Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ECLAT - L'esprit Du Cercle (2012)
Par ERWIN le 14 Février 2013          Consultée 1444 fois

« L’esprit du cercle » est le septième album du groupe ECLAT. Groupe culte de la scène progressive marseillaise. Fondé en 1989 par le guitariste Alain CHIARAZZO… D’ailleurs stoppez là, les gars. Que je vous présente ce six cordiste gaucher… Toucher subtil, technique affolante, utilisation de toutes les ressources de son instrument, jamais démonstratif toujours volubile mais d’une modestie évidente, la guitare est centrale dans les compositions du groupe, et se révèle d’un niveau qui frise l’absolu… J’aimerai savoir jouer comme cela. Nous retrouvons un claviériste d’un niveau adjacent en la personne de Thierry Masse, qui compose tout autant que son collègue, et une section rythmique d‘une efficacité rare avec Fred SCHNEIDER à la Basse et Marco FABBRI à la batterie. Si le rock progressif reste en France une énigme, il n’en est pas de même à l’étranger ou ECLAT est une valeur sure, que se soit au Brésil ou au Japon.

Mais passons à la musique, en débutant par les compositions d’Alain. « 13 » est ainsi un titre typique de ce que le jazz rock fusion fournira jamais de meilleur. La guitare incisive y mène une lutte acharnée pour survivre en permanence face à une section rythmique des plus rodées. Par instant, on y retrouve une identité Purpleienne et les combats de Ritchie et de Jon ne sont pas si loin. Quelle beauté dans l’élévation de la guitare, si aérienne et pourtant animée d’une force inéluctable. Du très grand art ! Le son évoque Steve MORSE tout en gardant sa spécificité. Le clavier soutient la mélodie simple et envoûtante et le solo de Thierry déchire. « L’esprit du cercle », titre éponyme et véritable classique de l‘opus, est une promenade romantique au grès des vagues et du ressac de la mer… La production est de toute beauté. Le bridge s’égare dans des considérations parfois presque free, mais la guitare se charge de nous ramener rapidement dans le droit chemin, son clair, classique, ou distorsion, Alain est sur tous les terrains parfaitement à l’aise et maîtrise son art à la perfection, avec un solo de toute beauté. Enfin c’est la basse de Fred qui drive la dernière contribution du guitariste : « Rythme infernal » à l’identité moderne et qui présente certaines réminiscences de RUSH.

Le Bassiste Fred SCHNEIDER n’est pas en reste puisque trois titres sont de lui. A débuter par l’orgue démesuré de « Muse et Ame », ou la guitare d’Alain se taille encore la part du lion avec… brio et éclat !! Très fusion, les bridges sont simples et attachants, toujours servis par une production irréprochable. Puis la guitare planante et folky de « Medication » prend le pouvoir, soutenue par une basse nébuleuse et profonde. Et finalement « Emotion » ou la basse est réellement à son avantage. Certaines portions de ce morceau touchent même au sublime, dans un élan smooth absolument génial de pureté.

Le clavier Thierry MASSE a lui aussi droit à ses trois morceaux . L’introductive «Sakawa song » surprendra avec les percussions tenues par Jerry MAROTTA, musicos d’un certain Peter GABRIEL, alors que le grand piano de « Au fil de l’eau » reprend le thème déjà évoqué, central, de la mer… On n’est pas méridional pour rien ! Guitares et claviers s’y croisent, s’entremêlent jusqu’à prouver que le mariage n’est pas qu’une question d’humanité. Un titre introspectif superbe. Les nappes de synthé de « Péplum » achève ce périple en terre Phocéenne avec beaucoup d‘à propos.

Malgré une technicité omniprésente, la musique d’ECLAT est à conseiller à toutes les oreilles, des plus mainstreams aux plus extrêmes. Les musiciens font preuve d’un niveau remarquable, et d’une capacité à composer des titres d’une puissance évocatrice rare. Quand aux amoureux de la gratte, je leur dit : voila le Steve MORSE français les mecs, ne cherchez plus ! Et en Live, je vous raconte même pas ! Il reste à signaler que la pochette « Stonehenge » est réalisée par Paul DAVIS dont on est habitué à voir les œuvres sur les albums de GENESIS. Un bel objet décidemment, que je ne peux que conseiller à tout le monde !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


William SHELLER
Lux Aeterna (1972)
Rock progressif




KING CRIMSON
In The Wake Of Poseidon (1970)
Disque plus calme, sans trop de prises de risques

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Alain Chiarazzo (guitares)
- Thierry Masse (claviers)
- Fred Schneider (basse)
- Marco Fabbri (batterie)


1. Sawaka Song
2. Muse Et Ame
3. Medication
4. « 13 »
5. Au Fil De L’eau
6. Emotion
7. L’esprit Du Cercle
8. Rythme Infernal
9. Péplum



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod