Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Vanessa Carlton
 

 Site Officiel (217)

Sara BAREILLES - Careful Confessions (2004)
Par WALTERSMOKE le 22 Décembre 2012          Consultée 1116 fois

S'envoler. Partir dans un magnfique rêve éveillé. Se sentir emporté par une voix absolument délicieuse vers une sorte de bonheur. Avouez que c'est magnifique, n'est-ce pas ? Peu d'artistes sont capables de parvenir à faire ressentir cela à leurs auditeurs, et de plus certains d'entre eux – dont le couillon qui écrit ces lignes – ont tendance à penser qu'en ce nouveau siècle, il s'agit carrément d'une espèce disparue comme les ptérosaures et les Tamagotchi. Hé ouais, après avoir fait une analyse des artistes mainstream, y'a de quoi regretter de ne pas avoir une DeLorean : nous sommes ainsi condamnés à subir les assauts audiovisuels de personnages qui semblent avoir été créés dans l'Enfer de la Musique, là où ont été forgées des atrocités comme les boys bands qui ont souillés la jeunesse des jeunes adultes d'aujourd'hui. D'où le réflexe pavlovien, quand un skeud sorti après 2000 nous est offert, de se dire «ça pue, ton machin».

Et là une belle surprise apparait : Careful Confessions de Sara BAREILLES.

Sorti en 2004, il s'agit du premier opus de la chanteuse américaine, qui passe ainsi à la vitesse supérieure après des débuts prometteurs dans des bars locaux. Entourée de musiciens assez efficaces (dont Travis CARLTON, le cousin de Vanessa*), la chanteuse-pianiste ne prend même pas la peine de proposer des titres prometteurs ou bien intéressants bien que bancals, non, elle envoie le pâté direct, comme qui dirait l'autre. Sans compter qu'elle écrit toutes ses chansons toute seule, sans apport d'un songwriter extérieur (sauf pour "Love On The Rocks"). Des sommets sont ainsi atteints, comme le poignant "Gravity" idéalement placé en ouverture, l'entrainant "Come Round Soon" aux accents soul, ou encore "One Sweet Love" (qui délaisse d'ailleurs le piano pour la guitare), chanson parfaite à jouer dans une ambiance romantique et joyeuse – cliché ! Ce qui est également formidable, c'est l'absence de temps mort ou de morceau de remplissage : à la rigueur, "Responsible" est un titre assez faiblard, mais rattrapé par un refrain accrocheur, ça passe sans pour autant marquer; quant à "Love On The Rocks", il s'agit d'une bonne chanson, cependant la batterie est un vrai élément pertubateur qui ne gâche certes pas le titre, mais l'affaiblit sérieusement. Cependant, la meilleure des sept premières chansons de l'album reste bien évidemment "Fairytale", bien courte mais au thème assez atypique – ce qui se passe après le « happy end » de nos chers Disney – qui frappe fort, pour sûr.

Si j'ai dit les sept premiers morceaux, c'est parce que les quatre derniers sont en fait des interprétations live, et force est de constater que non seulement ils ne jurent pas sur l'album, mais en plus l'on ressent l'assurance de Sara à jouer devant un public. En écartant "Fairytale", il paraît évident de dire qu'on a là les quatre meilleurs titres de Careful Confessions, tout simplement. Les décrire un par un serait quelque peu futile, mais pour faire simple, il s'agit d'une montée en puissance jusqu'à "My Love", magnifique chanson qui transporte plus loin qu'on ne pourrait l'imaginer, et qui constitue une conclusion époustouflante, avec juste une voix et un piano. Après écoute, je vois mal où trouver une fin d'album de cette teneur.

Careful Confessions, pour un premier album, n'est certes pas un coup de maître ni un chef-d'oeuvre, mais ce serait faire preuve de mauvaise foi que de dire « on ressent du potentiel », puisqu'il est flagrant, rien de plus. L'impression d'évasion que j'évoquais plus haut est on ne peut plus forte et sincère. Mais pour la célébrité, elle repassera, puisqu'il faudra attendre que sa prochaine maison de disques lui réclame une chanson d'amour comme single...

*: Marco, si tu lis ces lignes...le monde est petit, quand même

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par WALTERSMOKE :


Sara BAREILLES
Once Upon Another Time (2012)
Un seul mot : extraordinaire !

(+ 1 kro-express)



Sara BAREILLES
Kaleidoscope Heart (2010)
Un sommet majeur du XXIe siècle musical


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Sara Bareilles (chant, piano)
- Javier Dunn (guitare)
- Travis Carlton (basse)
- Josh Archibec (basse)
- Josh Day (batterie, percussions)
- Mona Tavakoli (batterie, choeurs)
- Chaska Potter (choeurs)


1. Gravity
2. Undertow
3. Love On The Rock
4. Responsible
5. One Sweet Love
6. Fairytale
7. Come Round Soon
8. Inside Out
9. City
10. Red
11. My Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod