Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

 Mylene.net (2288)
 Guide Mylène Farmer (320)

Mylene FARMER - Music Videos (1997)
Par WALTERSMOKE le 15 Décembre 2014          Consultée 1319 fois

À l'inverse de beaucoup d'autres chanteuses, même réputées, Mylène FARMER n'est pas le genre de femme à avoir collaboré avec beaucoup d'auteurs-compositeurs. Certes, elle a commencé comme simple interprète de chansons signées par diverses plumes, mais très vite elle a fini par s'occuper elle-même de ses textes, tandis que la musique est depuis 1985 composée par Laurent Boutonnat, son « éternel » acolyte. Quel sacré numéro, ce Laurent... Né en 1961, cet artiste plurifonctionnel s'est d'abord fait remarqué avec son premier film, La Ballade de la Féconductrice, une oeuvre ultra-violente et dérangeante (du moins présentée comme telle), et interdite aux mineurs, alors même que son réalisateur avait 17 ans à sa sortie. Il se lance par la suite dans la musique, écrivant avec son camarade Jérôme Dahan la chanson Maman a tort, que tous deux imaginent donner à Lio, avant de tomber sur Mylène FARMER. C'est ainsi qu'un partenariat fort est né, et a donné naissance à bien des bijoux de la pop moderne, sans compter les clips que Boutonnat a réalisés pour les singles des albums de FARMER.

Des clips, il en est question dans le DVD Music Videos. Le nom est suffisamment explicite, pas de tournure littéraire pour tromper le chaland, non, on vous dit directement que vous aurez des clips. Sorti en 1997, Music Videos est en réalité une compilation de trois VHS sorties entre 1987 et 1990, et rassemble tous les clips de Mylène FARMER de la période 1986-1991. Cela implique donc qu'on aura droit aux clips de "Libertine", "Sans contrefaçon", "Pourvu qu'elles soient douces", "Désenchantée"... oh pardon, ce ne sont pas des clips. Non, un tel terme serait insultant envers les grandes oeuvres de Boutonnat, voyons ! Ce dernier ne s'est pas contenté de mettre en boite une mise en scène pour une chanson, mais se réclame d'un art total, où la musique sert le film et vice-versa. Sans doute inspirée par certains moyens-métrages tel le fameux "Thriller" de Michael Jackson, Boutonnat réalise des mini-films qui durent au moins 7-8 minutes, son record étant "Pouvu qu'elles soient douces", du haut de ses 18 minutes (!). Forcément, ça impressionne, on a envie de se dire « Ah ouais, ils font pas les choses à moitié, dis donc ! ». Cette opinion est renforcée par le visionnage des clips en eux-même. De véritables enjeux cinématographiques sont mis en place, la direction est plus professionnelle que la norme, la forme bénéficie d'une attention toute particulière...

Ce n'est pas très étonnant quand on connait la principale force de Boutonnat, qui est aussi sa faiblesse, à savoir son côté prétentieux. Là où d'autres essaieraient des mises en scène encore proches du scopitone, Boutonnat pose ses bijoux sur la table et dit « JE vais révolutionner le clip musical, moi ! ». Cela se traduit par une recherche esthétique précieuse, qui ne laisse pas de place au banal ou au discret. Ceci est particulièrement flagrant dans les clips de "Libertine" et "Pourvu qu'elles soient douces" (ce dernier est d'ailleurs sous-titre « Libertine partie 2 ») : en plus d'avoir été inspirés par le culte Barry Lyndon, ces court-métrages usent et abusent de décors somptueux, d'une photographie inspirée et d'une réalisation aux petits oignons. On peut rester songeur en pensant que le vidéaste n'a pas travaillé avec d'autres artistes, du moins jusqu'en 1997 (et encore !). Mais sa prétention le dessert également, dans le sens où, mêlée aux thématiques habituelles de l'univers de Mylène FARMER (la mort, le sexe, le doute, le sexe, la mélancolie, l'amour, et le sexe), elle débouche sur des vidéos pas forcément réussies sur tous les plans. En particulier, si la forme excelle, il n'en est pas de même pour le fond : rien que les scénarii, par exemple, sont assez risibles. Ou du moins, ils souffrent d'une platitude désespérante, rendant le tout tristement gâché.
Fort heureusement, avec le temps, Boutonnat, ayant sans doute pris conscience de cela, commence à réaliser des clips certes moins ambitieux, mais plus réussis de manière globale. Un peu de modestie cinématographique aura ainsi permis de faire de "Sans logique", par exemple, un clip réussi car soignant et le fond, et la forme. Les clips des singles issus de L'autre suivront cette voie, et figurent aisément dans le meilleur de Boutonnat, y compris le très très controversé et sulfureux "Beyond my Control".

Et Mylène dans tout ça ? Il est vrai qu'à force de parler de Boutonnat, on en viendrait à oublier avec qui il travaille. Il faut dire qu'en plus de son talent de chanteuse, FARMER possède un charisme et une aisance remarquables (grâce au Cours Florent), qui compensent une beauté dont certains peuvent déplorer l'absence. Boutonnat la met bien en valeur (et pas seulement parce que ses seins sont montrés à plusieurs reprises), parvient à en tirer le meilleur pour ses films. Cela ne l'empêche pas de ne pas totalement convaincre, en particulier dans les premiers clips. Le constat est à peu près le même pour l'actrice Sophie Tellier, venant jouer de manière récurrente l'antagoniste de FARMER, et qui échoue dans son rôle de faire-valoir, tant elle est également capable de crever l'écran. Chapeau bas en revanche pour Jean-Louis Murat pour sa performance toute en retenue dans le clip de "Regrets".

En ce qui concerne l'audio, un gros point noir se doit d'être noté. En effet, au lieu de reprendre l'audio d'origine et de la remasteriser, Boutonnat a choisi de reprendre les morceaux tels qu'ils ont été mixés pour la compile Dance Remixes. Un vrai crime, et ce d'autant plus qu'on entend et voit des tentatives de synchro complètement foirées (en particulier sur "Libertine"). Dans l'absolu, ces remixes ne sont pas mauvais, mais là, Boutonnat a chié dans la colle.
Qui dit DVD, dit bonus – ou alors c'est une arnaque – et outre des menus classiques mais sympas, Music Videos propose cinq vidéos supplémentaires. Outre des versions lives de "Tristana" et "Plus grandir", on remarquera surtout le clip de "Maman a tort", qui est mis à part. Est-ce là une volonté de stigmatiser ce qui serait un brouillon, au vu de la suite ? Ce n'est pas impossible tant le clip, quoi qu'en disent certains fans, dénote avec l'univers de FARMER. Deux makings-of, filmés par François Hanss, alors assistant de Boutonnat, sont également proposés, mais n'apportent que des images d'équipes en action, sans aucun commentaire ni note. Au moins les fans peuvent-ils apercevoir FARMER répéter ou discuter vite fait avec un technicien.

Malgré une prétention monstre et l'audio foireuse, Music Videos est un DVD remarquable, qui ne manquera pas de se rendre indispensable chez tout fan de Mylène FARMER et/ou Laurent Boutonnat qui se respecte. Il peut également intéresser le cinéphile curieux, de par la volonté de Boutonnat de transcender son art pour aller plus loin que de simples illustrations vidéo. Ce dernier se positionne d'ailleurs comme un exemple de prétention fructueuse, qui vise un idéal visuel intéressant, qui ne sera cependant pas très suivi. Bravo quand même Laurent, bravo.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


Michel BERGER
/différences (1985)
Berger égal à lui-même




Mylene FARMER
Innamoramento (1999)
La fin de l'âge d'or


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Plus Grandir
2. Libertine
3. Pourvu Qu'elles Soient Douces
4. Tristana
5. Sans Contrefaçon
6. Ainsi Soit-je
7. Sans Logique
8. À Quoi Je Sers
9. Désenchantée
10. Regrets
11. Je T'aime Mélancolie
12. Beyond My Control
- bonus Dvd
13. Maman A Tort
14. Allan (live)
15. Plus Grandir (live)
- makings-of
16. Pourvu Qu'elles Soient Douces
17. Désenchantée



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod