Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


The VACCINES - Come Of Age (2012)
Par BAAZBAAZ le 16 Septembre 2012          Consultée 1190 fois

Aimer THE VACCINES suppose d’avoir un sérieux déficit de culture musicale. Car tout, chez ce groupe, n’est qu’imitation et plagiat. Qu’on parle pudiquement d’« influences » ne saurait masquer le profond malaise généré par ce nouveau disque. Pour peu, du moins, qu’on ne soit pas né dans les années 2000 ou qu’on ait fait l’effort d’écouter ne serait-ce qu’une poignée de classiques dans sa vie. Disons que ce Come of Age agit comme une sorte de révélateur, un test que tout à chacun pourra effectuer : si vous l’aimez, vous pouvez commencer à vous poser des questions sur l’étendue de vos connaissances en matière de rock.

Et qu’on ne vienne pas dire que tout groupe est forcément sous l’influence de ses prédécesseurs, et qu’après tout rien n’interdit de jouer une musique inspirée du passé, etc. Certes… Mais là on ne parle pas d’un disque punk ou garage enregistré par d’heureux nostalgiques, ni même d’un album bâti sur les fondations posées par un illustre ancêtre. On parle de la sensation bizarre, dérangeante, que produit Come of Age chez tout amateur de pop-rock normalement constitué : chaque chanson, chaque couplet et refrain, chaque mélodie donne instantanément l’impression d’avoir été entendu avant, quelque part.

En gros, les VACCINES – qui font le buzz en Angleterre depuis 2011 – reproduisent la musique de THE STROKES et THE LIBERTINES (« No Hope »), (« Change of Heart Pt.2 »). Ils ne vont donc pas chercher leur inspiration bien loin, et ces groupes n’ont pas été ce qu’on pourrait appeler des jalons marquants de l’histoire du rock. Mais ils avaient au moins le mérite de mieux digérer leurs influences (quelque part du côté des RAMONES et de RICHARD HELL) et de surprendre le temps d’un album. Ici, ce n’est pas le cas : les compositions laissent pantois tant elles ressemblent à des copier-coller de seconde zone, où ne transparaît aucune identité propre.

A cela s’ajoute un léger arôme néo-50's, qui fait parfois penser aux CRAMPS (en bien plus aseptisé) ou à une sorte de swamp rock, signe que les membres du groupe ont dû pas mal écouter le « Bad Things » de JACE EVERETT : c’est le cas avec « I Always New », « Ghost Town » ou « I Wish I was a Girl ». Pour le coup, on s’attend presque à ce que les VACCINES versent franchement dans le psychobilly (quelque chose comme TIGER ARMY), mais leur objectif n’est évidemment pas de s’installer dans une niche underground. Ils se contentent de reproduire les aspects les plus commerciaux de leurs influences.

Et notez bien que l’album n’est pas désagréable. Ces chansons ont toutes un côté plaisant, du moins au premier abord. Ces gens-là sont d’honnêtes compositeurs qui savent comment écrire une dizaine de petits singles pop honorables. Ainsi, « Bad Mood », qu’ils ont musclée autant qu’ils le pouvaient (ce sont quand même de sacrés pied-tendres), est accrocheuse. Mais, au bout de trois ou quatre écoutes, la lassitude arrive. Cette musique-là n’est faite que d’immédiateté et de poudre aux yeux. Trop familière, trop évidente, elle déplaît aussi vite qu’elle a pu plaire. Et il ne reste au bout du compte qu’un sentiment de gêne et un vague écœurement.

Aimez-vous THE VACCINES ?

A lire aussi en ROCK par BAAZBAAZ :


MODEST MOUSE
Good News For People Who Love Bad News (2004)
Le trésor caché du rock indépendant. une merveille




The MOVE
Message From The Country (1971)
Rock, glam, psyché... Le meilleur album du groupe


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Justin Young (chant, guitare)
- Freddie Cowan (guitare)
- Arni Arnason (basse)
- Pete Robertson (batterie)


1. No Hope
2. I Always Knew
3. Teenage Icon
4. All In Vain
5. Ghost Town
6. Aftershave Ocean
7. Weirdo
8. Bad Mood
9. Change Of Heart Pt.2
10. I Wish I Was A Girl
11. Lonely World



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod