Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK/PUNK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Camera
- Membre : Neu!
- Style + Membre : Thomas Dinger , Klaus Dinger

LA DüSSELDORF - Japandorf (2013)
Par WALTERSMOKE le 8 Juillet 2013          Consultée 1697 fois

Le vendredi 21 mars 2008, Klaus Dinger meurt. A l'échelle des masses, tout le monde ou presque s'en fout, c'est une mort comme les autres diront certains. Mais à une autre échelle, c'est un véritable drame de savoir que le co-fondateur de l'un des groupes les plus influents de la musique moderne (Neu!, pour ceux qui suivent pas) a été terrassé par un cancer. La première sortie posthume qui a suivi n'a en revanche pas forcément été à la hauteur du personnage. Je pense évidemment au terrifiant Neu! '86, qui horrifierait n'importe quel amateur sensé du krautrock. Mais heureusement (ou malheureusement ?), ce n'est pas la seule à sortir, puisque cette année voit la sortie de Japandorf. Une sortie bien calme quand on connait le calvaire pour le concevoir, même du vivant de Dinger.

En effet, le projet Japandorf existe depuis déjà 1998. Au moment où il démantèle La! Neu?, Dinger fait la rencontre de musiciens japonais établis dans sa chère ville de Düsseldorf. Plusieurs morceaux, et même deux albums, dont un remix de Viva, sont enregistrés, mais faute de sous et de maison de disques, ils ne sortent pas dans l'immédiat – Dinger devra même brader la moitié de son matos. Le troisième, nommé Japandorf, commence enfin à montrer des signes encourageants en 2007-2008, mais Dinger décède. La chanteuse Miki Yui, collaboratrice et compagne du musicien, se retrousse donc les manches et achève l'album, qui finit par sortir en 2013. Par ailleurs, Viva Rimix et Pre-Japandorf, les deux autres opus enregistrés avant Japandorf, devraient sortir prochainement.

Quant à l'album à proprement parler, que dire si ce n'est qu'il est génial ? Ben, qu'il est génial. Pendant les 54 minutes, il n'est pas facile de s'ennuyer de ce disque digne des références du krautrock et du proto-punk. Dinger et ses amis du Soleil Levant livrent une musique efficace et puissante, dans la lignée directe de LA DÜSSELDORF des années 70. La modernité du son joue également en la faveur du disque, offrant un rendu remarquable bien qu'imparfait. L'ouverture "Immermannstraße" en est d'ailleurs un exemple parlant doublé d'une réussite incontestable. Dinger signe là un titre percutant et immersif à la fois, en tout cas suffisamment catchy pour attirer l'attention de l'auditeur. Dès lors, la machine est lancée pour ne plus s'arrêter un seul instant, ou presque ("Kittelbach Symphony", "Spacemelo"). Les plus grincheux diront entendre des copies carbone de "Hero", morceau tiré de Neu! '75, ce qui n'est pas faux, mais n'est pas suffisant pour attaquer Japandorf. S'il faut trouver un angle d'attaque, ce serait plutôt vers les deux jams, "Sketch No.1_b" et "Sketch No.4" qu'il faut se tourner. Ils ne sont pas mauvais pour autant, mais ce ne sont pas les titres les plus accessibles, surtout du premier coup. En revanche, la pseudo-relecture de "Cha Cha 2000", baptisée "Cha Cha 2008", ne démérite pas son statut de pilier central de l'album. Son caractère monolithique impressionne, mais la dynamique du morceau fait taire les derniers indécis.
Dans ce maëlstrom de vélocité kraut se cache une petite merveille des plus incongrues, et qui répond au doux nom de "Kittelbach Symphony". En l'espace de 5 minutes, Dinger et ses acolytes vendent littéralement du rêve à travers cet instrumental qui ne révolutionne rien mais offre une respiration aussi bien dans l'album que dans l'absolu.

En fin de compte, Japandorf est un album que l'on pourrait classer « rétro-néo ». Il serait sorti en 1977 par exemple, il n'aurait pas choqué. Mais au contraire de disques qui sentent plus le moisi qu'autre chose, ce nouvel album posthume de Dinger brille de mille feux. Et puis, entendre du japonais mêlé à de l'allemand est une expérience agréable.

Note réelle : 4,5/5

PS : pour les amateurs de collectors, il faut savoir que Japandorf existe déjà avec deux pochettes différentes. La première possédait une pastille mentionnant le CV de Dinger (à savoir Neu! et LA DÜSSELDORF), mais fut retirée à la demande de Hans Lampe, ex-membre du groupe de Dinger. On se demande d'ailleurs pourquoi.

A lire aussi en PUNK-ROCK :


The RAMONES
Leave Home (1977)
Gabba gabba hey




BAD BRAINS
Into The Future (2011)
30 ans après, les Brains toujours aussi énervés !


Marquez et partagez







 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Dinger (guitare, basse chant)
- Miki Yui (chant, percussions)
- Kazuyuki Onouchi (batterie, synthés, basse)
- Satoshi Okamoto (claviers)
- Masaki Nakao (chant)


1. Immermannstraße
2. Domou Arigatou
3. Sketch No.1_b
4. Udon
5. Kittelbach Symphony
6. Cha Cha 2008
7. Ai
8. Sketch No.4
9. Spacemelo
10. Karnival
11. Osenbe
12. Andreaskirche



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod