Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Shadows

The VENTURES - Walk Don't Run (1960)
Par ERWIN le 11 Octobre 2013          Consultée 973 fois

C’est à Tacoma, dans le nord Ouest des US que les VENTURES ont vu le jour. Les potes de high school Wilson et Edwards montent un groupe mais ont ensuite bien du mal à trouver un contrat. Il faut dire que la musique est alors en plein transition. L’ère des grands pionniers s’achève - déjà !-, mais les mouvements folk et le boom britannique ne sont pas encore arrivés à maturation. C’est donc avec la révélation mondiale des SHADOWS britanniques et de leur tube « Apache » que l'histoire continue, et un boulevard s’ouvre pour toutes les formations instrumentales. Les VENTURES vont alors prendre le leadership du rock instrumental américain. Si le style est comparable, ils sont néanmoins très différents de leur grands rivaux anglais, moins mélodiques certes, mais plus agressifs plus « brut »; c’est ainsi que le soliste Nokie Edwards se lance régulièrement dans des considérations solos très techniques pour l’époque, chose que le soliste des SHADOWS dénigre volontairement pour se concentrer sur le toucher et le son. Je rajouterai que le son oscille entre la reverb « standard » de ses années et le fuzz qui va progressivement devenir la distorsion.
L’album sort fin 1960 et c’est une véritable révélation ! Don Wilson et Bob Bogle sont aux guitares, pour l’instant Nokie Edwards est à la basse, Howie Johnson tient les baguettes, le batteur jouera souvent un rôle essentiel au sein des formations instrumentales, on lui demande de savoir faire preuve d‘énergie et d‘une certaine virtuosité, cela va aider considérablement à faire progresser l‘instrument.

C’est « Walk dont run », une reprise d’un titre Jazz de Jimmy SMITH qui va devenir le grand standard du groupe, sorti en 59, plus d‘un an avant l‘album éponyme, 3 ans après la version de Chet ATKINS, un superbe titre qui appartient à l‘inconscient collectif.
La version ici présente du standard de Duke ELLINGTON « Caravan » mérite toute notre attention, même en considérant la multitude de ses consœurs existantes. En effet, nous sommes en 1961, et Bob se paye le luxe de solos plutôt technique pour l’époque, délaissant en cela le son classieux des SHADOWS qui faisait alors référence. A écouter ne serait ce donc que pour cet aspect original.
En revanche, malgré sa légendaire beauté, « Sleepwalk » n’est ici juste pas à la hauteur, il manque un toucher subtil, une âme romantique… Celle que lui donnera plus tard Brian SETZER, sans évoquer les performances de Chet ATKINS. « The Mccoy » sonne surannée…. « No trespassing » pêche un peu par simplisme. « Morgen » prouve toute l’influence des rivaux anglais, mais Bob Bogle n’est pas Hank Marvin, il manque le toucher, le grain de la strat de Hank. En outre les compositions sont d’une veine plus raw, en fait certainement plus rock’n’roll que celle des ombres britanniques, cela crée une vraie différence entre les deux groupes. Ainsi, « The switcher » est un vrai morceau de Rock’n’roll pour danser.
Signalons le morceau pour les cow-boys : il s’agit de « Raunchy », très sympathique et qui annonce les débordements futurs sur Wipe out.
Enfin, la présence de « Honky tonk » ensoleille ce skeud pour tous les guitaristes en herbe qui ont trouvé un jour cette fameuse rythmique.

C’est marrant car les classiques n’ont pas pris une ride, ce alors que les autres ont bien mal vieilli, mais il est possible que mes oreilles ne soient pas objectives… J’aurai tendance à vouloir assumer une certaine différence de niveau avec leurs grands rivaux anglais les SHADOWS, alors certes, c’est moins classe, cela a aussi moins bien passé le cap du temps. Mais il n’en demeure pas moins vrai que pour un premier album, ils vont casser la baraque! Un 3,5 arrondi à 4 pour l’histoire !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Brian SETZER
Rockabilly Riot ! Volume One: A Tribute To Sun Records (2005)
Brian au soleil




Eddie COCHRAN
Singin To My Baby (1957)
Pionnier, icône, génie


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Don Wilson (guitare)
- Bob Bogle (guitare)
- Nokie Edwards (basse)
- Howie Johnson (batterie)


1. Morgen
2. Raunchy
3. Home
4. My Own True Love
5. The Switcher
6. Walk Don’t Run
7. Night Train
8. No Trespassing
9. Caravan
10. Sleepwalk
11. The Mccoy
12. Honky Tonk



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod