Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dougie Maclean , The Elders

FLEADH - The Cleggan Bay Disaster (2013)
Par GEGERS le 29 Juin 2013          Consultée 1497 fois

Malgré un nom faisant directement référence à la tradition celtique qu'il semble adorer (il signifie « festival » en langue gaélique), FLEADH est en passe de devenir une institution de la scène folk celtique germanique. Encore un groupe allemand, eh oui, car c'est désormais dans ce pays, tout autant qu'en Écosse et qu'en Irlande, que l'on trouve le plus important vivier de musiciens souhaitant dédier leur carrière au développement de la musique celtique. Il aura fallu néanmoins 11 ans à FLEADH pour concrétiser ses projets puisque, créé en 1999, le groupe ne donnera naissance qu'en 2010 à son premier album, Humpy and Lumpy, après qu'il eut recruté le chanteur irlandais Saoirse Mhor. Une arrivée importante, puisqu'elle permet à FLEADH de ne pas se « contenter » d'interpréter à sa sauce des traditionnels issus du répertoire celte, mais de proposer également ses propres compositions, qui s'avèrent fort convaincantes !

On reste en effet béat à l'écoute des cinq morceaux créés de toutes pièces par le groupe. Il y a sur « Hill of plenty » et « Row home » cette mélancolie latente, à la fois triste et révoltée, que l'on retrouve à l'écoute d'artistes tels que Dougie MacLean ou Christy Moore. La guitare acoustique, couplée avec le chant solennel et habité de Saorise Mhor, offre à ces deux morceaux une beauté pure et délicate. Le titre « The Cleggan Bay Disaster », qui donne son nom à l'album, est une autre pépite. Traitant de la catastrophe de Cleggan Bay, une tempête violente qui battit les côtes du Connemara en 1927 et prit la vie de très nombreux marins-pêcheurs, ce titre ce voit porté par une guitare acoustique énergique et un violon mêlant dextérité et solennité. Évoquant un groupe tel que The Elders, voici un morceau digne des plus grands du folk celtique, catégorie à laquelle FLEADH ne semble pas bien loin d'appartenir. Un peu plus passe-partout, « The ballad of John B. Whistlin' » se voit supplantée par la dernière composition originale, « The Curragh song », titre de country en version celtique qui peut aisément espérer devenir lui-même un traditionnel dans les années à venir, et si les deux païens offrent suffisamment de succès à FLEADH.

On en vient ainsi à regretter que l'album ne soit pas composé uniquement de titres originaux. Allez, ne soyons pas bégueule, et reconnaissons que le groupe a effectué un choix pertinent de reprises. Dans la musique celtique contemporaine, on apprécie le choix en titre d'ouverture de « Eastbound train », titre originellement écrit par Luka Bloom, frère de Christy Moore et lui-aussi tributaire d'une carrière fort honorable. Comme quoi... L'autre reprise, « Moondance » de Van Morrisson, prévaut grâce à son côté jazzy qui apporte une belle variété à l'ensemble. Reste donc une moitié d'album composée de traditionnels, qui mettent en avant les compétences musicales des six membres du groupe. Flûte, violon, mandoline ou bodhran s'en donnent à cœur joie et excellent dans l'interprétation de thèmes qui, à l'exception de quelques uns, ne sont pas parmi les plus connus du répertoire celtique, et permettent donc à FLEADH de ne pas donner l'impression de jouer la facilité. La délicte « Return from Fingal » et sa flûte doucereuse, « Ace and deuce of pipering », dont la cornemuse sautillante soutient parfaitement ce morceau que l'on verrait bien interprété à l'occasion d'un ceilidh, ou encore les reels « Tongadale / New Rigged Ship » se font, malgré leur âge, porteurs d'une fraîcheur et bénéficient d'un véritable savoir-faire de la part des musiciens de FLEADH.

Voici donc un deuxième album auto-produit, distribué avec les moyens du bord, et qui pourtant de révèle le témoignage d'une véritable force vive dans le domaine du folk celtique germanique. N'hésitez pas à vous renseigner sur ce groupe très prometteur composé de musiciens accomplis.

http://www.fleadh.de/index.html

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


WILD COLONIAL BHOYS
Heads Or Tails (2011)
Ou l'histoire du double-album de la peur




OYSTERBAND
This House Will Stand (2016)
Les vieilles pousses sont encore vertes.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Saoirse Mhór (chant, guitare, percussions)
- Thomas Gorny (guitare)
- Frank Weber (cornemuse, flûte, bodhran)
- Frank Mcdürschner (mandoline, banjo, harmonica)
- Marcus 'mr. Oakleaf' Eichenlaub (violon)
- Karl Schramm (basse)


1. Eastbound Train
2. Castle Kelly / Sligo Creek (reels)
3. Hill Of Plenty
4. Return From Fingal / Heaton Chapel (marches)
5. Row Home
6. The Cleggan Bay Disaster
7. Trip To Brittany / Sliabh Russel / Scarce O' Tatti
8. Sally Brown
9. Cahir's Kitchen / Moondance
10. Ace And Deuce Of Pipering (setdance)
11. The Ballad Of John B. Whistlin'
12. Tongadale / New Rigged Ship (reels)
13. The Curragh Song (shadowers)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod