Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


RPWL - The World Through My Eyes (2005)
Par BNJ le 25 Avril 2005          Consultée 2494 fois

En ce début d’une année musicale pour le moment loin d’être sensationnelle, le nouvel opus du groupe allemand RPWL, « World Through my eyes », m’était arrivé aux oreilles et ne m’avait pas procuré de plaisir particulier. Il faut dire que j’étais dans une sorte de mutisme total jusqu’à la sortie du nouveau Porcupine Tree. « Deadwing » sorti (digéré, avalé… et vomi, diront certains…), me voilà plus apte à appréhender ce disque qui est loin, très loin même d’être aussi plat que je pouvais le penser au départ.

L’histoire de RPWL commence en 1997. Le groupe, composé de Yogi Lang (voix), Chris Postl (basse), Kalle Wallner (guitare) et de Manfred Muller (batterie) est à l’origine un cover band du cultissime groupe Pink Floyd. Outre une belle capacité à reproduire avec finesse et intelligence la musique du groupe anglais (d’abord pour des reprises, donc, puis au fur et à mesure dans leurs propres compo), RPWL possède un avantage non négligeable avec le chanteur Yogi Lang, dont la voix est incroyablement ressemblante de celle de David Gilmour ! Le premier album, « God has failed » en 2000, vient confirmer cette impression. Le groupe propose d’emblée un rock progressif élégant et symphonique, bourré de batterie lourde, de synthé planant et de solo de guitares cristallins. RPWL fait du Pink Floyd mais le fait avec classe, en y ajoutant sa touche personnelle et sans, et c’est peut être la première fois, « salir » ce lourd héritage. Après un second album un peu moins bon (« Trying to kiss the sun » en 2002) et un album d’inédit (« Stock » en 2003), RPWL nous revient donc avec « World Through my Eyes » et on peut dire que le changement n’est pas au rendez-vous.

Tout ici, peut être encore plus qu’avant, respire bon le Floyd. Ne vous laissez pas distraire par les sons orientaux de l’incroyable morceau d’ouverture, « Sleep » car en son milieu, on a même droit un « text list » comme les affectionnait tant Roger Waters (voire « Dark Side » ou « Amused To Death » pour s’en convaincre…).
Dès lors, il n’y a plus qu’à se laisser porter par ces vagues musicales. Ce n’est pas obligatoirement original, mais c’est fait avec une telle volonté d’hommage que cela force le respect. Ce qu’il faut surtout retenir de cet album sera donc le titre d’ouverture, « Sleep », morceau à étage vraiment impressionnant, « Roses », l’excellent titre ultra pop chanté par Ray Wilson (dieu que j’aime cet homme là !), « Light », LE titre progressif par excellence, servi par un solo de Hammond et de guitare du meilleur effet et le titre final « Bound to Reach the End », beau à en pleurer. Mais les autres morceaux de l’album valent également le détour, soyez en certain !

A l’heure où Porcupine Tree peine à maintenir un niveau de qualité acceptable, RPWL, sans en avoir l’air, est une fois en mesure de donner ce qu’on attend de lui, c'est-à-dire du Pink Floyd de série B. Une formule qui parait bien sévère mais qui est en fin de compte une véritable reconnaissance du travail des musiciens allemand. Car personne d’autre qu’eux n’est capable d’approcher de si près le génie du groupe de Waters et Gilmour.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BNJ :


MARILLION
Marbles On The Road (2004)
Un groupe incontournable en images...




The PINEAPPLE THIEF
What We Have Sown (2007)
Coup de maître !


Marquez et partagez





 
   BNJ

 
  N/A



- Yogi Lang (chant)
- Chris Postl (basse)
- Kalle Wallner (guitare)
- Manfred Muller (batterie)


1. Sleep
2. Start The Fire
3. Everything Was Not Enough
4. Roses
5. Lights
6. Sea Nature
7. Day On My Pillow
8. The World Through My Eyes
9. Wasted Land
10. Bound To Reach The End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod