Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO POP  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DIDO - Girl Who Got Away (2013)
Par WALTERSMOKE le 27 Août 2013          Consultée 1813 fois

Il y a encore une dizaine d'années, il était très difficile d'échapper à la chanteuse anglaise DIDO. Avec ses singles sentant bon l'émotif, voire le lacrymogène, elle a réussi à diriger les charts pendant un bon moment, avant de s'évanouir petit à petit – sauf pour ses fans. A titre personnel, j'avoue que passés les "White Flag", "Here with Me" et autres "Thank You", il est difficile de citer d'office un autre morceau issu du répertoire de DIDO. Du moins jusqu'en 2013, année de la sortie de son dernier album, Girl who Got Away.
Aussi curieux que cela puisse paraître, Dido n'en est qu'à son quatrième album en moins de 20 ans de carrière. Son dernier album, Safe Trip Home, remonte de plus à 2008, ce qui fait pas mal de temps, surtout dans le monde de la pop. Comme raisons avancées, sont citées la volonté de perfectionnisme, mais aussi la vie privée d'une DIDO devenue mère.

Girl who Got Away est un album qui tranche avec ce à quoi DIDO nous avait habitué. L'album a été annoncé comme plus électro pop que les précédents opus de la chanteuse. De quoi nourrir certaines craintes, vite balayées cependant par deux des trois singles promotionnels sortis en prévision de l'album. "Let Us Move On" et "End of Night" annonçaient de bonnes choses, vraiment engageantes. Malheureusement, il s'agit des meilleures chansons de l'album. Il paraît tout de même peu probable de parler de véritable déception tout au long des 11 morceaux de l'album (dans sa version standard). De plus, DIDO imprime sa voix reconnaissable entre mille, même si elle semble avoir vieilli par moments, et surtout, l'auditeur n'est pas trompé sur la marchandise : à deux exceptions près ("No Freedom" et "Sitting on the Roof of the World"), c'est bien l'électro pop qui prédomine ici. Une participation de Brian Eno est même à noter en fin d'album ("Day Before We Went To War").

La promesse du genre est respectée, mais qu'en est-il des chansons en elles-même ? Les meilleures chansons ne le sont pas à moitié. Les singles sont efficaces et bien pensés, même si le refrain de "No Freedom" donne envie de se cogner la tête. En particulier, "Let Us Move On", avec un featuring de Kendrick Lamar, est le meilleur morceau de l'album, doublé d'une sensibilité typique de DIDO. D'autres chansons se démarquent également de bonne manière, à l'image de "Go Dreaming", classique (pour ne pas dire banale), mais hautement appréciable.

Le constat est plus mitigé pour le reste. Il n'y a pas de réelle mauvaise chanson, et puis DIDO reste une interprète formidable, mais elle ne parvient pas à maintenir un niveau constant. Les pistes explorées sont attirantes, mais sont sous-exploitées. Comme exemple clair et net, je me devais d'évoquer "Day Before We Went to War". Les claviers et la production d'Eno enrobent une chanson qui a raté l'occasion de se présenter comme une conclusion émotionnellement forte. Quant aux arrangements présents ici, ils auraient pu faire pire en terme de pathos, mais fort heureusement, il n'en est rien. Certains titres manquent, eux, de consistance et d'efficience, résultant au final sur une musique furtive, sans ancrage sérieux : "Love to Blame" se perd dans des longueurs alourdissantes, "Blackbird" possède une intro horripilante et quelques effets inutiles. Plus de chansons dans la veine de "End of Night" n'auraient pas été de trop, ou alors quelque chose de plus concis, quitte à faire court.

Avec Girl who Got Away, DIDO a manqué une chance de sortir un grand album. C'est dommage, quelques idées étaient à creuser, et les meilleures chansons, je le répète, atteignent leur but artistique. C'est d'autant plus frustrant au vu du temps passé à concevoir l'album. Toutefois, les quelques chansons pleinement satisfaisantes ainsi qu'une ambiance générale assez belle sauvent à moitié Girl who Got Away de l'anecdotique. Dommage.

Note réelle : 2,5/5

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


Mylene FARMER
Anamorphosée (1995)
Le meilleur de Mylène. Et de la musique française




JON & VANGELIS
The Friends Of Mr. Cairo (1981)
Sous le signe du faucon maltais


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. No Freedom
2. Girl Who Got Away
3. Let Us Move On
4. Blackbird
5. End Of Night
6. Sitting On The Roof Of The World
7. Love To Blame
8. Go Dreaming
9. Happy New Year
10. Loveless Heart
11. Day Before We Went To War



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod