAT. A la recherche de l’oiseau rare qui leur permettra de relancer leur carrière, le guitariste Andy Cox et le bassiste David Steele dénichent un homme à la voix très spéciale, au look immédiatement identifiable et à la forte présence scénique : il s’agit de Roland Gift, jeune chanceux choisi au beau milieu de 500 postulants.

Nous sommes en 1984, leur première composition « Johnny come home » accompagnée de sa vidéo va leur ouvrir les portes, l’originalité de cette compo, les licks et coups de pattes rythmiques de Cox à la guitare, la basse efficace et le rythme enlevé de la chanson sera leur signature. C’est l’introduction à leur éponyme premier album, qui sortira pour la fin de l’année 85.

Le second single va passer inaperçu, il s’agit de « Blue » à l’identité certainement moins mordante. Un aspect Soul assez prégnant mais une qualité moindre. Plus surprenant est le troisième single du groupe, il s’agit d’un immense hit du King Elvis PRESLEY, son denier number one au Billboard « Suspicious mind ». Il est vrai que la chanson se prête bien au style des jeunes cannibales. La voix de Roland n’est pas choquante malgré l’immense différence avec son illustre ainé. Mais le résultat est tout à fait à la hauteur, nous avons tous en mémoire les jolis backing vocaux qu’assure à cette occasion l’icône Jimmy SOMERVILLE... On prend conscience immédiatement que ce nouveau groupe ne sera pas un one hit wonder.

Le reste de l’album est bien entendu beaucoup moins connu, car le groupe doit tout au pouvoir de ses énormes singles. La voix du métis fait pencher la balance à nouveau vers une New Wave poppy teintée de Soul, voyez plutôt « Couldn’t care more ». Nous naviguons ensuite vers des terres sud américaines avec « Funny how love is », elle sonne exotique, constante invariable de la musique crée par le groupe. On remarquera d’ailleurs le Hammond de « Move to work », puis la mignonne course de « Like a stranger ». Rien de bien mémorable donc.

Ce premier album vaut donc avant tout pour le pouvoir hors norme de ces deux singles qui vont truster les premières places du Billboard. J’ai personnellement une affection toute particulière pour « Johnny come home », et ce n’est pas faire injure au groupe que de mettre une note moyenne à son premier opus, dont acte.

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


LEVEL 42
World Machine (1985)
Fusion new wave-jazz-funk

(+ 1 kro-express)



David BOWIE
Heroes (1977)
Prophète hors de son pays

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Roland Gift (chant)
- Andy Cox (guitare)
- David Steele (basse - synthés)


1. Johnny Come Home
2. Couldn’t Care More
3. Don’t Ask Me To Choose
4. Funny How Love Is
5. Suspicious Mind
6. Blue
7. Move To Work
8. A Promise
9. Time Lost Kind
10. Like A Stranger



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod