Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO-DUB  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Metastaz, Zenzile
- Style + Membre : High Damage, Zentone

HIGH TONE - Underground Wobble (2007)
Par MARTIN le 27 Mars 2013          Consultée 1272 fois

HIGH TONE est de ces groupes qui aiment à partager leur musique en live, sans cesse à sillonner les routes de France avec leurs baffles de 4m de haut. Et, ce qui tombe bien, c'est qu'HIGH TONE est aussi un groupe quasi légendaire (bien qu'encore vivant et actif), acteur majeur de l’essor de cette scène électro-dub que le monde entier nous envie. Enfin non, ce courant musical est et restera toujours dans l'ombre des ''grands'' courants, et quelque part c'est tant mieux : alors que certains guettent leur smartphone/tablette/minitel dans l'attente de dépenser des sommes folles pour avoir la chance d'obtenir une place pour le prochain concert de MUSE ou de METALLICA (idéalement situé à à peine 600km de votre domicile), d'autres vont au bled d'à côté payer 15 boules pour voir des groupes plus cultes tu meures, groupes obligés de faire des tournées de 50 dates pour renflouer les caisses comme ils le peuvent. Pratique pour nous.

Et à propos de choses cultes (belle transition !), nul doute que cet Underground Wobble
le soit. Quatrième album du quintet lyonnais, et, en toute subjectivité, le plus abouti. Fusion parfaite entre le dub à la fois enfumé, aérien et dansant des deux premiers disques, qui fit l'identité du groupe, et les expérimentations électroniques de Wave Digger, Underground Wobble en mit plus d'un sur le derrière lors de sa sortie en 2007, tant le talent d'HIGH TONE est palpable sur chacun des 15 titres de l'album.

Ce qui est remarquable de prime abord, c'est qu'Underground Wobble déborde d'imagination en tout sens, véritable usine à trouvailles sonores. HIGH TONE crée de superbes fresques évoquant des paysages hallucinés, à la variété et à la cohérence impressionnantes. Prenez « Ask The Dust », qui entame une longue montée jazzy avec son sample de piano et ses violons, effacée par un beat lourd et un clavier inquiétant (des chutes de bombes ? des cris distordus ?), s'en suit une montée DnB enflammée, avant de retomber sur des sonorités très aériennes bienvenues après une telle tempête. Le titre se conclut sur les samples du début, la boucle est bouclée, et quelle boucle ! Rares sont les groupes capables de proposer une palette de sonorités aussi variée sans pour autant faire perdre leurs morceaux en identité ou en cohérence. C'est ici assez souvent bluffant.

L'album débute par des titres bien énergiques et électriques qui nous projettent quelque part dans l'espace (mais un espace assez peu accueillant) ; avant de retomber sur terre après l'interlude « Escape A ». Des pistes d’obédience électro-dub plus classique, aux sonorités ethniques et aux paysages moins technologiques, tout en lignes de basses bien rondes. Mais l'ensemble, à l'exception de « Day Break Living », conserve ce trait de caractère d'un son légèrement révolté, pas vraiment en paix. Le jeu entre ombre et lumière est très fin, à l'image de ce « Round Trip » et ses infrabasses terribles, martiales, à la fois angoissantes et généreuses en montée d'adrénaline, qui se conclut après un break sur des sonorités orientales, dans un climat très lumineux et serein. Pièce épique.

HIGH TONE nous dessert de bout en bout une musique surefficace et au groove infaillible, qui prend une dimension cinématographique et onirique supplémentaire aussi de par sa richesse sonore sans fond. En plus des divers instruments et synthétiseurs (aux sonorités souvent uniques, à l'image de « Glowing Fire »), le groupe achève de dessiner cet univers à part en plaçant ici et là des samples vocaux et autres cris, augmentant encore l'épaisseur de leur musique, sans pour autant l'alourdir.

Il a été reproché à Underground Wobble d'être justement un peu trop abouti (le disque aurait été composé par sessions sur pas loin de trois années), ce qui lui confère un coté peu immédiat au regard de ce qu'avait pu produire le groupe avant, avec des titres moins construits, mais plus spontanés. Certes, ce n'est peut-être pas le plus accessible, mais à terme, cela est oublié, et nul doute qu'après des dizaines d'écoutes vous capterez encore de nouveaux détails insoupçonnés jusqu'alors, prolongeant encore un peu le voyage – et le plaisir. Underground Wobble est un monument de l'électro-dub, et un monument de la musique actuelle tout court.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par MARTIN :


HIGH TONE
Outback (2010)
Spontanéité vs minutie




STAND HIGH PATROL
A Matter Of Scale (2015)
Le Finistère joyeux


Marquez et partagez





 
   MARTIN

 
  N/A



- Lionel Dumas
- Julien Oresta
- Dominique Peter
- Fabrice Oresta
- Antonin Chaplain


1. Understellar
2. Freakency
3. X-ray
4. Ask The Dust
5. Speed 110
6. Esacpe A
7. Day Break Leaving
8. Glowing Fire
9. Driving Fast
10. Round Trip
11. Escape E
12. Do Not Panic
13. Depth In The Middle
14. Northern Lights
15. Soundscape



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod