Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Bryan LEE - Katrina Was Her Name (2007)
Par BAYOU le 19 Janvier 2013          Consultée 568 fois

Bryan LEE, né dans le Wisconsin le 16 mars 1943, est devenu aveugle à l’âge de huit ans. En écoutant la radio, il découvre, Elmore James, Albert King et Albert Collins. Après avoir fait ses armes dans divers groupes de cover d'Elvis Presley, Little Richard et Chuck Berry il s’installe, en 1982, à la Nouvelle-Orléans, et devient rapidement l’artiste résident de l’Old Absinthe Blues, fameux club de Bourbon Street où il se produit cinq soirs par semaine se forgeant une solide réputation. A ce jour, il a sorti une dizaine d’albums dont un, excellent, en public « Live & Dangerous » enregistré au Canada.

Katrina Was Her Name, sorti en 2007, est un tournant important dans sa discographie. La chanson éponyme évoque bien sur l’ouragan qui a dévasté la Louisiane en août 2005, avec une guitare acoustique amplifiée et la voix bouleversante de Bryan bourrée de feeling et d’émotion. Ce morceau d’une tonalité grave et sombre constitue la colonne vertébrale du disque, un chant d’amour pour sa ville adoptive et une chronique lucide et forte de cette tragédie.

A l’origine, la musique de Bryan Lee était très inspirée du Chicago blues, mais son long séjour à The Big Easy lui a ouvert d’autres horizons, s’inspirant par exemple de l'œuvre de Johnny Adams (The Great Johnny Adams R&B Album). Ainsi, la reprise de « 29 Ways » de Willie Dixon est complètement et superbement revisitée. Et « Blues Singer » morceau où il raconte avec force solos de guitare ses rencontres avec ses maîtres Freddie, Albert, BB King, Muddy Waters, Elmore James et Clarence Gatemouth Brown, sonne merveilleusement.

Duke Robillard produit le disque et confirme ses talents de producteur, intégrant dans l’univers du guitariste des cuivres et du saxophone et aussi une petite nouveauté avec des morceaux acoustiques (il en joue d’ailleurs sur « Why did you lie to me » et « Flat Foot Sam »). Les covers « Lowdown and dirty » de Luther Allison et « Ain't nobody's bussiness » de Jimmy Witherspoon qui sonnent comme du pur Freddie King, l'influence majeure de notre homme, renouent avec le Chicago Blues mais la guitare est moins présente que dans les albums précédents, laissant la place au saxophone et aux claviers.

Katrina Was Her Name est un album foisonnant, un excellent cocktail de blues bien sûr, agrémenté de tous les métissages musicaux propres à la Nouvelle Orleans, du jazzy au rythm & blues, et avec le vrai blues de Chicago enjolivé par la patte et la guitare de Duke Robillard. Petite anecdote, le Old Absinthe Blues dans Bourbon Street est maintenant fermé, ce qui n’empêche pas Bryan Lee de porter haut et fort son blues vitaminé dans les autres clubs de la Nouvelle Orleans.

A lire aussi en BLUES-ROCK par BAYOU :


Warren HAYNES
Live At The Moody Theater (2012)
Warren en solo et en live !




Anders OSBORNE
Peace (2013)
Un suédois à la nouvelle-orleans


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



Non disponible


1. 29 Ways
2. Don't Bite The Hand That Feeds You
3. Barefootin
4. My Baby Done Quit Me
5. Blues Singer
6. Katrina Was Her Name
7. Take It Like A Man
8. Lowdown & Dirty
9. Ain't Nobody's Business
10. Why Did You Lie To Me
11. Flat Foot Sam



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod