Recherche avancée       Liste groupes



      
ANTI-FOLK/INDIE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Regina SPEKTOR - What We Saw From The Cheap Seats (2012)
Par WALTERSMOKE le 27 Septembre 2012          Consultée 883 fois

Chercher un bon album, c'est un peu comme mener une bataille : le fier soldat-lecteur décide de mettre tous les moyens possibles et imaginables pour parvenir à son but, il croise le fer avec les soldats-lecteurs qui sont en désaccord avec lui, mais au final, à cause des hautes instances qui le gouvernent, il est obligé de se plier au dogme de la variétoche à 1 franc 50 et échouer. Fort heureusement, tout comme les Grecs victorieux à Salamine, le lecteur peut réussir la quête du bon album de musique, et c'est ainsi que quiconque se mettra à écouter What We Saw From The Cheap Seats, le dernier album en date de Regina SPEKTOR ne pourra qu'être content de passer un bon moment.

Enfin, bon moment...certes, mais pas de manière systématique : en effet, SPEKTOR compose toujours dans la veine de l'anti-folk et ne verse pas dans le mainstream bas de gamme, et la principale conséquence se trouve être des chansons pas immédiatement accessibles; elle a également pris le soin de prendre des chansons qu'elle avait déjà jouées au cours de sa carrière et de les retravailler pour cet album, tant et si bien qu'un seul titre est réellement inédit, pour peu qu'on ait suivi l'artiste depuis ses débuts. Démarche honorable, à condition de ne pas verser dans la comparaison avec les versions originales à tout va.

Parmi les 11 morceaux qui composent les 37 minutes – oui, c'est court – de l'album, une bonne partie d'entre eux sont vraiment plaisants et marquants, le premier d'entre eux étant "Oh Marcello", où Regina pose sa voix et des paroles assez bizarres sur une vieille chanson de jazz des années 60. Dans la même veine, il convient également de citer les deux singles de l'album, à savoir "All The Rowboats", tout aussi dérangeante mais plaisante, et "Don't Leave Me (Ne Me Quitte Pas)", chanson clairement enjouée et agréable, mais aussi Open, où la chanteuse, seule avec son piano, livre un titre glacial et sombre, sans compter les bruits qu'on imagine être des imitations de monstres et qui accentuent la chanson vers le dernier tiers.

Hélas, trois fois hélas, si ces chansons-là sont très bien réussies, d'autres sont sacrément mauvaises et ne présentent pas Regina sous son meilleur jour. C'est surtout le milieu de l'album, véritable ventre creux de l'album, qui est à blâmer, et qui n'encourage pas à continuer l'exploration de l'album : "Firewood" et "How" sont clairement mauvais et présentent la chanteuse comme une piètre chanteuse à piano, et si "Patron Saint" est meilleur que ces deux-là, il ne l'est de que de très peu et ne suffit pas à relever ostensiblement le niveau, il faut attendre "All The Rowboats" pour ça. Quant à "Jessica", la seule chanson vraiment originale dont il était question plus haut, elle paraît bien anecdotique et futile, et constitue de facto une fin d'album bien décevante.

What We Saw From The Cheap Seats est au final un album qui peut raisonnablement être qualifié d'équilibré, dans le sens où le bon, voire le très bon côtoie le mauvais – mais pas l'exécrable ou le pathétique, cela dit. Mais cet équilibre est bien évidemment dommageable et n'avantage en aucun cas Regina SPEKTOR dont le talent transpire à travers les meilleures chansons, à l'image de "Oh Marcello" par exemple; cependant le remplissage a au moins été évité, ce qui n'est pas pour déplaire. Un album correct, donc, qui ne casse pas trois pattes à un canard : la bataille est à moitié gagnée.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


YELLOW MAGIC ORCHESTRA
Public Pressure (1980)
Ymo en live, c'est génial




CHRISTOPHE
Olympia 2002 (2002)
Un retour sur scène triomphal.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Regina Spektor (chant, piano, claviers, marimba)
- Mike Elizondo (basse, guitares, programmation)
- Aaron Sterling (batterie, percussions)
- Jay Bellerose (batterie, percussions)
- Danny T.levin (trompette)
- David Moyer (saxophones)
- Jack Dishel (choeurs)
- John Daversa (trompette)


1. Small Town Moon
2. Oh Marcello
3. Don't Leave Me (ne Me Quitte Pas)
4. Firewood
5. Patron Saint
6. How
7. All The Rowboats
8. Ballad Of A Politician
9. Open
10. The Party
11. Jessica



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod