Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO POP SMOOTH  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DIDO - Still On My Mind (2019)
Par BAKER le 30 Juillet 2019          Consultée 680 fois

Quand on est une des chanteuses les plus riches du monde, au sens pécuniaire du terme, sortir des galettes pourries en mode Shinobi semble la façon la plus rapide et la plus humiliante de faire fructifier les brouzoufs. Or, DIDO a pris son temps. Désireuse de produire son nouveau disque avec son frère (le syndrome Kim WILDE ?), la dame nous revient avec un disque dont la pochette, magnifique, la montre plus belle que jamais mais aussi zen, très zen. La musique sera à l'avenant. Mais zen, pour certains, ça rime avec chiant (NdRonsard : Hein, quoi ?!). Alors soyons efficace pour une fois : ce disque est calme. Lent. Et bon.

Il règne sur presque tout l'album une plénitude raffermie par une production très spatiale, qui utilise à fond les possibilités de la reverb. Alors le son est brickwallé, bien sûr, mais c'est beaucoup moins ennuyeux que d'habitude puisque du vide brickwallé, ça reste vide. Pour le reste, tout est fait pour mettre en valeur la voix de la dame, une voix diaphane, qui n'en fait jamais trop. Tout est dans l'ambiance. Seules deux chansons rompent avec l'atmosphère ouatée, pour le pire : "Hell After This" n'a vraiment aucune honte de sortir dehors avec une prod pareille, de mon temps jamais on n'aurait toléré une boite à rythme aussi vulgaire et encore moins ces horns synthétiques au ras du terrain de jeu. Quant à "Mad Love", non seulement elle est épouvantable, mais elle n'est pas aidée par une transition carrément foirée avec la chanson précédente.

Tiens, disséquons-la, la chanson précédente, autrement dit la chanson-titre. Synthé d'intro au son chaleureux, refrain simple mais qui retient l'attention, pont en mode 8-bit tout à fait charmant et surtout à sa place, c'est bien fichu. Et c'est la qualité principale de ce disque : au départ un peu creux, un peu simplet, il s'assimile assez vite et au bout de trois écoutes, l'évidence est là : c'est globalement une réussite. Le premier titre, magique, tisse un cocon sonore dont on sort par la porte de derrière, au calme, au chaud : "Have to Stay" est l'exemple parfait de la chanson minimaliste vraiment très avare de notes, mais ce sont les bonnes, et puis cette ambiance, vous remplacez la voix de DIDO par un uillean pipe bien traditionnel, et c'est une berceuse irlandaise de la plus haute qualité. Idéal pour finir un disque.

Ensuite, on ne va pas se mentir, on reste toujours plus ou moins dans le même style (à part "Chances" qui d'ailleurs n'arrive pas à convaincre), mais on s'y sent bien. Voilà, c'est ça la clef : on est bien dans ce disque, certes un peu froid au départ, mais une fois dedans, elle est bonne. Je parle de l'eau en mode allégorie, bien sûr. Il y a ce côté d'outre-orbite qui rend étrange même la plus simple ballade acoustique (la ravissante "Some Kind of Love"), et quand les couplets sont un peu banals, comptez sur les refrains pour rappeler pourquoi DIDO est, on le disait, l'une des chanteuses les plus riches du monde. Parfois la célébrité et la fortune sont méritées. Parfois.

Ce n'est pas l'album de l'année, non. Mais c'est un charmant disque d'electro-pop-new age-folk-sans-en-être. Du DIDO, quoi. C'est assez léché pour parler aux fans de musique dite savante, assez féminin et de proximité pour les amoureux de pop moderne, et les fautes de goût sont savamment opacifiées. L'album de la maturité, comme on dit ? Je ne sais pas mais si être vieux, c'est être aussi zen, ben mon colon, matûrir c'est l'pied !

Note finale: 3,5 / 5 porté à 4 parce que AH, on est BIEN, Tintin !

A lire aussi en POP par BAKER :


Sally OLDFIELD
The Enchanted Way (2018)
On vous donne une seconde chance




The NIGHT FLIGHT ORCHESTRA
Sometimes The World Ain't Enough (2018)
Le convecteur temporeeeeeeeel !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Dido (chant, claviers, prog, guitare)
- Joseph William Bernie (chant)
- Sister Bliss (claviers)
- Christopher Cooper (claviers)
- Dee Adams (prog)
- Si Hulbert (prog)
- Rollo (prog)
- Pete Rinaldi (guitare)


1. Hurricanes
2. Give You Up
3. Hell After This
4. You Don't Need A God
5. Take You Home
6. Some Kind Of Love
7. Still On My Mind
8. Mad Love
9. Walking By
10. Friends
11. Chances
12. Have To Stay



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod