Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Roy Harris, American Composer (169)

Roy HARRIS - Symphonie No6 Gettysburg (1944)
Par TARTE le 10 Février 2013          Consultée 1082 fois

Nous y voilà. Il aura fallu à Roy Harris le temps d’écrire cinq pièces symphoniques pour accoucher de l’œuvre la plus impressionnante, la plus extravagante, la plus passionnante de sa carrière, faisant lestement passer les cinq premières pour des ébauches porteuses de bien maigres apparats. Son nom est « Gettysburg », elle a été écrite en 1944, sa durée est d’une demi-heure scindée en quatre parties, et comble de l’injustice, reste un des ouvrages les plus sous estimé de la carrière du compositeur.

La démarche de création prend racine dans un discours prononcé par Abraham Lincoln sur le champ de bataille de Gettysburg, théâtre d’une des plus sanglantes batailles de la guerre de sécession. Si l’intervention du président n’a pas duré plus de deux minutes, elle eu pourtant un impact phénoménal sur ses concitoyens. Sa prestation fut solennelle, olympienne mais non dépourvue de violence. Les mots portaient à ce moment davantage que du sens : de la raison, de l’honnêteté à l’état pur.

Nous y voilà donc. A ce firmament artistique difficilement explicable, fruit d’un enchevêtrement savant de lignes harmoniques et de rythmes fantômes. Sa particularité, à l’inverse des écrits antérieurs, c’est sa diversité très affirmée ; les quatre mouvements présentent chacun une facette caractérielle de l’œuvre, avec l’inertie qui leur est propre, si bien que chaque partie semble mettre en valeurs la suivante ; un déséquilibre masquant une trame ouvertement scénaristique. L’art de Harris a été de traduire en musique les mots, les inflexions, les émotions qui furent projetées lors de la déclaration de Lincoln ; un exercice non loin de l’expressionnisme et offrant à son géniteur sa plus belle partition.

La remarquable puissance développée par l’orchestre a d’abord tendance à masquer ses passages plus subtils. Les modes de Harris sont là, harmonieux, troublants, fascinants, magnétiques. Le compositeur tire sur une corde sensible dont on ne soupçonnait même pas l’existence. Les mélodies sont parfois évolutives et tout à fait insaisissables, tranchées toutes nettes ou parfois hiérarchisées d’un effet canonique. L’utilisation des nappes de corde est plus qu’évocatrice et sert - de manière presque systématique - de toile de fond, comme de grands aplats de couleurs évoquant l’atmosphère du tableau. Les percussions étincellent comme le glaive de Mars, répondant au funeste tocsin des cors alors que les autres cuivres hurlent à la victoire et à la célébration. La musique parle, et, à sa manière, raconte son éloquente histoire. Les écoutes laissent en mémoire une musique très audacieuse, mais néanmoins incroyablement cohérente. Chaque note, rupture, pulsation semble être parfaitement à sa place, rien n’est superflu.

Deux interprétations de cette symphonie furent publiées, l’une dirigée par Marin Alsop (et éditée dans la collection Naxos), l’autre par Keith Clark, cette dernière version surpasse très largement la première par une assurance mêlée d’audace et de folie. Les accélérations sont prodigieusement amenées, les types d’instruments sont minutieusement équilibrés et la sonorité qui en ressort est à la fois violente et majestueuse.

Le génie du compositeur fut d’allier une étonnante accessibilité à une efficacité inusable, j’ai beau l’avoir écoutée de long, en large, en travers ; dix, vingt, cinquante, cent fois et peut-être bien plus, rien n’y fait...

Inaltérable fraîcheur symphonique, la perfection. Le Chef-d’œuvre de Roy Harris.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par TARTE :


John ADAMS
El Dorado (1991)
On l'a enfin trouvé.




Arvo PÄRT
Adam's Lament (2012)
Musique contemporaine


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- Keith Clark (direction)
- Roy Harris (composition)
- Pacific Symphony Orchestra


1. Awakening
2. Conflict
3. Dedication
4. Affirmation



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod